Archives mensuelles : septembre 2012

Alexandre Rosenbaum: L’automne

L’automne est très court en Russie mais il est une source d’inspiration inépuisable pour les chanteurs.

paroles: Alexandre Rosenbaum: L’automne
Пусть осень не кончается
И пусть земля отчается
Примерить платье белое,
Что ей зимою сделали,
Сплели из снежных кружев снегири.
Любовь мою последнюю
За слухами да сплетнями
Ты, осень, разгляди и сбереги.Пусть осень не кончается,
В ней счастье повстречается…
Два голубя в дом каменный,
Твой белый, мой подраненный,
Влетели – заколдованный был дом.
Завяла крона – ствол руби…
Согрелись в доме голуби
И свили в нем из веточек гнездо.

Ночь разорвали сполохи.
В любви сгорели голуби,
В нее сердцами бросившись,
Увять не дали осени,
Чтоб наш цветок зимою не погиб.
Любовь мою последнюю
За слухами да сплетнями
Ты, осень, разгляди и сбереги.

Стоят деревья голые,
Живите долго, голуби.
Пусть осень ваша теплая
Всегда стоит за окнами
В рябиновых сережках дорогих.
Любовь мою последнюю
За слухами да сплетнями
Ты, осень, разгляди и сбереги.

Pourvu que l’automne ne finisse jamais
Et que la terre se désespère
D’essayer sa robe blanche,
Que lui ont faite pendant l’hiver,
Tissé de dentelle des bouvreuils pivoines.
Mon dernier amour
Des rumeurs, des ragots oui
Toi, l’automne, discerne et épargne.Que ne finisse jamais l’automne,
On y rencontre le bonheur  …
Deux colombes dans une maison en pierre,
La tienne blanche, la mienne blessée,
Ils sont entrés en volant dans la maison   enchantée.
La couronne a flétri, le tronc est abattu …
Les pigeons se sont réchauffé dans la maison
Et avec des brindilles ils y ont tissé leur nid.

Une aurore boréale déchire la nuit.
Les pigeons se sont brûlés dans l’amour
Avec leurs cœurs se sont jetés dedans,
Cet automne on ne foulera pas plus
Pour que notre fleur ne meure pas cet hiver.
Mon dernier amour
Des rumeurs, des ragots oui
Toi, l’automne, discerne et épargne.

Les arbres sont nus,
Vivez longtemps, pigeons.
Que l’automne chaud soit à vous
Toujours derrière les fenêtres
En précieuses boucles d’oreilles de sorbier.
Mon dernier amour
Des rumeurs, des ragots oui
Toi, l’automne, discerne et épargne.

La Joconde à nouveau au coeur de l’actualité

Cette image nous rappelle que pour être populaire sur internet il suffit parfois de pas grand chose, la Joconde avec chat a 5 763 tweets alors que la Joconde sans chat seulement deux.

Alors qu’est ce qui ramène la Joconde sous les feux de la rampe? et bien une mystérieuse fondation Mona Lisa a révélé un certain nombre de tests qui étayent leur théorie selon laquelle leur tableau serait la Joconde la plus ancienne du monde avant même la Joconde de Léonard de Vinci exposée au Louvre. Selon eux elle serait aussi de Léonard. Cette présentation devait être faite par hier le grand Maitre d’échec russe Anatoly Karpov,  membre de la fondation et amateur de peinture italienne mais visiblement ce ne fut pas le cas.
Si vous voulez tout savoir sur cette Joconde juvénile visitez donc le site de cette fondation Mona Lisa. La Joconde révélée est surtout inachevée selon les experts (il manque bien sûr le chat dans les bras).

Time Out: les gens sont comme les gens

paroles: Time Out: Люди как люди les gens sont comme les gens
Все люди как люди: с утра на работу,
О ближних своих проявляют заботу,
Газеты читают, книжки листают.
А я с утра за столиком,
С другом-алкоголиком.

Умные граждане строят карьеры,
Метят в президенты или даже в премьеры,
Локтями толкаются, наверх пробиваются,
А я с утра за столиком,
С другом-алкоголиком.
 

Звезды шоу-бизнеса в богатстве купаются,
Хорошо продаются, хорошо покупаются,
Сверкают талантами и бриллиантами,
А я с утра за столиком,
С другом-алкоголиком.

Tous les gens sont comme des gens: dès le matin au travail,
Ils prodiguent des soins à leur proches,
Ils lisent des journaux, feuillent des livres.
Et moi dès le matin je suis à une table,
Avec mon ami l’alcoolique.

Les citoyens intelligents font carrière
Visent de devenir président ou même premier ministre
Ils jouent des coudes poussé, pour percer en haut,
Et moi dès le matin je suis à une table,
Avec mon ami l’alcoolique.

 

Les stars du Showbiz baignent dans la richesse,
Se vendent bien, s’achètent bien,
Étincellent de talent et de diamants
Et moi dès le matin je suis à une table,
Avec mon ami l’alcoolique.

Grand Combat du Rap: Mikahilkov contre Jesus

Mikahilkov est un réalisateur de cinéma russe qui est très proche du pouvoir. C’es une grosse pointure donc puisqu’il défie ici Jésus Christ lui-même. Si par le passé le public et la critique se retrouvaient dans ses films, son attitude personnelle et son approche artistique depuis ces dernières années est largement critiquée par la société russe d’où la réplique de Jésus Christ « от твоих фильмов плюются! ».

Paroles Grand Combat du Rap: Jesus contre Mikahilkov
Всем привет, я Иисус Христос!
Меня знает каждый, я звезда из звёзд!
Мой батя крут, он очень крупная шишка,
Попробуй возрази мне, если не тонка кишка.

Я Ник-М, Никита Михалков, понял?
Я святее всех святых, на таких как я не гонят.
Гоняю как хочу с мигалкой по Москве,
Твой отец мне не указ, у меня связи в кремле.

У меня бородка стильная, выгляжу круто,
А ты с моржовыми усами выглядишь тупо!
Мне поклоняются, а над тобой смеются,
От меня все прутся, от твоих фильмов плюются!

Фильмы Кэмерона не стоят с моими рядом,
Очень скоро Голивуд станет Михалковоградом!
Денег на фильм беру из фонда сколько хочу,
За любой свой говнофильм награду получу!

В твоих словах пустой трёп, в моих основа основ,
Со мной всегда мои двенадцать пацанов.
Они меня не предадут никогда!
Иуда, подтверди братан!
Эээ…ну да…

Salut tout le monde, je suis Jésus-Christ!
Tout le monde me connait, je suis la star des stars!
Mon père est cool, il est un très grand pontife,
Essayez de t’oposer à moi, si t’es pas un intestin grêle.Je suis Nick-M, Nikita Mikhalkov, compris?
Je suis plus saint que tous les saints, des comme moi on en poursuit pas.
Je conduis comme je veux avec des lumières clignotantes du gyrophare à travers Moscou,
Ton père, je n’ai pas d’ordres à recevoir de lui, j’ai des connexions au Kremlin.

J’ai une petite barbe stylée, un look élégant
Et toi avec la moustache de morse t’as un air stupide!
On m’adore, et on se moque de vous,
Tout le monde vient à moi alors que tout le monde crache sur tes films!

Les films de Cameron ne tiennent pas debout à coté des miens,
Bientôt Hollywood va devenir Mihalkovogradom!
Pour mes films je prends tout l’argent que je veux dans les fonds publics,
Pour n’importe quel film merdique que je fais je reçois des récompenses!

Tes mots c’est du baratin complètement vide, dans les miens c’est l’alpha et l’omega
J’ai toujours avec moi mes douze apotres.
Ils ne m’ont jamais trahi!
Judas, confirme mon frère!
Euh … oui …

Les chats du musée de l’Ermitage

Depuis des centaines d’années des dizaines des chats gardent le musée de l’Ermitage à Saint Petersbourg. Aujourd’hui il sont autour de 70 à garder ainsi les caves et recoins du musée et quatre personnes s’occupent d’eux. Ils sont assez populaires auprès du personnel du musée et des visiteurs si bien qu’il y a au printemps une fête des gardiens chats. Il y a pour l’occasion une exposition d’œuvres représentant des chats, des visites des quartiers des chats (les chats n’ont pas accès aux salles d’exposition), des jeux pour les enfants et les adultes, un concours de portraits de chats… La fête permet aussi de récolter de l’argent pour l’entretien des chats qui ne figure pas au budget général du fonctionnement du musée et qui provient donc de dons des employés, des visiteurs ainsi que « des dons d’origine étrangère ».
Pierre le Grand avait fait venir des chats de Hollande, par la suite sa fille en a fait venir de Kazan mais chatrés si bien qu’il n’ont pas laissé de progéniture. En 1943 pendant le siege de Léningrad, pendant la pénurie les chats venaient à manquer et on craignait le pire pour le développement de la population de rats si bien que l’on fit venir un train de Iaroslav rempli de chats.
Notons que les chats gardent beaucoup de bâtiments à Saint Petersboug, pas seulement l’ermitage, la bibliothèque ainsi abrite 22 chats.


Ce reportage de Radio Canada résume bien le sujet:

DDT l’Eglise

Cette chanson de DDT trouve une résonnance nouvelle en ce moment de tesnions religiseuses, rappelons que la Douma discute aujourd’hui d’un projet de loi faisant un crime pénal l’offense aux fideles, ou se prétendants comme tels, et le punissant de trois ans d’emprisonnement.

Paroles ддт Церковь – DDT l’Eglise
Я – церковь без крестов
Лечу, раскинув руки.
Вдоль сонных берегов
Окаменевшей муки.
Я – вера без причин.
Я – правда без начала.
Ты слышишь, как вскричала
Душа среди осин.Я – птица без небес.
Я – каменное эхо.
Полузабытых мест
Печальная примета.
Полночная Луна
Мои бинтует раны,
Да серые туманы
Купают купола.Я – церковь без крестов
Стекаю вечно в землю,
Словам ушедшим внемлю
Да пению ветров.
Я – память без добра.
Я – знанье без стремлений.
Остывшая звезда
Пропавших поколений.

В душе моей темно,
Наколки о изменах,
Разбитое стекло,
Истерзанные стены.
А завтра я умру,
Прольётся дождь покоя.
Из памяти уйду,
Взорвавшись над рекою.

Je suis une église sans croix
Je vole,  les bras écartés.
Le longs des berges endormies
De la torture pétrifiée.
Je suis une foi sans raison.
Je suis une vérité sans commencement.
Tu entends comment criait
Mon âme parmi les trembles.Je suis un oiseau sans ciel.
Je suis un écho de pierre.
Le triste signe
D’endroits à moitié oubliés.
La Lune de minuit
Panse mes plaies,
Et les brumes grises
Baignent les coupoles.Je suis une église sans Croix
Je coule perpétuellement sur terre,
J’écoute les mots qui s’en vont
Oui le chant des vents.
Je suis une mémoire sans bien.
Je suis un savoir sans ambition.
L’étoile se refroidissant
Des générations perdues.

Il fait sombre dans mon âme,
Des tatouages à propos de trahisons,
Du verre brisé,
Des murs tourmentés.
Mais demain je mourrai,
La pluie de repos tombera.
Je quitterai la mémoire,
Ayant explosé au-dessus de la rivière.

The Retuses – Lettre à une femme

The retuses est un jeune groupe de Moscou qui reprend dans quelques une des ses chansons des poemes de Serguei Essenine. Essenine est visiblement un poete qui convient bien aux adaptations musicales. En effet on avait déjà évoqué ici le même poeme par Alexei Gorchenev. Ici l’adaptation est quelque peu différente mais toute aussi intéressante.

ParolesThe Retuses – Письмо к женщине
Вы помните,
Вы все, конечно, помните,
Как я стоял,
Приблизившись к стене,
Взволнованно ходили вы по комнате
И что-то резкое
В лицо бросали мне.Вы говорили:
Нам пора расстаться,
Что вас измучила
Моя шальная жизнь,
Что вам пора за дело приниматься,
А мой удел —
Катиться дальше, вниз.Любимая!
Меня вы не любили.
Не знали вы, что в сонмище людском
Я был, как лошадь, загнанная в мыле,
Пришпоренная смелым ездоком.Не знали вы,
Что я в сплошном дыму,
В развороченном бурей быте
С того и мучаюсь, что не пойму —
Куда несет нас рок событий.Лицом к лицу
Лица не увидать.
Большое видится на расстоянье.
Когда кипит морская гладь,
Корабль в плачевном состоянье.

Земля — корабль!
Но кто-то вдруг
За новой жизнью, новой славой
В прямую гущу бурь и вьюг
Ее направил величаво.

Ну кто ж из нас на палубе большой
Не падал, не блевал и не ругался?
Их мало, с опытной душой,
Кто крепким в качке оставался.

Тогда и я
Под дикий шум,
Но зрело знающий работу,
Спустился в корабельный трюм,
Чтоб не смотреть людскую рвоту.
Тот трюм был —
Русским кабаком.
И я склонился над стаканом,
Чтоб, не страдая ни о ком,
Себя сгубить
В угаре пьяном.

Любимая!
Я мучил вас,
У вас была тоска
В глазах усталых:
Что я пред вами напоказ
Себя растрачивал в скандалах.

Но вы не знали,
Что в сплошном дыму,
В развороченном бурей быте
С того и мучаюсь,
Что не пойму,
Куда несет нас рок событий…
. . . . . . . . . . . . . . . .

Теперь года прошли,
Я в возрасте ином.
И чувствую и мыслю по-иному.
И говорю за праздничным вином:
Хвала и слава рулевому!

Сегодня я
В ударе нежных чувств.
Я вспомнил вашу грустную усталость.
И вот теперь
Я сообщить вам мчусь,
Каков я был
И что со мною сталось!

Любимая!
Сказать приятно мне:
Я избежал паденья с кручи.
Теперь в Советской стороне
Я самый яростный попутчик.

Я стал не тем,
Кем был тогда.
Не мучил бы я вас,
Как это было раньше.
За знамя вольности
И светлого труда
Готов идти хоть до Ла-Манша.

Простите мне…
Я знаю: вы не та —
Живете вы
С серьезным, умным мужем;
Что не нужна вам наша маета,
И сам я вам
Ни капельки не нужен.

Живите так,
Как вас ведет звезда,
Под кущей обновленной сени.
С приветствием,
Вас помнящий всегда
Знакомый ваш

Vous vous souvennez
Vous vous rappeler, bien sûr,
Comment je me tenais là,
Je me rapprochais du mur,
Avec émotion vous marchiez dans la pièce
Et quelque chose de vif
Dans votre visage me rejeta.Vous avez dit alors:
Il est temps de se quitter,
Qu’est ce qui vous tourmentait
Ma vie folle,
Qu’est ce vous aviez alors à faire,
Et mon sort est de glisser toujours plus bas.Mon amour!
Vous ne m’aimiez pas.
Vous ne saviez pas que dans cette foule de gens
J’étais comme un cheval, harassé et en sueur,
Talonné par le courageux cavalier.

Vous ne saviez pas,
Que je suis dans une fumée compacte,
Dans la tempête de la vie quotidienne bouleversée
Depuis lors, et je souffre de ne pas comprendre-
Vers ou nous conduit le fil des événements.

Face à face
On ne peut pas voir les visages.
Le grand se voit à distance.
Quand la surface de la mer est en ébullition,
Le navire est dans un état déplorable.

Terre – le navire!
Mais soudain quelqu’un
Pour une nouvelle vie, nouvelle gloire
Dans la ligne épaisse des tempêtes de neige
L’a dirigé majestueusement.

Eh bien, qui d’entre nous est grand sur le pont
N’est pas tombé, n’a pas vomi et juré?
Elles sont petites, d’une âme d’expérimentée
Qui est resté fort quand ça tangait.

Ensuite, je
Sous un bruit sauvage
Mais connaissant mûrement le travail,
Je suis descendu à la cale du navire,
Afin de ne pas regarder les vomissements des hommes.
Cette cale était une
Taverne russe.
Et je me penchai sur le verre,
Pour ne souffrir de rien
Sombrant dans l’ivresse.

Bienaimée!
Je vous tourmente,
Vous aviez de l’ennui
Dans vos yeux fatigués:
Ce que je m’affiche devant vous
Je me suis perdu en scandales.

Mais vous ne saviez pas
Ce qu’est une fumée solide,
Dans la tempête de la vie quotidienne bouleversée
Depuis lors je souffre,
De ne pas comprendre,
Vers où cela nous mène …
. . . . . . . . . . . . . . . .

Maintenant, des années ont passé,
Je suis dans un âge différent.
Et je perçois et pense différemment.
Et je dis après le vin de la fête:
Louange et gloire à la barre!

Aujourd’hui je suis
Sous le coup de sentiments tendres.
Je me souviens de votre lassitude triste.
Et maintenant
Je me précipite pour vous dire,
Ce que je voulais
Et ce qui m’est arrivé!

Ma bien aimée!
Il m’est agréable de dire:
J’ai évité de tomber du haut de la falaise.
Maintenant du côté soviétique
Je suis le compagnon de route le plus féroce.

Je suis devenu autre
De celui que j’étais à ce moment-là.
Je ne vous torturererais pas,
Sur ce que c’était avant.
Pour la bannière de la liberté
Et la lumière des travaux
Prêt à aller au moins jusqu’à la Manche.

Excusez-moi …
Je sais que vous n’êtes pas celle –
Vous vivez
Avec un mari intelligent et sérieux;
Ce que nous n’avons pas besoin de nos soucis,
Et je moi même de vous
Je n’ai nul besoin.

Vivez comme
Vous menera votre étoile
Sous sa protection renouvellée.
Avec mes salutations,
Vous êtes toujours dans mon esprit
Votre Familier

Nautilius Pompilius: le vaurien et l’ange

paroles: Nautilius Pompilius: le vaurien et l’ange
негодяй и ангел
сошлись как-то pаз
за одним и тем же столом
негодяю пpишло четыpе туза
а ангел остался с вальтом
и он отстегнул свои кpылья
от плеч
и бpосил на зелень сукна;
небо с улыбкой
смотpело на них
сквозь муть и плесень стекланегодяй засунул кpылья в каpман
и понес их сдавать в ломбаpд
и на эти деньги купил себе
колоду кpапленых каpт,
возвpатился назад
и ему пpедложил
снова поставить на кон;
а небо укpадкой смотpело на них
из-за высоких оконвсе кончилось так
как должно было быть —
у сказок счастливый конец
дpакон умиpает пpонзенный копьем
цаpевна идет под венец
негодяй тоpгует на pынке пеpом
и пухом из ангельских кpыл
а ангел летит высоко-высоко
такой же кpылатый как былкакая у этой басни моpаль?
а моpали нет никакой
один pодится pогатым, бpат,
пеpнат pодится дpугой
но каким ты был
таким ты и будешь:
видать ты нужен такой
небу котоpое смотpит на нас
с pадостью и тоской
Le vaurien et l’ange
Se retrouvèrent une fois
à la même table,
Le vaurien se retrouva avec quatre as
Et l’ange un seul valet.Il détacha les ailes de ses épaules
Et les mit sur le tapis vert.
Et le ciel, avec un sourire, les regardait
A travers la crasse et la moisissure de la vitre.Le vaurien mit les ailes dans sa poche
Et partit les mettre en gage,
Et avec cet argent il s’acheta
Un jeu de cartes truqué.

De retour il lui proposa
De se remettre en scelle,
Et le ciel les regardait en secret
De ses hautes fenêtres.

Tout se termina comme ça devait être
Les contes ont toujours une fin heureuse
Le dragon meurt, tué par une lance
La princesse se marie.
Le vaurien vend des plumes au marché
Ainsi que du duvet d’ailes d’ange.
Et l’ange vole haut très haut dans le ciel,
Aussi ailé qu’il l’était autrefois.

Quelle est la morale de cette fable ?
Il n’y a aucune morale.
L’un naît avec des cornes, frère,
Un autre naît avec des ailes.
Tel que tu étais, tu seras,
Faut croire que c’est comme ça que tu es nécessaire
Au ciel qui nous regarde avec joie et ennui.

 

Rubrique chat: le chat de Pallas

Le chat de Pallas est un félin asiatique de petite taille, il ressemble beaucoup au chat domestique et doit son nom  à Peter Simon Pallas zoologiste allemand. Les russes disent simplement Manul. C’est un chat qui a une tête caractéristique avec des oreilles aplaties et une fourrure très épaisse ce qui lui permet de vivre dans la neige et supporter le froid.

Cet animal est rare, il est dans le livre rouge des espèces menacés, en outre on le connait mal et il ne s’acclimate pas dans les Zoos. Cela est du à son faible système immunitaire (bien que les Zoos de Fargo et Cincinatti aient visimblement quelques réussites dans ce domaine). Son habitat est aujourd’hui au Kazakhstan, au Kirghizistan, en Mongolie et en Chine. Or récemment des pièges photographiques en ont repéré en  Khakassie.

Une expédition scientifique visant à étudier le léopard des neiges, le lynx, et le Manul est d’ailleurs en cours jusqu’à juin prochain dans le sud de la Sibérie, dans une réserve fédérale en Khakassie: Posarim.

Il y a quelques mois RIA Novosty publiait de très belles photos de Vadim irilouk.

Calendrier Maya: Cannibalisme

Le calendrier Maya est un groupe de Krasnodar qui chante des chansons pour « les gens qui pensent » dans la l’inanité du monde moderne et ne veulent pas oublier des valeurs telles que la nature nous environnant, l’écologie, les relations humaines, le sens de la vie, l’amour et le bonheur.

Canibalisme (mp3)

Paroles Calendrier Maya: Cannibalisme
Человеку свойственен «дар» людоедства-
Эта способность проявляется с детства,
И коли не загубишь ее на корню,
То будешь каннибалом, зуб свой даю.
Начиная с детсада, на детской площадке
Бегают, прыгают, играют ребятки,
Но один позапрятал игрушки свои-
И сам не играет и другим не велит,
А дело все в том, что папаша сказал,
Чтоб хороший их мальчик с беднотой не играл:
У него лучше всех игрушки эти,
Пусть смотрят, просят, завидуют дети.
Но на этом этапе все люди равны,
А что будет дальше, лучше смотри.
На школьной скамье проявляют уже
Свои представленья на жизнь мальчиши,
Девчонки тут тоже не отстают:
Грубят, матерятся, вино, так же, пьют,
Но это не страшно, в другом-то пробел:
Есть те, кто слоняется и ходит без дела,
И от безделья, чтоб пошла о нем слава
Он начинает терроризировать слабых:
Отбирает, что может, издевается, бьет,
Унижает, лезет в душу, подлый урод,
И так он растет, не подозревая,
Что людей, потихоньку, он есть начинает. 

 

L’homme a un «don intrinsèque» de cannibalisme,
Cette capacité se manifeste dès l’enfance,
Et si ne la gâche pas à la racine,
Tu seras cannibale, je donne ma dent (je te garantis).
À partir de la maternelle, dans la cour de récréation
Les garçons courent, sautent, jouent,
Mais un a caché ses jouets
Et il ne joue pas et ne permet pas aux autres,
C’est tout ce que son père lui a dit,
Que son bon garçon ne joue pas avec les pauvres:
C’est lui qui a tous les meilleurs jouets,
Laissez les enfants regarder, demander et envier tes jouets.
Mais à ce stade, tous les êtres humains sont égaux,
Et ce qui va se passer ensuite, regarde mieux .
Sur les bancs de l’école déjà
Les graçons manifestent leur prédispositions pour la vie,
Les filles ici ne sont pas reste:
On jure, on emploie l’argot, et aussi on boit du vin
Mais ce n’est pas si terrible, dans un autre blanc:
Il y a ceux qui glandent et qui trainnent sans rien à faire
Et en ne faisant rien, et en retirent de la gloire
Il commence à terroriser les faibles:
Il choisit de qui il peut se moquer, qui il peut battre,
Humilier, pénètrer l’âme, ce monstre lâche,
Et il grandit ainsi, ne soupçonnant pas
Que les gens, lentement, il commence à les manger. 
Становятся старше, но не умней,
Вырастают в таких статных, крутых гопарей,
Накачал свои мышцы, идет он в ночи:
Ножичком тычет, а кто-то кричит.
А потом в ресторане с друзьями шикуя,
Баб обнимая, пантами рисуя,
Он и не думает, что далеко, где-то там,
В темном переулке, где ножом рисовал,
Харкая кровью, и плача от боли,
Или в больнице глюкозою колют,
Или в морге, уснувший на век,
Лежит съеденный, первый человек.
Ils vieillissent mais ne deviennent pas plus sage,
Ils deviennent si grands, de sacrés mecs,
Il a gonflé ses muscles, il arrive dans la nuit:
Il enfonce des couteaux et quelqu’un crie.
Et puis dans un restaurant avec des amis classes,
En éteignant une fille, il dessine avec ses bois,
Il ne pense pas que loin, quelque part là-bas
Dans une ruelle sombre, où il a dessiné au couteau,
Crachant du sang, et criant de douleur,
Ou à l’hôpital on pique au glucose,
Ou à la morgue, s’endormant à jamais,
Est allongé mangé, le premier homme.
Ну а дальше-больше: чтоб утолить страсть,
Каннибалы стремятся туда, где есть власть,
Где деньги текут рекою без края,
Если воруешь, у других отбирая.
Сегодня людоед живот свой набьет,
Когда, в нищете, кто-то с голоду умрет.
Очередной даст в супе навару,
Если перейдет дорогу каннибалу.
Бывает что жрут они даже друг друга:
Чтоб не мешался – такая услуга.
И племя убийц все больше растет,
Каннибализм по проспектам идет,
Когда будешь съеден узнаешь об этом,
Скрипя на зубах у людоеда.
Mais ensuite encore plus: pour assouvir leur  passion
Les cannibales cherchent à atteindre le pouvoir,
Où l’argent coule comme un fleuve sans fin,
Si  tu voles, tu prends aux autres.
Aujourd’hui l’anthropophage se remplit la panse,
Lorsque, dans la misère, quelqu’un meurt de faim.
Il donnera de suite le bouillon dans la soupe,
Si on coupe l’herbe sous le pied du cannibale.
Il arrive qu’ils se dévorent les uns les autres :
Pour ne pas gêner – voilà le service.
Et la tribu de tueurs ne cesse de s’accroitre,
Le cannibalisme se pavane sur les avenues,
Lorsque tu seras mangé, saches-le,
Que l’anthropophage ait les dents qui grincent.