Archives mensuelles : juin 2009

Le jardin miraculeux de juin

Le juin est venu avec sa senteur épicée des herbes de prés. La verdure est tellement fraiche que l’oeil se réjouit. Les trèfles étant les plantes mellifiques attirent des abeilles et des bourdons. Sans hâte ils s’y posent et les explorent soigneusement. Ayant fait leur travail, chargés de leurs poids précieux, très lentement d’après le bombardier gros stratégique ils volent d’une fleur à l’autre. La présence de l’homme à la pelle ne les troublent point. Le pie au côte blanc s’est atteri à côté, a jetté un coup d’oeil rapide autour de lui, tourné sa tête – la créature curieuse, – s’est envolé ailleurs…
Les soucis de datcha sont toujours agréables, s’il n’y a en pas trop. Il n’y a pas de meilleur moyen de se détendre après de longs journées de travail. En bêchant la terre, aux chants des rossignols, soudain, on commence à comprendre que cette simple occupation soit beaucoup plus naturelle et sage que ce que tu faisais à son travail dans la ville. Les muscles affaiblis de la vie urbaine retrouvent de nouvelles forces…
L’été promet d’être violemment chaud et celui est heureux dont le jardin est ombragé. Heureusement c’est cela. Deux noix de chaque côtés de la façade de la datcha ont répandues leurs couronnes en protegeant la véranda vitreé contre le soleil. Il y a une espace sombre au-dessous des branches. Et à l’après-midi quand toute la vie semble expirée et même le moindre coup de vent ne romp pas l’immobilité de l’air chauffé, seule cette place vous sauve des rayons cruels.
Les brins de raisin ont tressé étroitement la véranda, les petites grappes de baies ont déjà apparu, vers la fin du mois de septembre elles mûriront, mais le goût sera pas très bon. L’essentiel est que les lianes donnent de l’ombre…
Les fougères plantées dans le jardin à l’ombre des arbres éblouissent de leur verdure couleur verte foncée. Ces plantes mistérieuses attirent des gardeners par leur simplicité et en même temps par leur beauté. D’après la légende mentionnée dans l’un des oeuvres de N.Gogol, la fougère fleurit quelques instants à minuit à la veille de la fête d’Ivan Koupalа (fête qu’on célèbre en Ukraine). Celui qui aura arraché la fleur et aura eu le courage de résister contre les spectres apparaissant par-ci par-là, trouvera la fortune, cela veut dire, il saura l’endroit sous la terre où repose le trésor…
d0bfd0b0d0bfd0bed180d0bed182d0bdd0b8d0ba

Pelménis, le plat russe le plus aimé.

On attribue l’invention des pélmenis aux sages Chinois. Après la poudre et le compas, ça n’étonne aucunement. L’autre légende affirme que c’était les chasseurs aux zibelines entreprenant de longues traversées en Taïga qui ont découvert ce plat de goût excellent et facile à préparer à la fois. Son grand mérite à ce qu’on peut en manger sans dégoût trois fois par jour pendant une semaine. En plus, toute table de fête n’échappe pas à être servie de pélmenis. Il suffit de tirer 15-20 pièces congelées (pour une personne) du frigo, en jetter dans l’eau bouillante, ajouter une feuille de laurier, saler, poivrer tout à votre guise. Il n’y a rien à faire plus. La cuisson ne dure que 10-12 minutes. À l’écumoire, vous les transférez de la casserole à l’assiette. Il est interdit de les manger à l’aide de la fourchette, parce que le suc de viande que la pièce contient découlera par les trous et le bon goût disparaîtra.
Il n’y a pas de secrets à faire de la farce. En mésures environ égales on passe par l’hache-viande des morceaux coupés de viande de boeuf et celle de porc, y ajoute de la poivre et du sel, on mêle tout.
L’essentiel est de faire correctement de la pâte. J’insiste à ce que la recette conçue ci-dessous prétend être l’une des meilleures.
Donc, versons 400-450 grammes d’eau bouillie tiède dans le bocal transparent, y mettons 5 oeufs frais, mêlons soigneusement jusqu’à la formation du liquide couleur jaune pâle, salons beaucoup.
Par le tamis criblons 1,5 kg. de farine. De petites boulettes de farine retiennent et n’empêcheront pas maintenant à notre pâte d’être homogène. Versons à plusieurs reprises le contenu du bocal dans de la farine, en cas de nécessité vous pouvez ajouter encore un peu de farine si vers la fin au lieu d’être molle et sèche la pâte se montrerait trop liquide.
Par les mouvements circulaires pressez la pâte 15 minutes. Couvrez- la d’un torchon humide, mettez –la dans le frigo pour 45 minutes.
Par les mêmes mouvements circulaires continuez à presser la pâte dont la forme ressemble maintenant à la boule. N’oubliez pas d’y ajouter peu à peu de la farine pour que la pâte se fasse élastique.
La plus importante partie du travail est terminée. La pâte est prête.
Mettons de la farce deux fois passée par l’hache-viande dans la terrine, (le reste de la farce plaçons dans le frigo), y ajoutons un peu d’eau pour qu’elle devienne prèsque liquide. Prenez garde d’avoir ajouté trop d’ eau.
Vos actions suivantes seront fort facilitées si vous avez la machine à pâte, sinon il vous faut vous contenter de la frase.
Passez un morceau de pâte entre les deux rouleaux de la machine, tournez le manche jusqu’a ce que la bande de pâte plate apparaisse. Étendez-la sur la planche à cuisine. Servez-vous, ensuite, du verre à patte large aux bords minces. Mettez le verre à patte sur la bande de pâte, et par les mêmes mouvements circulaires et pressants, séparez des flans de dimensions égales, les bords aigus passent fort bien à travers la pâte.
Le reste est bien simple. Mettons une petite boule de farce au centre des flans. Rejoignons les marges fermement, après quoi rejoignons les deux extrémités des pelménis.
Avant de les faire cuire, refroidissez en dans le congélateur pour qu’ils se fassent durs. Le goût s’améliore.
Les Français apprécieront sans doute toute la finesse du goût excellent des pelménis russes.
Maintenant la saison de pelménis n’est pas ouverte. C’est plus près de l’hiver que les Russes en préparent.
d0b5d0bbd18cd0bcd0b5d0bdd0b8