Archives mensuelles : novembre 2012

Théatre: « Sans témoin » monté à Paris

En ce moment un théâtre parisien propose une pièce russe, Sans témoin, célèbre notamment pour avoir été adaptée au cinéma par Nikita Mikhalkov au début des années 80 (à l’époque où il faisait de bons films). Le théâtre de la Boutonnière est situé 25, rue Popincourt dans le 11e arrondissement, et la pièce est jouée du 8 novembre au 19 décembre et la place coute 20 euros (et si vous venez de la part de ce blog dite-le la deuxième place vous sera offerte (une place achetée 20€ = une place offerte)).

Si vous n’êtes pas à Paris vous pouvez toujours voir ou revoir le film sur internet (player ci-dessus). Contrairement à ce que dit la présentation sur le site du théatre le film date non de 1979 mais de 1983 et il met en scène le retour innatendu de l’ex mari, si longtemps attendu et qui maintenant n’est plus le bienvenu. Qu’est ce que le bonheur? est on passé à coté à le chercher ailleurs ou l’attendre en vain? ou peut être n’est ce qu’une illusion? Ces personnages et leurs sentiments nous forcent à nous poser des question sur nos vies et ce qu’on y cherche.

Time Out: la lune la nuit

Текст песни – Тайм-Аут – Ночь, луна

Ночь. Луна. Точу карандаши
В пальцах лезвие предательски дрожит
Образ твой рисую уже четыре дня
Получается полная фигня

Я тебя замучаю любовью могучею
Жаркою, опасною и разнообразною
Я тебя замучаю любовью могучею
Жаркою, опасною и разнообразною

Ночь. Луна. Фонарные столбы
Навивают эротические сны
От фантазий пухнет голова
Я шепчу запретные слова

Я тебя замучаю любовью могучею
Жаркою, опасною и разнообразною
Я тебя замучаю любовью могучею
Жаркою, опасною и разнообразною

Ночь. Луна. Ты кинула меня
Улетела цыцками звеня
Замела следы и скрылась далеко
Но я по запаху найду тебя легко

Я тебя замучаю любовью могучею
Жаркою, опасною и разнообразною
Я тебя замучаю любовью могучею
Жаркою, опасною и разнообразною

Я тебя замучаю любовью могучею
Жаркою, опасною и разнообразною
Я тебя замучаю любовью могучею
Жаркою, опасною и разнообразною

Ночь. Луна.
Ночь. Луна. 
Ночь.
La Nuit. La Lune. Je taille des crayons
Dans mes doigts tremble perfidement la lame
Je dessine ton image depuis déjà quatre jours
Et ça donne un grand n’importe quoi.Je te torturerai d’un amour puissant
Et chaud, dangereux et varié
Je te torturerai d’un amour puissant
Et chaud, dangereux et variéLa Nuit. La Lune. Les lampadaires
Enroulent des rêves érotiques
Ma tête enfle de fantasmes
Je chuchote les mots interdits

Je vais te torturer d’amour puissant
Et chaud, dangereux et varié
Je vais te torturer d’amour puissant
Et chaud, dangereux et varié

La Nuit. La Lune. Tu m’as rejeté
Tu t’es tirée en tintant des tétés
Tu a effacé tes traces et tu t’es cachée bien loin
Mais je vais te trouver facilement à ton parfum.

Je vais te torturer d’amour puissant
Et chaud, dangereux et varié
Je vais te torturer d’amour puissant
Et chaud, dangereux et varié
Je vais te torturer d’amour puissant
Et chaud, dangereux et varié
Je vais te torturer d’amour puissant
Et chaud, dangereux et varié
La nuit. La lune.
La nuit. La lune.
La nuit.

 

Spleen:Volga noire


Cette nouvelle chanson de Spleen nécessite quelque éclaircicement pour qui n’est pas familier des routes russes. Les routes sont dans un état variable et des fois il est nécessaire de faire des écarts pour éviter de mauvais passages ou des nids de poule, parfois on va très vite et parfois on s’y traine.
On y rencontre souvent des véhicules soviétiques ou post-soviétiques tels que les Volga (automobile familiale de l’unsine GAZ de Gorki) ou bien des ZIL des camions fait à Moscou (ZIL pour Zavod Imeni Likhacheva qui produisait aussi des véhicules de luxe pour les haut dignitaires que l’on envisage aujourd’hui de produire à nouveau. A ce sujet on peut voir le reportage de Drugoi publié il y a quelques jours).

Сплин: Чёрная Волга- Spleen:Volga noire
Издалека долго ехала черная « Волга ».
Пахло бензином,
То обгоняла все фуры, то долго тащилась за ЗИЛом.
Петляла бетонка.Пейзаж был убогий:
То свалки, то стройки, вокруг них дорожные знаки.
То серый бетонный забор, то вдруг красные маки
Везде вдоль дороги.
De loin roula longtemps une « Volga » noire .
Ca sentait l’essence,
Parfois elle doublait tous les camions, et parfois elle se traînait derrière un ZIL.
Elle zigzagait sur la route de plaques de béton.Le paysage était pauvre:
Ici des décharges, la des chantiers, autour des panneaux de signalisation.
Là comme cloture un mur de béton gris, et tout autour des coquelicots rouges
Partout le long de la route.
 Быстро темнело,
Дворник скрипел, лобовое стекло запотело.
Какая-то лампа моргала порой то и дело.
Фара горела.Постольку-поскольку
Везде отовсюду трясло, грохотало и дуло.
Черную « Волгу » неумолимо тянуло
К юго-востоку.Туда, где теплее,
Туда, где никто никогда ее не обнаружит.
Деревни, дороги, дома становились все хуже.
Полиция – злее.
Rapidement il a fait nuit,
L’essuie-glace a grincé et le pare-brise s’est embué.
Un peu de lumière clignotait de temps en temps.
Les phares éclairaient de tout leur feux.Dans la mesure où
De partout venait le chaos le fracas et le souffle.
La «Volga» noire inexorablement se trainait
Vers le sud-est.Là-bas, où il faisait plus chaud
Là-bas, où personne ne serait pas la découvrirait.
Villages, routes,  maisons tout allait de mal en pis.
Et la police était plus méchante.
 Это был номер!
Дав на прощание, клубы дыма и пара,
Черная « Волга », разогнавшись, упала
В Каспийское море.Волны сомкнулись,
Чайки, слегка покружив, успокоились живо.
Никто из людей не заметил, как исчезла машина
С городских улиц.Издалека долго.
Черная « Волга ».
Черная « Волга ».
Черная « Волга ».
 C’était un numéro!
Ayant fait ses adieu, d’une bouffée de fumée et de vapeur,
La «Volga» noire, ayant pris de la vitesse,
est tombée
Dans la mer Caspienne.Les vagues se refermaient,
Les mouettes, avaient un peu tournoyé.
Personne n’avait remarqué que la voiture avait disparu
Des rues de la ville.Sur une longue distance.
«Volga» Noire.
«Volga» Noire.
«Volga» Noire.

 

Time Out: Je serai là-bas

On peut télécharger et trouver les textes, les accords des chansons du groupe time out simplement sur leur site. Difficile d’offrir mieux à ses fans. C’est vrai qu’une star comme Céline Dion publiait lundi un album avec les paroles en français et leur traduction en Anglais le tout sur son site (ça va surement faire la promo de la langue française merci Céline!) mais les chansons sont en téléchargement sur itunes et les accords de toutes façons sans intérêt sans la voix de la Canadienne de Vegas.
Pour revenir à notre chanson de Time-out, Je serai là-bas fait partie du dernier album sorti en 2010 et se trouve . Et Le fichier de la chanson fait 8.3 Mo, je ne peux pas l’uploader sur le blog mais téléchargez le directement sur le site officiel.

Тайм-Аут Я буду там- Time Out: Je serai là-bas
Как по ветру брошу я монету,
Да по небу полечу-поеду.
На планету засмотрюсь,
От грехов отряхнусь.

Догонять меня не надо,
Я буду там, где я не был,
Я буду там, где не спросят,
Зачем я каплей дождя
Буду биться в окно каждую осень.Сверху я роняю взгляды,
Знаю, ангел где-то рядом.
Он крылом меня коснулся,
Не проснулся я, не проснулся.

Как по ветру брошу я монету,
Да по небу полечу-поеду.
Обожгусь об удачу,
От обиды покричу-поплачу.

Comme au vent, je vais jeter une pièce de monnaie
Oui, je vais voler à travers les cieux, je vais y aller.
Je m’oublierai à regarder la  planète,
Je me secourrai de mes péchés.

Pas besoin de courir après moi,
Je serai là où je n’étais pas,
Je vais être là où on ne demandera pas
Pourquoi moi une goutte de pluie
Je je frapperai la fenêtre à chaque automne.D’en haut je laisse tomber des regards
Je connais un ange quelque part tout près.
Il a touché m’a touché de son aile,
Je ne me suis pas réveillé, pas réveillé.

Comme au vent, je vais jeter une pièce de monnaie
Oui, je vais voler dans le ciel, je vais y aller.
Je me consume de chance
De vexation je-cris-et-je-pleure.

 

Alissa: à la porte du ciel

АлисА – На Пороге Неба -Alissa: à la porte du ciel
Черным бархатом накрыла ночь,
Да запутала в туманах день.
Лишь лукавая Луна от седого валуна,
Наводила тени на плетень.

Звезды падали огнем Небес,
Превращаясь в языки костров.
Ночь в пределе сентября и только чуткая заря,
Искрой пряталась в охапке дров.

По реке стелился Млечный путь,
Горизонтом становилась высь.
Август, полночь, ни души. Лишь вода да камыши
Облакам на преданность клялись.А я метался в поисках себя
По полянам от росы седым
То ли ядом жгла луна, то ли я дошёл до дна
То ли лето закатилось в дым.

На пороге Неба – до высокой звезды,
В полночь рукою подать.
На пороге Неба – верным ставят кресты,
Так им легче дышать.

На пороге Неба – по пропащим скорбя,
Крестится сила и мощь.
На пороге Неба – ты услышишь меня,
Там, где рождается дождь!
 

La nuit a recouvert de velours noir
Et s’est emelé dans les brumes de la journée.
Seule une lune malicieuse de roche argentée
Dirigeait les ombres sur la haie.

Des Étoiles tombaient avec le feu célèste
Transformant en langues des feux de bois.
Une nuit à la fin septembre et seulement l’aube  sensible,
Une étincelle s’est cachée dans un tas de bois.

Sur le fleuve s’étendait la Voie Lactée,
Les hauteurs sont devenues Horizon.
Août, à minuit, pas une âme. Seulement l’eau et les roseaux
Ont prété allégeance aux nuages.Et à la recherche de moi je me suis agité
A travers les clairères de la rosée du gris
Soit le poison brûlait la lune, soit j’ai touché le fond
Soit l’été s’est éteint dans la fumée.

Sur le seuil du ciel – jusqu’à la haute étoile
A minuit, tendre la main.
Sur le seuil du ciel – pour les fidèles on met des croix
Ainsi il leur est plus facile de respirer.

Sur le seuil du ciel – le deuil des âmes perdues,
Baptise la force et la puissance.
Sur le seuil du ciel – tu m’entends,
Là où la pluie est née!
 

 

Как ночное путал синий лес,
Хороводами трухлявых пней.
Помнит черная река заливные берега,
Да табун стреноженных коней.

Мне не спится, сердце давит грудь
Подстрекает душу напролом.
Слёзы уголками глаз, ночь, да яблоневый спас
Потихоньку вводят осень в дом

Comme de nuit la forêt bleue est devenue confuse,
Avec les danses des souches pourries.
La rivière noire se souvient des berges inondées,
Oui un troupeau de chevaux entravés.

Je ne peux pas dormir, la poitrine me presse le cœur,
Incite mon âme à foncer tout droit.
Des larmes dans le coin des yeux, la nuit, mais la fête de la récolte des pommes
Tout doucement fait entrer l’automne dans la maison.

 На пороге Неба – до высокой звезды,
В полночь рукою подать.
На пороге Неба – верным ставят кресты,
Так им легче дышать.
На пороге Неба – по пропащим скорбя,
Крестится сила и мощь.
На пороге Неба – ты услышишь меня,
Там, где рождается дождь!
Sur le seuil du ciel – jusqu’à la haute étoile
A minuit tendre la main.
Sur le seuil du ciel – on met les croix pour les fidèles
Ainsi, il leur est plus facile de respirer.
Sur le seuil du ciel –  le deuil pour les âmes perdues ,
Baptise la force et la puissance.
Sur le seuil du ciel – tu m’entends,
Là où la pluie est née!

 

Spleen: l’échelle

Ce titre figure sur le nouvel album Illusion d’optique qui sera présenté au public Moscovite vendredi prochain.

Сплин: Лестница- Spleen: L’escalier
Что искала, то нашла.
В небо лестница ушла.
Мы смотрели на восток.
Мир лежал у наших ног.
Ce que tu cherchais, tu l’as trouvé.
Dans le ciel  l’échelle a disparu.
Nous regardions à l’est.
Le monde était à nos pieds.
 Мы не заметили,
Как выросли дети.
На песок легли следы.
И в следах полно воды.
По воде, едва дыша,
В небо лестница ушла.
Nous n’avons pas remarqué,
Comme les enfants ont grandi.
Sur le sable des traces se sont couchées.
Et sur les traces il y a la marée haute.
Sur l’eau, respirant à peine,
Dans le ciel l’échelle a disparu.
 Мы не заметили,
Как выросли дети
И ушли на рассвете.
Нам сказали соседи
На рассвете.
Мы не заметили,
Как выросли дети
И ушли на рассвете.
Нам сказали соседи
На рассвете.Что искала, то нашла.
В небо лестница ушла.
Мы смотрели на восток.
Мир лежал у наших ног.

Мы не заметили,
Как выросли дети
И ушли на рассвете.
Нам сказали соседи
На рассвете.
Мы не заметили,
Как выросли дети
И ушли на рассвете.
Нам сказали соседи
На рассвете.

Nous n’avons pas remarqué,
Comme les enfants ont grandi
Et sont partis à l’aube.
Les voisins voisin nous ont dit
À l’aube.
Nous n’avons pas remarqué,
Comme les enfants ont grandi
Et  sont partis à l’aube.
Les voisins nous ont dit
À l’aube.Ce que tu cherchais, tu l’as trouvé.
Dans le ciel l’échelle a disparu.
Nous regardions à l’est.
Monde était à nos pieds.

Nous n’avons pas remarqué,
Comme les enfants ont grandi
Et s’en sont allé à l’aube.
Les voisins nous on dit
À l’aube.
Nous n’avons pas remarqué,
Comme les enfants ont grandi
Et s’en sont allés à l’aube.
Les voisins nous ont dit à l’aube
À l’aube.