Archives mensuelles : septembre 2016

Lecture: Les dix plaies de la Russie De l’URSS à la Russie par Edouard Moradpour

9791030200362f On m’a gentiment proposé de lire le tout dernier livre d’Edouard Moradpour sorti cet été aux éditions Fauves. J’ai envie d’en dire du bien mais j’ai été déçu par ce livre duquel j’attendais plus. Au final je pense que c’est un bon départ pour entamer une discussion sur la Russie post-communiste.

Edouard Moradpour comme l’avions déjà découvert lors de la sortie d’un roman sur la momie de Lénine est publicitaire et a vécu les années 90 et 00 à  Moscou. Au début des années 10 il est rentré à Paris mais continue à être habité par son existence Moscovite, d’où cette série de livres sur la Russie.

J’ai envie de dire du bien du livre parce que cette expérience n’est pas courante et que je suis trop jeune pour avoir connu cela: partir en URSS dans un contexte de pénuries multiples pour développer une activité totalement inconnue là-bas la publicité qui sert en occident à écouler les produits superflus et convaincre les consommateurs que les innovations les plus diverses leur sont indispensables alors qu’ils ont vécu très bien auparavant sans. Bien entendu dans cette URSS il y avait une soif de nouveauté, une soif d’occidentalisation et donc les produits et les publicités étaient très attendus.

Le regard d’Edouard Moradpour est souvent naïf et bienveillant, cela contraste agréablement avec certains de nos compatriotes qui voient en la Russie un espace pour donner libre cours au pire cynisme. La dernière scène sur le dédouanement de son déménagement, sans faire appel à un broker, qui va durer toute un journée alors qu’il a vécu plus de 20 ans en Russie et il sait comment fonctionnent en pratique les douanes… Cette scène illustre bien ce regard frais et bienveillant sur la société russe.

J’ai envie d’en dire du bien comme tout le monde visiblement. La  préface d’Alexandre Adler est aussi concise qu’élogieuse! Et tous les nombreux commentaires sur Amazon sont oh combien flatteurs:

Ce témoignage passionnant
La construction du livre à partir du thème des  » dix plaies d’Egypte » est très habile.
A ne pas manquer!!Enfin un livre bien écrit, clair et facile à lire pour comprendre la Russie
Enfin un livre bien écrit, clair et facile à lire pour comprendre la Russie
Un des meilleurs livres sur la « nouvelle Russie »
Livre idéal à emporter cet été avec soi…

On voit que l’auteur est spécialiste des relations publiques et de la publicité: tout le monde a envie d’en dire du bien, moi y compris. Mais une critique flatteuse de plus aurait elle une quelconque valeur? Il y en a déjà beaucoup essayons d’apporter de l’eau au moulin de la discussion pour aller plus loin.

zaryadyeD’abord je voudrais corriger un détail il est question de l’hôtel Russie à deux pas de la place rouge qui a été détruit au milieu des années 00 (2006-2007 pour être exact) et par la suite est resté une friche fermée au public. Dans le livre on dit qu’un centre commercial y sera construit. Ce n’est pas exact. Le problème des transports à l’hyper-centre de Moscou ainsi que le financement d’un grand projet commercial à deux pas du Kremlin dans un contexte de crise, le contexte de pietonnisation du quartier… ainsi que peut être d’autres raison conduisent à en faire un parc. Le parc devraient prochainement ouvrir puisqu’il devrait être prêt début septembre de l’an prochain pour la fête de la ville de Moscou. Le parc portera le nom du quartier: Zariadié. Il sera ouvert 24h/24 et à priori bien sécurisé. L’idée est d’en faire un reflet de la Russie avec quatre zones climatiques: la toundra, la steppe, la forêt et la prairie humide. C’est important de parler de ce projet car il est représentatif du nouveau Moscou Sergueï Sobianine, on a rompu avec l’ère Iouri Loujkov: fini l’ère de la voiture reine et des centres commerciaux de l’hyper-centre!

Ensuite sur les mésaventures de Carrefour: la chaine hexagonale n’avait pas juste ouvert un magasin en province. Il y avait un magasin en plein centre de Moscou qui par la suite est devenu un Achan City étant donné la réorientation stratégique du groupe.

Mais trêve de petites corrections revenons au fond du livre: Il y a les dix plaies d’égypte, pourquoi pas les dix plaies de la Russie? Cela fait facilement un livre en dix chapitres et cela est très flatteur, à défaut d’être la troisième Rome soyons la deuxième Égypte! Et cela annonce la dédicace du livre « à l’âme russe » c’est à dire la capacité de souffrir poussée à son extrême du peuple russe.
Malheureusement ce qui ne colle pas et qui rend le titre inadéquat c’est que la comparaison est inaboutie: qu’en est il de Dieu et des juifs? De Dieu il n’en est pas question dans le livre. On ne sait pas qui envoie ces plaies sur la Russie. Ou du moins on ne préfère ne pas savoir chaque tragédie se terminant par un très ambigu « de toutes façons on ne connaîtra jamais la vérité ». Quand au juifs, force est de constater que l’on ne parle plus Yiddish, l’émigration juive vers les USA et Israël s’est poursuivie et en URSS et en Russie. La famille de l’auteur est d’ailleurs juive et a quitté le pays il y a longtemps. On ne peut pas dire que le peuple Juif ait été libéré de Russie grâce à ces plaies qui s’abattent sur le pays. Si le président Poutine a inauguré en 2012 un musée contre l’antisémitisme à Moscou, aujourd’hui les juifs de Russie sont relativement peu nombreux ou largement russisés. Qui plus est les plaies choisies ne sont pas de l’ordre des catastrophes natureles (feu, inondations, astéroïdes…) comme il y en a pourtant malheureusement beaucoup mais de l’ordre des erreurs humaines (guerre, pillage, massacres, crise financière, politique internationale…). Voici les dix plaies en question:

I – « Les grenouilles » : le putsch de Moscou d’août 1991
II – « La grêle » : le bombardement du Parlement et l’octobre rouge d’Eltsine en 1993
III – « Les taons » : la Privatisation et les oligarques 1992-1997
IV – « Les furoncles » : les deux guerres de Tchétchénie 1994et 1999
V – « Les sauterelles » : la grande crise financière d’août 1998
VI – « Les poux » : les terribles attentats « terroristes » de Moscou en 1999
VII – « Les eaux changées en sang » : le naufrage du sous-marin Koursk en août 2000
VIII – « La mort des troupeaux » : la prise d’otages dans le théâtre de la Doubrovka de Moscou en octobre 2002
IX – « La mort des premiers-nés » : la prise d’otages dans l’école de Beslan en septembre 2004
X – « Les ténèbres » : la crise ukrainienne et l’isolement de la Russie à partir de 2014

Le titre ne fonctionne pas à mes yeux. Il aurait mieux fallu parler des 10 erreurs, des dix râteaux comme disent les Russes: l’expression marcher toujours sur le même râteau signifie répéter toujours et encore la même erreur. L’image du râteau permet de ne pas éluder la responsabilité (de celui qui a posé le râteau et de celui qui a marché dessus qui est souvent une seule et même personne).

rateau2 rateau

Outre le titre, ce qui est très gênant c’est le genre du livre. Il s’agit d’un témoignage, d’une expérience vécue dans laquelle s’insèrent des éléments de situation historique, sociale, politique afin que le lecteur français comprenne bien. Il est question de la vie quotidienne et des affaires, dans le récit on explique des notions élémentaires telles que l’importance des fêtes, la différence entre citoyenneté et nationalité… Au début cela semble bien fonctionner mais rapidement cela dérape d’autant plus que les digressions sont innombrables. Aussi le livre bascule plus vers une analyse médiatique de la Russie. Le point de bascule pour moi a été la diatribe contre la culture russe.  Pour lui il n’y a plus de culture russe depuis longtemps, il cite quelques grands hommes russes décédés. Ces hommes sont morts donc la culture russe est morte! CQFD. J’entends souvent d’ailleurs exactement le même raisonnement pour dire que la culture française ou européenne est morte. Ah Molière! ah Marcel Proust! Ah Jaques Tati… ils sont tous morts donc la culture française est morte. C’est la base du french bashing.

Bien entendu ce raisonnement est faux. C’est pas parce que l’on est ignorant soi même et que l’on trouve un interlocuteur en fin de repas pour partager cette idée, que ce que l’on ignore n’existe pas.

Il poursuit son raisonnement: personne n’a entendu parler d’Andreï Zviaguintsev portant il a fait deux films qui illustrent le vrai visage de la Russie actuelle.
Pour ma part je ne serai pas aussi catégorique sur les films de Zviaguintsev mais on ne peut pas dire qu’il soit inconnu… il a régulièrement gagné des prix à Cannes, il est diffusé dans toute la France, la critique et l »intelligentsia est très élogieuse à son égard. Bien sûr si notre culture cinématographique se limite à Star Wars et Taxi on ne connait pas, mais si on s’intéresse sérieusement au cinéma on connait.

-Quels sont les écrivains russes que vous connaissez ?
-Quels grands compositeurs russes vous reviennent en mémoire ?
-Quels sont les noms des danseurs ou danseuses russes célèbres ?
-Vous avez en tête quelques noms de peintres russes célèbres ?
Des noms de grands musiciens russes ?
-Des noms de grands musiciens russes ?

-Enfin, allons au théâtre…
J’avais vu et revu, avec d’excellents comédiens d’ailleurs, La Cerisaie, Oncle Vania, Les Trois Sœurs ou La Mouette de Tchekhov, mais je n’ai pas assisté à des créations théâtrales contemporaines marquantes.

Bref c’est de la mauvaise foi on ne peut pas arguer de son ignorance pour démontrer qu’un ensemble est vide. C’est un principe de base de la logique. Peut être qu’au café du commerce l’assertion « si c’était vrai cela se saurait » fonctionne mais dans un discours sérieux cela prête à sourire. Surtout lorsque l’on sait que « faire connaitre » est justement la base du métier d’un publicitaire.
Il est vrai que la majeure partie de la population à laquelle s’adressent les publicités à un bagage culturel très faible, mais lorsque l’on vit à Moscou, que l’on a de l’argent et que l’on s’intéresse à la culture… la vie culturelle et la création est d’une très grande richesse. Certes depuis que Vladimir Medinski est au ministère de la culture l’action gouvernementale est sérieusement mis à mal mais on ne peut pas dire que d’un point de vue culturel la Russie soit l’ensemble vide. C’est largement excessif!

D’ailleurs comme pour combler cet excès Edouard Moradpour va tenter de rééquilibrer le livre en vantant les mérites de Vladimir Poutine et dénigrant les médias occidentaux. Mais pas besoin de lire un livre pour ce genre de lieux communs.

A mon sens le problème de fond vient de la douleur personnelle d’Edouard Moradpour. Digresser sur des considérations historiques et politiques permet de mettre des mots là où il a du mal à en mettre dans sa propre vie. Ce passage chronologique sur l’entre deux mandats de Vladimir Poutine et l’arrivée du « tandem Medvedev » l’illustre bien:

Le 8 mai, la Douma nomme officiellement Poutine Premier ministre.
Le 26 juin à 16 h, Elena, après sept ans de vie commune, se suicide chez nous, à l’âge de 40 ans. Ce soir-là, j’ai compris que le pays du malheur ne nous avait pas épargnés.
Il y avait un « avant » Elena ; il y aura un « après » Elena. Une plaie de l’Âme qui aura beaucoup de mal à cicatriser.
Les six premiers mois de la présidence de Medvedev seront très réussis.

C’est d’autant plus dommage qu’on aimerait en savoir plus sur ces vingts ans d’aventures Moscovites, et surtout sur l’atmosphère de la fin de l’union soviétique manquant de l’essentiel mais avide de toutes sortes de nouveautés. Peut être suis-je déçu parce que j’ai lu l’an dernier un excellent livre de témoignage sur à peu près la même époque en Russie: Notice Rouge. Ce livre traduit de l’anglais se lit d’un trait comme un roman au rythme haletant. Bill Browder n’est pas dans la publicité mais dans la finance et il  a visiblement choisi un nègre très professionnel pour mettre son histoire en forme. Peut être aussi avais-je trop dans la tête le livre de Viktor Pelevine, Genération P, un roman sur le monde de la publicité dans le Moscou des années 1990. Bref on attend plus encore d’Edouard Moradpour et de la chance inouïe qu’il a eu de vivre l’histoire récente de la Russie postcommuniste de l’intérieur du pays, dans sa globalité et sa continuité, sans aucune idéologie préétablie. On attend son prochain livre avec impatience.

 

Vassia Oblomov: Rien de grave

Les élections législatives se sont donc tenues de façon anticipées le week-end dernier. Il n’y a pas de grande surprise ni de grand enthousiasme, la participation est d’ailleurs en berne.
Ce qui peut sembler étrange à un regard occidental c’est le soutien des grands partis d’opposition au président Vladimir Poutine: « Pour Poutine et contre Medvedev » alors qu’il n’y a pas de divergence fondamentale entre le président et le premier ministre. L’homme fort est Poutine, son premier ministre apparait de plus en plus effacé et accumulant les bourdes.hknr3ae8hdi

ogy6d6y6t74

p8vfdyqfots

Вася Обломов – Ничего страшного
Вы все, кто переживает за честность выборов.
Собирает подписи и наблюдает.
Вы думали где нибудь в нашей стране.
Кто нибудь, что нибудь выбирает?
Даже в хит-парадах и смс-опросах.
На ваше мнение всем глубоко насрать.
Vous tous qui êtes préoccupés par l’honnêteté des élections.
Vous collectez des signatures et vous êtes observateurs.
Vous pensiez que quelque part dans notre pays.
Quelqu’un choisit pour quoi que ce soit?
Même dans les hit-parades et les votes par SMS.
Votre opinion tout le monde s’en fout totalement.
Здесь никто, никому, ничего не доверит.
Выбрать самостоятельно, и тем более проверять.
Выявление пороков, превратилось в терапию.
Обязательна к прочтению куча статей.
В миллионный раз об одном и том же.
О том, как нам врут в выпусках новостей.
О том, как воруют и не расследуют.
Какую президент снова шутку сказал.
Ici, personne, ne faisait confiance à qui que ce soit pour quoi que ce soit.
Voter de son propre chef, et à fortiori pour vérifier.
L’identification des vices s’est transformé en thérapie.
L’obligation de lire un tas de papiers.
Un million de fois toujours la même chose.
Sur la façon dont on nous ment aux informations.
Sur la façon dont on vole et que l’on enquête pas après.
Et quelle est la blague qu’a encore raconté le président.
Эксперты проанализируют и посоветуют.
Как красиво одеться в спортзал.
Когда на наших глазах кого то увозят.
Мы смотрим в точку перед собой.
Нам кажется, всякое может случится.
Здесь с кем угодно, но не с тобой.
И никакими мирными шествиями, ничего невозможно доказать.
Или изменить, никто из нас не готов ничем жертвовать.
Все друг друга просят понять и простить.
Деятелями культуры можно подтереться.
А они готовы коллективно подписаться.
Под любыми письмами, составленными кем надо.
Сделают интеллигентно, не будут сомневаться.
Les experts analyseront et conseilleront.
Sur la façon de bien s’habiller à la salle de gym.
Lorsque nous assistons à l’arrestation de quelqu’un.
On fixe un point en face de soi.
Il nous semble que tout peut arriver.
Ici à n’importe qui sauf à toi.
Et aucun cortège ne permettra de te prouver quoi que ce soit.
Ou de changer, aucun d’entre nous n’est prêt à sacrifier quoi que ce soit.
Tous se demandent mutuellement faire preuve de compréhension et de mansuétude.
Avec les figures du monde de la culture on peut se torcher.
Et ils sont prêts à souscrire collectivement.
A n’importe quelle lettres ouverte écrites si elle est présentée par qui il faut.
Ça les rendra intellectuels, à n’en pas douter.
Красивые фото, письма в защиту.
Очереди с плакатами возле зала суда.
Жизнь устаканилась, справедливости нету.
И всех, кто отличился ожидает тюрьма.
Ведь свобода – это конечно ответственность.
За свои поступки и их последствия.
Здесь нет виноватых и нету спасителей.
Ваш сосед даст на вас показания для следствия.
У большинства из нас, короткая память.
Поэтому кажется, что мы умеем прощать.
De très belles photos, des lettres de défense.
Des files avec des pancartes en dehors de la salle d’audience du tribunal.
La vie s’est fixée et il n’y a pas de justice.
Et la prison attend tous ceux qui se distinguent.
Après tout, la liberté c’est bien sûr la responsabilité.
Pour ses actions et leurs conséquences.
Il n’y a pas de coupable ni de sauveurs.
Votre voisin vous donnera un témoignage dans le cadre de l’instruction
La plupart d’entre nous a la mémoire courte.
C’est pourquoi il nous semble que nous sommes capables de pardonner.
Мы постоянно верим в какие то глупости.
И всеми силами стараемся их защищать.
Жалкие и беззащитные, в сущности неуместные.
И непонятно зачем мы выражаем подробно свое никчемное мнение.
Чтоб страницей фейсбука понравится всем.
Умные мысли, смелые песни, классные фото из самых красивых мест.
Может быть смысл в смерти, ошибочно прожитой жизни.
Я думаю нет его, оптимисты твердят, что есть.
Nous croyons toujours en un truc stupide.
Et on tente de le défendre de toutes nos forces.
Pitoyable et sans défense, par essence malséant.
Et on ne comprend pas pourquoi on exprime son opinion sans valeur dans le détail.
Pour que notre page Facebook plaise à tout le monde.
Des idées intelligentes, des chansons osées, des photos cools des plus beaux endroits.
Peut-être que le sens c’est la mort après avoir faussement vécu.
Je crois qu’elle n’existe pas, les optimistes, eux affirment qu’elle existe.
Слушая наши бесконечные разговоры, кажется речь – ошибка природы.
Мы реагируем на перемены в собственной жизни, словно на изменения погоды.
Мне говорят, не переживай так, ты все равно не сможешь изменить среду.
Наша жизнь – плохое стечение обстоятельств.
Мы еще не горим, но похоже в аду…
En écoutant nos conversations sans fin, il semble que la parole soit une erreur de la nature.
Nous réagissons aux changements dans notre propre vie, comme si c’était des changements météo.
On me dit, ne t’en fais pas, de toutes façons tu ne peux rien changer autour.
Notre vie est un mauvais concours de circonstances.
Nous ne brûlons pas encore, mais ça ressemble déjà à l’enfer …

Jennifer’s Buddy: Paranoïa


 

Jennifer’s Buddy – Pilot Episode (2016) -=Паранойя
Мне надоели СМИ, им бы только кроме правды всё сказать.
Но и не СМИ не то, хотя пока есть только слово, дай им взять.
Всегда им есть всем что сказать,
Нам только верить и не знать,
И не знать.
J’en ai marre des médias, qui seraient prêts à dire n’importe quoi sauf la vérité.
Mais il en faut des médias, au début était le verbe, mais il y en a qui abusent en le prenant.
Ils ont toujours quelque chose à dire à chacun,
Il nous faut juste croire et ne pas savoir,
Et ne pas savoir.
Я не поверю им, не поверю ни тебе и ни ему,
Сенсации недели в головах толпы, но проще одному.
Куплю последний BMW,
Я буду в списках КГБ,
КГБ.
Je ne les crois pas, ne le crois ni lui, ni toi
Sensations de la semaine dans les têtes de la foule, mais c’est plus facile, un par un.
J’achète la dernière BMW,
Je serai sur les listes du KGB
KGB.
Постой,
Кругом спешат,
Меня не светят в новостях.
Открой,
Едва дыша,
Не стоит строить на костях.
Attends,
Tout le monde autour est pressé,
Les nouvelles .
Ouvre,
En respirant à peine,
Ca ne vaut pas la peine de construire sur des ossements.
Была я в списках КГБ,
Теперь не знаю даже где,
Всё равно.
J’étais dans les listes du KGB
Maintenant, je ne sais même pas où,
Ça n’a pas d’importance.
Закрой,
Боясь в душе,
Там кто-то за тобой пришёл.
Ведь ты
Не в шалаше,
Всё, может, будет хорошо.
Ferme,
Craignant en mon âme,
Il y a quelqu’un qui est venu te chercher.
Après tout,
T’es pas dans une hutte,
Tout, peut être, ira bien.
Хорошо,
Хорошо,
Хорошо,
Не хорошо,
Хорошо,
Хорошо,
Хорошо,
Не для тебя.
Bien,
Bien,
Bien,
Pas bien,
Bien,
Bien,
Bien,
Pas pour toi.

Rabfak: nouvelle chanson sur les élections

Dimanche 18 septembre 2016, en fin de semaine, il y aura des élections parlementaires. Les précédentes avaient donné lieu à des fraudes massives conduisant à des mouvements de protestation en vue d’élections honnêtes, propres. Le climat actuel est bien différent de 2011 et il est peu probable que les élections donnent lieu à des fraudes ou des protestations de grandes envergure. Le groupe Rabfak qui s’était fait connaitre en 2011.
Rappelons que la ville de N est un lieu commun de la littérature russe, c’est la petite ville de province bien représentative de ce qu’est la Russie.

Рабфак – Новая песня о выборах
В городе N начинаются выборы
Списки составлены лишние выбыли
Все кандидаты красафцы на фото
От пидораса и до патриота
Dans la ville de N les élections commencent
On a viré des listes ceux qui sont de trop
Tous les candidats sont de petites beautés sur les photos
Depuis le pédé jusqu’au patriote
В городе N нету места апатии
Тут у нас самые лучшие партии
Все как одна с ахуенными планами
Дать нам бабла и покончить с ебланами
Dans la ville de N n’a pas de place pour l’apathie
On a là les meilleurs partis
Ils ont tous des putains de supers plans
Donnez-nous du fric et qu’on en finisse avec les enculés!
Мы избираем, мы голосуем
Станет наш город неописуем
Мы голосуем мы избираем
Будет наш город божеским раем
Nous élisons, nous votons
Notre ville devient indescriptible
Nous votons nous élisons
Notre ville sera un paradis divin
Знайте враги мы не быдло а граждане
В наших руках бюллетени бумажные
Единогласно без спора и торга мы
Самых достойных выберем в органы
Vous savez les ennemis, nous ne sommes pas des abrutis mais des citoyens
Dans nos mains, nous avons des bulletins de vote en papier
Unanimement sans discussion ou marchandage on
Vote pour le plus méritant dans les institutions
Мы избираем, мы голосуем
Станет наш город неописуем
Мы голосуем мы избираем
Будет наш город божеским раем
Nous élisons, nous votons
Notre ville devient indescriptible
Nous votons nous élisons
Notre ville sera un paradis divin

Mirko Sabitch: regard Ukrainien sur les élections parlementaires russes

Toujours à propos des élections parlementaires, voici une chanson Ukrainienne qui se demande à quoi bon organiser des élections si les résultats sont connus d’avance. L’expression Prived Medved fait référence ici au premier ministre Dimitri Medvedev mais à l’origine c’était un mem internet qui date de 2006, soit bien avant que Medvedev devienne un personnage public.

Украинцы о выборах в Госдуму « Выборы без выборов » — Мирко Саблич
Вот и наступил заветный час,
Ждали вы его который год,
Снова власть цинично выбор сделает за вас,
Если Избирком не «подведёт».
Voici venu le moment tant désiré
Vous l’avez attendu tant d’années,
Encore une fois, le pouvoir va vous faire cyniquement des élections,
Si la Commission électorale ne falsifie pas le tout./td>
Берёт олень
Флаг в зубы и под мышку бюллетень,
В который раз
Бездумно голос свой немой за власть отдаст.
Le cerfs prend
Le drapeau entre les dents et le bulletin de vote sous le bras
Tant de fois
Inconsidérément il donne sa voix muette au pouvoir.
Нахрена вообще на них ходить?
Глянь на рожи этих упырей!
Выборы в России нужно взять и отменить –
Будет и дешевле, и честней.
Mais putain à quoi bon y-vont-ils?
Regarde ces gueules de ces vampires!
Les élections en Russie, faudrait les prendre et les supprimer-
Il sera moins cher et plus honnête.
К чёрту Думу – только Президент!
Он один, кто вас не подведёт!
Самый длинный в мире пропаганды инструмент,
День и ночь России мозг куёт.
Au diable la Douma! On garde juste le Président!
C’est le seul qui ne vous jouera pas de mauvais tour!
C’est lui qui a la plus longue au monde, de machine propagande,
Nuit et jour il forge le cerveau de la Russie.
ЛДПР,
“Пузач-Десантник”, “Вечный Пионер,”
“Превед-Медвед”
Распилят не один еще страны бюджет.
LDPR,
« Le parachitiste ventru », « l’éternel pionner »
« Preved Medved »
Ils se partagent encore le budget de l’état.
Вставай, олень,
Флаг в зубы и под мышку бюллетень.
В который раз
Орлы режима выбор сделают за вас
Debout! le cerf,
Le drapeau entre les dents et le bulletin de vote sous le bras
Tant de fois
Les aigles du régime vous organisent des élections.

Oleg Lomovoï: on veut tous se marier à Poutine

Alors que les élections parlementaires se tiendront dimanche, une chanson d’amour dédiée à Poutine a fait son apparition sur la toile. Comme toutes les chansons d’amour dédiées à Poutine cohabitent ceux qui le prennent au premier degré et ceux qui en on une écoute au second degré. L’auteur revendique cependant l’humour dans sa chanson.

Олег Ломовой. Мы все хотим замуж за Путина
В краю заповедном березовом, под ласковый шепот дождя.
Я вышила бисером розовым любимое имя вождя.
Я вышила имя Володино.
Заветной мечты не тая.
Послушай, любимая Родина.
О Путине песня моя.
A la lisière du bois de bouleau défendu, sous le doux murmure de la pluie.
Je brodé en perles de verre rose le nom de mon leader favori.
J’ai brodé le nom de Volodia.
Je ne cache pas mes rêves secrets.
Écoute, patrie bien-aimée.
Ma chanson est à propos de Poutine.
Припев:
За Путина, за Путина.
Мы все хотим замуж за Путина.
Скажите когда уж.
Мы все выйдем замуж – за Путина?
Скажите когда уж.
Мы все выйдем замуж – за Путина?
Refrain:
A Poutine, à Poutine.
On veut tous se marier à Poutine.
Dites c’est pour quand.
On va tous se marier à Poutine?
Dites c’est pour quand.
On va tous se marier à Poutine?
С лукавой и мудрой улыбкою.
Ты смотришь с экрана опять.
Живу лишь надеждою зыбкою.
Твоею супружницей стать.
На щечке – заветная впадинка.
Глаза закрываю – горю.
Тебе лишь моя ненаглядинка.
Я девичью честь подарю.
Avec un sourire malicieux et sage.
Tu nous regarde de nouveau depuis l’écran.
Je vis dans l’espoir fragile.
De devenir ta compagne.
Sur ma petite joue il y a un petit creux intime.
Je ferme les yeux de chagrin.
Et je ne pense plus qu’à toi mon chéri.
Je vais te donner mon honneur de jeune fille.
Припев:
За Путина, за Путина.
Мы все хотим замуж за Путина.
Скажите когда уж.
Мы все выйдем замуж – за Путина?
Скажите когда уж.
Мы все выйдем замуж – за Путина?
Refrain:
A Poutine, à Poutine.
On veut tous se marier à Poutine.
Dites c’est pour quand.
On va tous se marier à Poutine?
Dites c’est pour quand.
On va tous se marier à Poutine?
Я верить хочу и надеються.
Что встречу тебя на пути.
Любая признается девица.
Что лучше тебя – не найти.
Твоя седина благородная.
Твоя соболиная бровь.
Навеки с тобою народная.
И девичья наша любовь.
Je veux croire et espérer.
Que je te rencontrai sur le chemin.
N’importe quelle jeune fille reconnaitra.
Que mieux que toi – on ne trouve pas.
La noblesse de tes cheveux gris.
Tes sourcils épais et soyeux.
Tu es l’élu de la nation pour toujours.
Tout comme notre amour de jeune fille.
Припев. Refrain.

Mirko Sablich: l’invité du passé – Nostalgie du Sovok –

Pour les 25 ans du coup d’état soviétique avorté (qui a été suivi par la déclaration d’indépendance de l’Ukraine) le groupe parodique Mirko Sablich a sorti un nouveau clip sur la nostalgie actuelle de l’union soviétique. Le motif musical est celui de la série télévisuelle pour enfants, l’invitée du futur qui date de 1984.

Гостья из прошлого — Ностальгия по Совку — Мирко Саблич
Люди часто вспоминают о Союзе:
Студотрядах и дешевой колбасе,
Люди любят жить в плену своих иллюзий,
Понемногу ностальгируем мы все.
Les gens se souviennent souvent de l’Union (soviétique):
Et le saucisson bon marché,
Les gens aiment vivre prisonniers de leurs illusions,
Petit à petit, on est tous sujet à la nostalgie.
О сталинском терроре,
И о Голодоморе,
О повсеместном горе
Учебники молчат.
De la terreur stalinienne,
Et de l’Holodomor,
Du malheur universel
Les manuels scolaires restent silencieux.
Советский серп и молот
Принёс нам смерть и голод,
И ныне бодр и молод
Восточный супостат.
Le marteau et la faucille soviétique
Il nous ont apporté la mort, et la famine;
Et maintenant vif et jeune
L’adversaire oriental.
Туалетная бумага из газеты,
В подворотнях пьют тройной одеколон.
Тошнотворные без фильтра сигареты,
Безнадёга, серость и подъездов вонь.
Le papier de toilette fait avec du journal,
Dans les portes cochères ont boit de la triple eau de Cologne.
Les cigarettes sans filtre sont écœurantes
Situation sans espoir, bêtise crasse et entrées qui puent.
О беcконечных давках,
О сторублёвых ставках,
И о пустых прилавках,
Так хочется взгрустнуть.
Des interminables bousculades
Des tarifs de cent roubles
Et des rayonnages vides,
On a tellement envie de penser avec tristesse au passé.
О вечных дефицитах,
Партийных рожах сытых
Миллионах душ убитых…
(Чернобыль не забудь!)
Des perpétuelles pénuries,
Des gueules rassasiées du parti
Des millions d’âmes tués …
(Sans oublier Tchernobyl!)
О сталинском терроре,
И о Голодоморе,
О повсеместном горе
Учебники молчат.
De la terreur stalinienne,
Et de l’Holodomor,
Du malheur universel
Les manuels scolaires restent silencieux.
Советский серп и молот
Принёс нам смерть и голод,
И нынче бодр и молод
Восточный супостат.
Le marteau et la faucille soviétique
Il nous ont apporté la mort, et la famine;
Et maintenant vif et jeune
L’adversaire oriental.
Если б ГКЧП пришло,
Оно б порядок навело,
ГУЛАГ открыло бы опять,
Ах йоб же ж вашу мать!
Si le coup d’état du Comité d’urgence,
Avait marché, il aurait mis de l’ordre,
Il aurait rouvert le Goulag,
Eh ben niquez votre mère!
В почёте был бы русский мир,
Виссарионыч наш кумир,
Бандеры б дохли по углам:
Канада или БАМ.
Le monde russe serait tenu en haute estime,
Vissarionovitch Djougachvili  serait notre idole,
Les Banderas crèveraient dans leurs coins:
Le Canada ou le BAM.
Ах беломора папироска,
Ах самогончик из ботвы,
Когда сиротку-недоноска
Да в замначальники Москвы.
Ah les cigarettes Belomor,
Ah la petite gnôle faite avec les déchets agricoles,
Quand les orphelins-avortons
Oui les chef adjoint de Moscou.
Синдром стокгольмский, без вопросов,
Совок впечатан в ДНК,
Ну и дела, лицо-рука.
Syndrome de Stockholm, sans aucun doute,
On est des Sovoks c’est inscrit dans notre ADN,
Non mais c’est facepalm (smiley de consternation).
Ах как же было хорошо!
В очередях крепчали мы,
Когда ближайший гастроном нам
Роднее был, чем отчий дом.
Oh, qu’est ce que c’était bon!
Les files d’attente nous rendaient plus forts
Lorsque l’épicerie la plus proche
Nous était plus chère que notre propre maison.
Гулаги, ссылки и доносы:
Да все мы родом из тюрьмы…
Какой страны лишились мы!
Goulag, les déportation et les dénonciations:
Oui on vient tous des prison …
Ah de quel pays avons-nous été privé!

Léningrad: les nibards

Le dernier clip de Léningrad fait beaucoup parler de lui ces temps-ci (6 millions de vues en 3 jours). Le thème de la chanson est on ne peu plus classique, rêver de se faire mettre des implants mammaires…

Ленинград — Сиськи
[Куплет 1]:
Весь мир преобразится сразу, в нем станет больше красоты,
И засияют, словно стразы улыбки и сведут мосты,
Сойдутся наши берега, ты станешь мне родным и близким,
Растает лед, сойдут снега, когда себе я вставлю сиськи.
[Couplet 1]:
Le monde entier sera transformé d’un coup, il contiendra plus de beauté
Et les sourires vont briller comme du strass, et les ponts s’abaisseront,
Nos rivages se rejoindront, tu deviendras pour moi quelqu’un de cher et de proche,
La glace fondra, la neige disparaitra quand je me ferai implanter des nichons.
Припев:
Когда себе, когда себе, когда себе я вставлю сиськи,
Когда себе, когда себе, когда себе я вставлю сиськи,
Сиськи, сиськи, сиськи, сиськи, сиськи, сиськи,
Сиськи, сиськи, сиськи, сиськи, сиськи, сиськи.
Refrain:
Quand je me ferai implanter des nichons
Quand je me ferai implanter des nichons
Nichons, nichons, nichons, nichons, nichons, nichons,
Nichons, nichons, nichons, nichons, nichons, nichons,
[Куплет 2]:
И запоют зимою птицы, решат проблемы ЖКХ,
И грустный станет веселиться,
Бриллианты, золото, меха подешевеют в одночасье,
И водка превратится в виски,
И будет свет и будет счастье, когда себе я вставлю сиськи.
[Couplet 2]:
Et les oiseaux d’hiver se mettront à chanter, et les problèmes de copropriété se résoudront,
Et ce qui est triste deviendra drôle,
Les diamants, l’or, et les fourrures vont subitement baisser de prix,
Et la vodka se transformera en whisky,
Et il y aura la lumière et du bonheur quand je me ferai implanter des nichons.
Припев:
Когда себе, когда себе, когда себе я вставлю сиськи,
Когда себе, когда себе, когда себе я вставлю сиськи,
Сиськи, сиськи, сиськи, сиськи, сиськи, сиськи,
Сиськи, сиськи, сиськи, сиськи, сиськи, сиськи.
Refrain:
Quand je me ferai implanter des nichons
Quand je me ferai implanter des nichons
Nichons, nichons, nichons, nichons, nichons, nichons,
Nichons, nichons, nichons, nichons, nichons, nichons,
[Куплет 3]:
Сверлить соседи перестанут, приветливыми станут лица,
В пивных из кранов свежий Стаут почти бесплатно будет литься,
И санкции отменят тут же, Магнитского все эти списки,
Придет тепло, исчезнет стужа, когда себе я вставлю сиськи.
[Couplet 3]:
Les voisins arrêteront avec leur perceuse, les visages se feront amicaux
La bière coulera des robinets bien fraiche, le Stout coulera presque gratuitement,
Et les sanctions seront immédiatement annulée, celles de Magnitski et toutes ces autres listes,
La chaleur viendra, les grands froids disparaîtront, quand je ferai implanter des nichons.
Припев:
Когда себе, когда себе, когда себе я вставлю сиськи,
Когда себе, когда себе, когда себе я вставлю сиськи
Refrain:
Quand je me ferai implanter des nichons
Quand je me ferai implanter des nichons

Valentin Sokolov: le nationaliste russe (2012)

VZXmBaf8iqU

Русский националист, Валентин Соколов
Стыд нагрянул как гроза,
хоть сквозь землю провались,
широко раскрыл глаза
русский националист.
La honte est arrivée comme un orage,
Même si elle a disparu comme par enchantement
Le nationaliste russe
A écarquillé les yeux.
Веет утренней прохладой
и осмысленнй свободой,
стынет блеклым листопадом
вымирание народа.
Elle souffle comme la fraîcheur matin,
Que l’on comprend comme la liberté,
Elle se refroidit comme la chute des feuilles défraichies,
L’extinction du peuple.
А в стране объявлен траур,
но не ведает никто
что за ленточка чернеет
на лацкане его пальто.
Et dans le pays un deuil national est déclaré,
Mais personne ne sait
Quel est ce petit ruban qui noircit
Sur le revers de son manteau.
Срам царапает глаза,
даже воздух здесь не чист
черну ленту повязал
русский националист.
La Honte égratigne les yeux
Même l’air ici n’est pas propre
Nationaliste russe
A noué son ruban noir.
А кругом смеется смачно,
покрываясь мерзким гноем
ложных ценностей наждачка
отшлифует и промоет.
Et autour il rit délicieusement,
Recouvrant de pus infâme
Le papier de verre des fausses valeurs
Polit et lave.
Растоптал остатки страха
и сомнения все отбросил,
да хранит крест под рубахой
в эту траурную осень.
Il piétine restes de la peur
Et il a rejeté tous les doutes,
Et il garde sa croix sous la chemise
En cet automne de deuil.
Боль пронзила как гроза,
вот упал последний лист
и не повернет назад
русский националист,
русский националист, русский националист.
La douleur a percé comme un orage,
Voilà qu’est tombée la dernière feuille
Et on ne peut plus retourner en arrière
Le nationaliste russe,
Le nationaliste russe, le nationaliste russe.