En Russie

DDT: Leningrad (le printemps)

весна ддт
Плюс один, ноль, плюс два, почеpнела Зима
Расцветает Янваpь язвой неба, ха-ха!
С юга ветеp пpиполз, неспособный на бег,
Пожиpает, дохляк, пеpесоленный снег.
А за ним, как чума – Весна.
Ох-ха-ха-ха!А на Hевский слетелася стая сапог,
А на Hевском такая стоит кутеpьма,
А над Hевским в глазок наблюдает тюpьма
Состоящая из одиноких мужчин,
Hи нашедших пpичин даpового тепла.

Hепонятна весьма – Весна.
Эх-ха-ха-ха!

А в каналах вода отpажает мосты
И обpывы двоpцов, и колонны-леса
И стога куполов, и куpятник-киоск,
Раздающий за так связки вяленых pоз.
А культуpа, вспотев в целофане дождей,
Объявляет для всех Hочи Белых Hожей
И боимся все мы, что дойдям до войны…

Виновата она – Весна.
Ох-ха-ха-ха!

Эй, Ленингpад, Петеpбуpг, Петpогpадище
Маpсово пастбище, Зимнее кладбище.
Отпpыск России, на мать не похожий
Бледный, худой, евpоглазый пpохожий.
Геpp Ленингpад, до пупа затоваpенный,
Жаpеный, паpеный, даpеный, кpаденый.
Мсье Ленингpад, pеволюцией меченный,
Мебель паливший, дом пеpекалеченный.
С окнами, бабками, львами, титанами,
Липами, сфинксами, медью, Авpоpами.
Сэp Ленингpад, Вы теплом избалованы,
Вы в янваpе уже пеpецелованы.
Жадной весной ваши с ней откpовения
Вскpыли мне вены тоски и сомнения.
Пан Ленингpад, я влюбился без памяти
В Ваши стальные глаза…

Hапои до пьяна – Весна.
Ах-ха-ха-ха!

Plus un, zéro, plus deux, l’Hiver a noirci
Janvier éclot l’ulcère du ciel, ha-ha!
Du sud le vent se traîne, incapable de courir,
Il dévore, maladif, la neige trop salée.
Et derrière lui comme la peste, le Printemps.
Ah-ha-ha-ha!Et sur la perspective Nevsky affluent des nuées de bottes
Et sur la perspective Nevsky il y a tout un remue ménage,
Et sur la perspective Nevsky, la prison regarde dans le judas
Pleine d’hommes célibataires
Les raisons inconnues de ta chaleur gratuite chaleur.

Printemps totalement incompréhensible.
Ah-ha-ha-ha!

Et l’eau des canaux reflète les ponts
Et les palais suspendus et colonnes en bois
Et des piles de  coupoles et un kiosque de poulailler
Dispersé comme des tas de roses séchées.
Et la culture, suant dans le célophane de la pluie
Annonce à tout le monde les nuits des blancs couteaux
Et chacun d’entre nous a peur d’aller à la guerre …

Il est coupable le Printemps.
Ah-ha-ha-ha!

Hé, Leningrad, Petersbourg, Petrograd
Champs de mars, cimetière d’hiver.
Progéniture de la Russie, elle ne ressemble pas à sa mère
Pâle, maigre, les yeux européens.
Herr Leningrad,  nombril bedonnant,
Frit, cuit à la vapeur, bouilli, volé.
Monsieur Leningrad, marqué par la révolution,
Meubles roussis, maison pompée.
Avec aux fenêtres, des vieilles, des lions, des Titans
Des Tilleuls, des sphinx, du cuivre, des Aurores.
Sir Leningrad vous vous êtes gâté à la chaleur
Vous étiez déjà embrassé en Janvier.
Le printemps avide de vos révélations
Toute votre mélancolie et vos doute me sont apparus.
Pan Leningrad, je suis tombé éperdument amoureux
Dans vos yeux d’acier …

Saoul jusqu’à l’ivresse c’est le Printemps.
Ah-ha-ha-ha!

Chiens de Katchalov: Le printemps

Собаки Качалова – Весна

Собаки Качалова: Весна
Кому-то весна подарит любовь,
И будет светло все ночи напролет,
Кому-то весна подарит запой,
Кому-то – тепло, и кто-то умрет
A quelqu’un, le printemps donne de l’amour
Et ce sera illuminé toute la nuit
A quelqu’un, le printemps apportera la beuverie,
A quelqu’un, la chaleur, et quelqu’un meurt
И в чьей-то жизни станет светлей,
И новый герой вдруг вломится в двери,
А чье-то сердце станет взрослей,
А чье-то впервые научится верить.
Et la vie de quelqu’un s’éclaircit,
Et un nouveau héros enfonce la porte,
Et le cœur de quelqu’un devient adulte,
Et pour la première fois quelqu’un apprend à croire.
И мы принимаем эту любовь
Как неизбежность, как первую кровь,
И мы понимаем, кто-то уйдет,
Уйдет, для того, чтобы кто-то остался,
Et nous accueillons cet amour
Aussi inévitable que le premier sang
Et nous comprenons, quelqu’un s’en va,
S’en va, pour que quelqu’un puisse rester,
И в чьей-то жизни стало светлей,
И новый герой вдруг вломится в двери,
А чье-то сердце станет взрослей,
А чье-то впервые научится верить.
Et la vie de quelqu’un s’éclaircit,
Et un nouveau héros enfonce la porte,
Et le cœur de quelqu’un devient un adulte,
Et pour la première fois quelqu’un apprend à croire.

Semion Slepakov: Paris

Bloguer RussieCet article participe à l’événement inter-blogueurs « Bloguer Russie » organisé par le blog « Russie.fr ».Vous trouverez ici la présentation de l’événement pour cette première édition : « Mon premier voyage en Russie » ou « Mon premier voyage en France ».

La thématique de ce blog est actuellement la chanson russe contemporaine et ce qu’elle peut nous apprendre sur la société. Pour traiter du thème de l’évènement interblogs sans nous éloigner pour autant de la thématique du blog, j’ai choisi une chanson humoristique du doux nom de Paris. Elle ne parle pas de la France, mais au contraire de la Russie profonde et des paradoxes du pays natal. Car contrairement à l’adage « Где Хорошо, там и родина » (« Ubi bene ibi patria » ou comme disait Cicéron citant Marcus Pacuvius « Patria est ubicumque est bene ») c’est à dire « La patrie est là où l’on se sent bien », c’est exactement le contraire. La Patrie c’est là où l’on se sent pas si bien que ça. Et si c’est la Patrie ça s’améliorera jamais. C’est une forme de masochisme patriotique. Ce n’est pas un trait spécifiquement russe puisque les français sont aujourd’hui très forts dans ce que les médias reprenant les anglo-saxon nomment le « french-bashing ». On pourrait parler de « Self-French-Bashing » lorsqu’il s’agit de s’auto-dénigrer et de s’auto flageller.
Mais les russes n’emploient pas d’anglicisme pour désigner ce rapport schizophrène. Il existe une phrase célèbre dont on ne connait pas vraiment l’auteur. В России две беды – дураки и дороги – c’est à dire La Russie a deux problèmes – les imbéciles et les routes – tantôt on l’attribue à Gogol, tantôt Saltykov-Chtchedrine, deux auteurs maniant l’ironie et l’humour noir. Et parfois à Nicolas Ier à la lecture du Marquis de Custine rejetant les problèmes comme une simple question de mauvaises relations publiques, d’image marketing mal travaillée et de méchanceté des étrangers.
dans cette chanson c’est simplement de l’humour, un peu noir. Laissons là ces disputes sur l’origine de cette expression qui rythme la vie russe et intéressons nous à la chanson.

Semion Slepakov est un chanteur et humoriste de 33 ans qui passe dans l’émission phare de TNT « Comedy Club ». Il parle français et est diplômé de l’Université linguistique d’Etat de Piatigorsk. Ses chansons sont en général caustiques même si elles restent dans le cadre de ce qui est montrable à la télévision à une heure de grande écoute sur une grande chaîne nationale.

Il y a une vieille expression Russe « voir Paris et mourir », calquée sur « voir Naples et mourir ». Pour les Russes la ville de Paris est si belle que vous pouvez mourir après l’avoir vue, car rien ne pourra jamais l’égaler et vous serez perpétuellement dans une rêverie nostalgique. Ce romantisme désuet fut extrêmement populaire et l’est toujours à bien des égards (On peu citer la chanson tube d’Ala Pugactchova qui en est une bonne illustration). Ce romantisme cohabite cependant avec un pragmatisme bassement prosaïque et très brutal. Voir Paris et mourir? autant voir Vorkuta et y crever.
Dans cette chanson c’est la femme qui est romantique et son mari en apparence pragmatique. Mais les rôles pourraient très bien être inversés. Et d’ailleurs ils s’inversent au cours de la chanson. Elle veut voir Paris, lui propose de rester dans la province russe. Le choix du mari semble pragmatique, après tout Paris c’est loin et c’est cher…mieux vaut visiter la Russie. Mais en réalité ce choix de visiter la Russie n’est pas si simple à assumer.  C’est souvent plus loin que Paris. Les distances russes sont immenses. Ensuite c’est souvent plus cher que Paris. Même un hôtel sans goût, un repas mal servi peuvent avoir des prix bien supérieurs à ceux rencontrés dans la capitale Française  Et si les transports en URSS étaient bon marché, dans la Russie moderne ils sont inabordables pour une grande partie de la population.
De plus ce n’est pas très beau, on insiste pas trop dans la chanson car les nom ont déjà des associations fortes dans l’imaginaire des auditeurs. Enfin cela peut être dangereux, une vie humaine ayant plus de valeur à Paris qu’à Vorkuta… le chanteur qui voyage dans sa patrie prêt à y attraper toutes les maladies possibles, jusqu’à y noircir son âme. Pour visiter la Russie profonde au point de se détruire la santé et l’âme il faut être « héroïquement » patriotique au point d’en perdre le sens des réalités. Une maladie probablement encore plus grave que les douces rêveries nostalgiques sur Paris.

Visitons donc la Russie productiviste, bien qu’un peu glauque, à travers cette chanson.

Première étape Vorkouta.  C’est une ville très au nord dans la république des Komis,

Camp-vorkuta

200 kilomètres au delà du cercle polaire, c’est une ville minière du Goulag. Aujourd’hui c’est une ville qui reste peuplée de 69 000 habitants mais dans une situation économique et humaine difficile. Il fut déjà question de fermer la ville, ou d’y conserver une activité très réduite, mais cela n’a jamais été décidé. La population qui comptait 116 000 habitants diminue régulièrement, les mines y ferment, seuls se développent les cancers et les tumeurs au rythme de +7% annuels. Malgré tout dans cette ville du très grand nord, il y a de la vie, des couleurs très vives parfois surprenantes…

Vorkuta

Vichni-Voloch est une ville d’une cinquantaine de milliers de personnes dans le centre de la Russie, dans la région de Tver. C’est sur le chemin entre Moscou et Saint Petersbourg et son nom signifie « Haut Portage », il y a quelques usines en particulier une usine textile du doux nom de « Commune de Paris » (sur la photo ci-dessous). Le patrimoine industriel architectural a d’ailleurs été salué en 2010 puisqu’on l’a présenté à la biénale d’architecture à Venise.
Commune de Paris

001
Orel est une ville de 320 000 habitants à 360 km au sud ouest de Moscou. Elle est jumelée avec Reims, je ne sais pas si on y fait du champagne mais on y fait du Coca cola et de la vodka (Unsine Kristal et Coca Cola):

orel1 orel2

Velikié Louki    est une ville de près de 100 000 habitants dans la région de Pskov, elle fut fondée en 1166. Aujourd’hui elle a une industrie fleurissante (agroalimentaire, électricité, céramique, engins se levage…).800px-zeto-velikiye-luki 0001

Rossoch est une ville de 62 000 habitants de la région de Voronej, il y a des usines désaffectées comme l’usine de produits électriques, mais aussi des usines d’engrais ou d’agroalimentaire, la région étant riche en terres fertiles.00n1590299544 0031

Lelets est une ville très ancienne de la région de Lipetsk comptant aujourd’hui 108 000 habitants. On y trouve de l’extraction calcaire, de la dentelle, de l’électricité de la construction, une sucrerie…00ain calcaire00

Tver est une ville de 400 000 habitants au nord ouest de Moscou. Elle a une grande histoire et un large patrimoine industriel et on y trouve l’usine de Wagons de chemin de fer de Tver.

0tver
Languepas est une ville pétrolière de Sibérie comptant une quarantaine de milliers d’habitants.

0ls

Viatka l’ancien nom de Kirov (renommée en 1934 du nom d’un dirigeant soviétique), il est question d’abandonner le nom soviétique mais cela n’a pas encore été décidé. La ville compte aujourd’hui 472 000 habitants.00010

Vladimir est une ville de l’anneau d’or, elle est ancienne puisque fondée en 990. Elle compte aujourd’hui 345 000 habitants.vodka_vladimir

Novgorod la grande est une ville très connue pour son patrimoine historique, c’est la plus ancienne citée russe, existant depuis 959. Mais aujourd’hui c’est aussi une ville de près de 220 000 habitants qui a son industrie.

novgorod178_0_pic
Gous-Khroustalny est une ville de 60 000 habitants dans la région de Vladimir.

000old_gus_khr_5
Vyborg ville de 78 000 habitants au nord de Saint Petersbourg001_317d3369bb92
Sterlitamak est la deuxième ville de Bachkirie comptant 275 000 habitants, elle abrite une forte industrie chimique.00000tek

Семён Слепаков : Париж
Вот ты мне всё время говоришь:
Я так хочу увидеть Париж,
Хочу хоть глазком посмотреть,
Увидеть Париж и умереть.
А я отвечаю тебе: Путёвка стоит тысячу у.е.
И если ты так хочешь умереть,
Дешевле ведь Россию посмотреть.Вот если ты увидишь Воркуту,
То разразится кариес во рту,
А как приедешь в Вышний Волочок –
Волос немедля выпадет пучок.
Вдохнешь в себя воздух Орла –
Скончаешься от спазмов горла,
А если вдруг пройдешь по Россоши,
То смерть тебе покажется роскошью.
А ты тут мне говоришь:
Я так хочу увидеть Париж…

Ты посмотри сначала на Тюмень,
И на глазу появится ячмень,
Ты посети Великие Луки –
Отнимутся и ноги и руки.
При виде очертаний Ельца
Остановится сердечная мышца,
А въедешь ты в красавицу Тверь,
И в ад приоткроется дверь.
А ты тут мне говоришь:
Я так хочу увидеть Париж…

Ты поезжай сначала в Лангепас,
Там сузится от ужаса твой таз,
А если вдруг приедешь в город Вятку,
То ты за эвтаназию дашь взятку.
А если вдруг ты посетишь Владимир,
Увидишь ты, что бронтозавр не вымер,
А как заедешь в Новгород Великий,
Узнаешь ты, что дьявол двуликий.
А ты всё нудишь и нудишь
Про смерть и какой-то Париж.
Но лишь я предложил поехать в Клин,
Ты быстро сориентировалась, блин!
И взяв с собой зубную щетку лишь,
Свалила с новым хахалем в Париж.
Смотри свой Нотр-Дам де Пари,
А я сойду на станции в Твери.
Ты думаешь я жадный идиот,
Неправда — я России патриот.
Увижу я красавицу Тверь,
Пускай мне в ад откроется дверь,
Вдохну я ароматы Орла,
Люблю я эти спазмы горла.
Взгляну на очертания Ельца –
Гори огнём сердечная мышца.
А я уже умчался в Лангепас,
Мне никогда не нравился мой таз.
Оттуда загляну в Гусь Хрустальный,
Мне глаз давно был нужен хрустальный,
И выкрою часочек на Выборг
Я слышал там есть женщина-киборг.
А так же заскочу в Стерлитамак,

Спрошу у бога: «Ну зачем ты так?»
И можешь, сучка, свой Париж смотреть,
А я хочу в России умереть!
Впёред, Россия!Париж — говно!

Bon tu dis tout le temps:
Je veux voir Paris
Je voudrais la voir au moins d’un oeil,
Voir Paris et mourir.
Et je te réponds: Le voyage coûte  1000 euros
Et si t’as tellement envie de mourir
C’est moins cher de voir la RussieTiens si tu vois Vorkouta
Tes caries vont éclater dans la bouche,
Et quand tu viens à Vichni-Volochok –
Tes cheveux tombent aussitôt en touffes.
Respire l’air d’Orel –
Et tu vas succomber à des spasmes de la gorge,
Et si tu passes soudainement à Rossosh
Alors la mort te semblera magnifique.
Et là tu me dis:
Je veux tellement voir Paris …

Mais regarde d’abord Tyumen
Et sur tes yeux apparaîtra un orglet,
Visite Veliky Luki –
Les bras et les jambes t’en tomberont.
A la vue du contours de Lelets
Ton coeur cessera de battre
Et si tu viens voir la belle Tver
S’entrebâilleront les portes de l’enfer.
Et tu me dis:
Je veux tellement voir Paris …

Viens d’abord voir Languepas,
Là d’horreur ton bassin se rétrécira
Et si tout à coup tu viens dans la ville de Viatka
Alors donne un pot de vin pour avoir une euthanasie.
Et si tout à coup tu visites Vladimir,
Tu verras que les brontosaures ne sont pas éteints,
Et quand tu passes à Novgorod la Grande,
Tu apprendras que le diable a un double visage.
Et tu me bassines et me bassines
À propos de la mort et d’un certain Paris.
Mais je te suggère seulement d’aller à Klin
Et tu va t’orienter rapidement, bon sang!
En ne prenant que ta brosse à dents,
Renversée avec un nouveau mec à Paris.
Regarde ta Notre-Dame de Paris,
Et je vais descendre à la gare de Tver.
Tu penses que je suis un idiot avare
Ce n’est pas vrai – je suis un patriote russe.
Je vois la beauté de Tver,
Laissez-moi ouvrir la porte de l’enfer,
Je respire les parfums d’Orel
J’aime ces spasmes de la gorge.
Je regarde la disposition de Lelets –
Et mon coeur me brûle.
Et je suis déjà entraîné à Langepas,
De toutes façon j’ai jamais aimé mon bassin.
A partir de là je vais jeter un oeil à Gous-Khroustalny,
Mon œil a besoin depuis longtemps d’un cristal,
Et j’en coupe un petit morceau à Vyborg
J’ai entendu dire qu’il y a un cyborg femelle.
Et aussi je vais faire un saut à Sterlitamak

Je vais demander à Dieu: «pourquoi donc es-tu ainsi»?
Et tu pourras, connasse, voir ton Paris
Et moi je veux mourir en Russie!
En avant la Russie!
Paris c’est de la merde!

Les autres billets des blogs participant sont ici:
http://green-russian-caucasus.blogspot.fr/2013/04/siberie-mon-amour.html

http://russie.fr/premier-voyage-russie

http://spoutnitsi.net/Voyage-avec-Ivan

http://pyatigorsk-russian-caucasus.blogspot.ru/2013/03/evenement-mon-premier-voyage-en-russie.html

Kanietz Filma: l’allure

Конец Фильма – По походке
Я не узнаю тебя по улыбке или взгляду,
Я не узнаю тебя по осанке и по цвету волос,Но я пойму, когда ты будешь рядом,
Мне не надо
Объяснять, я услышу цок-цок твоих ног и почувствую кожей тепло.

Я узнаю тебя по походке,

По походке.

Я – Рэй Чарльз, я – Стиви Вандер, я – кот Базилио,
Я – Гомер, я слагаю свою Илиаду в переходе метро.
И я жду, я знаю, что ты пройдешь мимо,
Моя милая,
Для тебя я всего лишь такой человек, у которого белая трость.

Я узнаю тебя по походке,
По походке.

Я пою: « Люди добрые, поможите, пожалуйста! Люди добрые… »
Этот хит мне приносит стабильный доход.
От тебя мне не нужно ни денег, ни жалости.
Ах, какие мы гордые!
Лишь бы ты никогда не меняла маршрут, проходящий сквозь мой переход.

Я узнаю тебя по походке,
По походке.

Может быть тебе 12 или 48, я не узнаю.
Я надеюсь, ты – женщина, хотя может ты – трансвестит.
Может ты – некрасива, может быть ты – глухонемая,
Что это меняет?
Если сердце мое от тоски и любви в такт шагам твоим только стучит.

Я узнаю тебя по походке,
По походке.

Je ne te reconnais pas à ton sourire ou à ton regard,
Je ne te reconnais pas à ton maintien et la couleur de tes cheveux,Mais je comprends, quand tu es là tout près,
Pas besoin
D’expliquer, j’entends le clop-clop de tes pieds et je sentir la chaleur de ta peau.

Je te reconnais à ta démarche,
à ta démarche.

Je suis Ray Charles, Je suis Stevie Wonder, Je suis le chat Basilio
Je suis Homère, je compose mon Iliade dans les passages du métro.
Et j’attends, je sais que tu passeras près de moi,
Ma douce,
Pour toi, je ne suis juste que cet homme avec une canne blanche.

Je te reconnais à ta démarche,
à ta démarche.

Je chante: «Bonnes gens, aidez-moi s’il vous plaît … Bonnes gens! »
Ce hit m’amène un revenu régulier.
De toi, je n’ai pas besoin ni d’argent, ni de pitié.
Oh, combien nous sommes fiers!
Si seulement tu ne changeais jamais d’itinéraire traversant mon passage souterrain.

Je te reconnais à ta démarche,
à ta démarche.

Peut-être que tu as 12 ans ou 48, je ne sais pas.
J’espère que tu es une femme, même si t’es peut être un travesti.
Peut-être que tu n’es pas belle, peut-être que tu es sourde,
Qu’est-ce que ça change?
Si mon cœur de désir et d’amour ne bat qu’au rythme de tes pas.

Je te reconnais à ta démarche,
à ta démarche.