En Russie

En cherchant Lénine


Lénine est omniprésent en URSS, sur les places centrales, mais aussi dans les quartiers, les usines, les écoles… C’est en Ukraine qu’il était le plus présent 5500 monuments alors que dans toute la Russie il n’y en avait que 7000. C’était pas seulement un élément du paysage mais un objet de culte, les petits enfants devaient lui apporter des fleurs rouges. A la chute de l’URSS on a bien sûr débaptisés quelques rues, mis quelques statues au rebut mais pour l’essentiel il demeurait en place. Depuis la révolution du Maidan de 2014, les Léninopads et les lois de décommunisation de 2015 les statues Lénine ont disparu des emplacements officiels, mais toutes n’ont pas été refondues. Beaucoup trainent dans la nature, ou bien on été customisées, transformées en d’autres personnages. C’est à la recherche de ces images loufoques que sont partis Niels Ackermann et Sébastien Gobert. Le texte introductif est signé Myroslava Hartmond. Les photographies de Niels Ackermann sont percutantes, elles donnent vie à des monuments déchus et souvent endommagés ou dénaturés dans des environnements inattendus. Les textes de Sébastien Gobert donnent la parole aux Ukrainiens et montre bien la diversité des paroles et la grande confusion qui règne dans l’esprit de certains. Il y avait même une femme qui se signait en passant devant la statue.

Les lois dites de décommunisation d’avril 2015 avaient tenté de donner un cadre au mouvement. Mais plutôt que d’apporter des réponses, elles soulevaient de nombreuses questions. Qu’est ce que la décommunisation Pourquoi? Qu’est ce qui vient après ? où sont parties ces statues de Lénine qui ont été escamotées de l’espace public? qu’est ce que les Ukrainiens veulent faire de ces vestiges du passé? que veulent ils faire de leur passé en général? Et Lénine de Bessarabska, qui avait suscité tant de passions, où est il? 

Ce que je regrette toutefois c’est que tous les témoignages sont jetés dans le livre comme des détritus, tous de la même façon sans aucune hiérarchisation ou mise en perspective et c’est imprimé sur fond de détails de billets de banque. Que le lecteur se débrouille. C’est une collection éparse de témoignages et photographies. Par exemple Ioulia Shukan, enseignante à Paris X est présentée au cotés d’Achot, un gars de Volnovakha, Volodymyr Viatrovitch, directeur de l’institut de la mémoire nationale est présenté au coté d’une vieille dont on s’est même pas donné la peine de lui demander si elle avait un nom à Chabot. C’est du grand n’importe quoi qui va à l’encontre même des principes de l’éthique journalistique, on mêle les interviews de spécialistes et le micro-trottoir de péquenauds de base sans rien préciser. C’est peut un choix artistique de l’éditeur mais un mauvais choix en tout cas.

Le livre n’en est pas moins un témoignage fort d’une époque qui restera dans l’histoire et auquel on ne prête pas forcément assez attention.

Denis Tchernomorsky: Une ballade sur l’amour

Mercredi rime avec poésie. Écoutons donc une ballade très romantique, des vers qui nous viennent des profondeurs de la Russie contemporaine. On appréciera la force des métaphores :
« Sans toi ma vie n’est pas possible
C’est comme la Russie sans Poutine
Comme une brochette sans grill »

Денис Черноморский Баллада о любви
Я увидел тебя, когда шел в магазин
Чтоб купить туалетной бумаги
Ты стояла напротив красивых витрин
И смотрела мне прямо в глаза
И тогда я решил, что гораздо нужней
Мне купить 2 бутылки портвейна «Анапа»
И в тот миг между взглядом твоим и моим
Промелькнула любви искра
Je t’ai vu quand je suis allé au magasin
Acheter du papier toilette
Vous étais debout devant de belles vitrines
Et tu m’as regardé droit dans les yeux
Et puis j’ai décidé que j’avais bien plus besoin
D’acheter 2 bouteilles de porto « Anapa »
Et à cet instant entre tes yeux et les miens
L’amour a fusé comme une étincelle
И у меня поднимается хуй
Когда ты лайкаешь фото из моего инстограма
Без тебя моя жизнь не возможна
Как россия без путина и шашлык без монгала
Et ma bite se relève
Quand tu likes une de mes photos sur Instagram
Sans toi ma vie n’est pas possible
C’est comme la Russie sans Poutine et comme une brochette sans grill
Я к тебе подошел чтоб тебя угостить
Беспонтовым портвейном «Анапа»
И не искал оправданий за то, что не смог
Я купить другого бухла
Ты рассказывала мне о том как в тюрьме
Отмотал срок твой старенький папа
А потом пригласила в гости к себе
И я чуть не сошел с ума
Je suis approché de toi pour t’offrir à boire
Du Porto sans prétention  « Anapa »
Et je n’ai pas cherché d’excuses pour expliquer que ne pouvais
Pas acheter d’autre truc à picoler
Tu m’as raconté comment en prison
S’est déroulée le peine de ton vieux paternel
Et puis je tu m’a invité chez toi
Et j’en suis presque devenu fou
И у меня поднимается хуй
Когда ты лайкаешь фото из моего инстограма
И без тебя моя жизнь не возможна
Как без курта кобейна группа нирвана
Et ma bite se relève
Quand tu likes une de mes photos sur Instagram
Sans toi ma vie n’est pas possible
Comme le groupe Nirvana sans Kurt Cobain
Поднимаясь по лестнице на 4-й этаж
Я достал из кармана пачку гандонов,
Я купил их по акции 3 по цене одного
в магазине товаров фикс-прайс
Дверь открылась твоя и кровать затрещала
От нашей любви и твоих сладких стонов
А из куртки твоей незаметно посыпались
На пол соль и спайс
En montant les escaliers jusqu’au 4ème étage
J’ai trouvé dans ma poche un paquet de capotes,
Je les avais achetées en promo: 3 pour le prix d’une seule
Dans le magasin à prix unique
La porte s’est ouverte et votre lit a craqué à cause
De notre amour et de tes doux gémissements
Et de ta veste imperceptiblement s’est reépendu
Sur le sol, du sel et de la beuh de sythèse
И у меня поднимается хуй
Когда ты лайкаешь фото из моего инстограма
И без тебя моя жизнь не возможна
Как водка без пива и алкаш без стакана
Et ma bite se relève
Quand tu likes une de mes photos sur Instagram
Sans toi ma vie n’est pas possible
Comme la vodka sans bière et un alcoolique sans verre
И у меня поднимается хуй
Когда ты лайкаешь фото из моего инстограма
И без тебя моя жизнь не возможна
Как аптека без лирики и жан клод без вандама
Et ma bite se relève
Quand tu likes une de mes photos sur Instagram
Sans toi ma vie n’est pas possible
Comme une pharmacie sans lyrisme et Jean Claude sans Vandame

Pornofilmy: il n’y a que toi

ПОРНОФИЛЬМЫ-Только ты
Еще один холодный день,
Продрогший город, мокрый свет.
Здесь тонут люди в суете.
Я знаю – будущего нет.
Как нет и мира для меня,
Его затмила только ты.
Объятый пламенем огня, привет надежды и мечты.
Encore une journée froide,
La ville est transie de froid, la lumière humide.
Ici, les gens se noient dans l’agitation.
Je sais qu’il n’y a pas d’avenir.
Comme il n’y a pas de monde pour moi,
Tu l’as éclipsé, toi seule.
Étreint par la flamme du feu, un bonjour de l’espoir et du rêve.
Только ты в каждом отражении,
Только ты в каждом воплощении,
Только ты в каждом сновидении
вместо пустоты-ты..
Все слова утратили значение,
Замерло времени течение,
Больше нет земного притяжения,
а-а только
ты
Осталась только ты
Il n’y a que toi dans toutes les réflexions,
Il n’y a que toi dans toutes les personnifications,
Il n’y a que toi dans tous les rêves
Au lieu du vide il y a toi …
Tous les mots ont perdu leur sens
La marche du temps s’est figée,
Il n’y a plus d’attraction terrestre,
A-a seulement
Toi
Il ne reste plus que toi
А за окном бетонный век,
Погром и пьянки, беспредел.
Сентябрь барабанит в дверь,
А душу вытравил апрель.
Я думал, скоро все пройдет,
Но без тебя давно пиздец.
Так расскажи как мне прожить
Еще один последний день.
Et derrière la fenêtre c’est le siècle du béton,
Massacre et beuverie, anarchie.
Septembre tambourine à la porte,
Mais l’âme a été arrachée par Avril.
Je pensais que bientôt tout passerait,
Mais sans toi c’est foutu depuis longtemps.
Alors dis-moi comment continuer à vivre
Un autre dernier jour.
Только ты в каждом отражении,
Только ты в каждом воплощении,
Только ты в каждом сновидении
вместо пустоты-ты..
Все слова утратили значение,
Замерло времени течение,
Больше нет земного притяжения,
а-а только
тыТолько тыыыыыыыыыыыыы
Il n’y a que toi dans toutes les réflexions,
Il n’y a que toi dans toutes les personnifications,
Il n’y a que toi dans tous les rêves
Au lieu du vide il y a toi …
Tous les mots ont perdu leur sens
La marche du temps s’est figée,
Il n’y a plus d’attraction terrestre,
A-a seulement
ToiSeulement toiiiiiiiiiiiii
Только ты в каждом отражении,
Только ты в каждом воплощении,
Только ты в каждом сновидении
вместо пустоты-ты..
Все слова утратили значение,
Замерло времени течение,
Больше нет земного притяжения,
а-а только
ты
Il n’y a que toi dans toutes les réflexions,
Il n’y a que toi dans toutes les personnifications,
Il n’y a que toi dans tous les rêves
Au lieu du vide il y a toi …
Tous les mots ont perdu leur sens
La marche du temps s’est figée,
Il n’y a plus d’attraction terrestre,
A-a seulement
Toi

Zentr: le Bidlostan

Je n’ai pas traduit le terme de « bidlo » qui désigne une stupidité crasse caractérisant le peuple qui se complait dans la basse médiocrité. Dans le dictionnaire il y a simplement « idiot, individu primitif ». Il existe en France « le beauf » bien entendu, mais le la « beaufitude » n’est pas le « bidlism » même si certains traits peuvent être semblables pas plus qu’elle n’est le « white trash » américain. Chaque phénomène social est différent. Étymologiquement le mot vient du polonais (qui lui même viendrait de l’espagnol) et désignait le bétail et par extension les roturiers puis les Ukrainiens ou les Russes. L’idée au fond est très ancien régime, il y a les nobles qui sont des êtres humains et cette masse de bidlo qui ne sont que des animaux bipèdes profondément incultes et stupides qui détestent l’individualisme au profit du collectif, la réflexion au profit de l’effort physique, la responsabilité au profit de l’irresponsabilité, la bienséance au profit de la vulgarité. La révolution a en partie permis au Bidlo de prendre sa revanche puisque le travail physique y était exhorté, le développement intellectuel moqué, la profession de mineur par exemple était très valorisée tandis que des professions intellectuelles dénigrées. Bien sûr seulement en partie, puisque les apparatchiks dirigeaient réellement le pays et non les mineurs.

La culture Bidlo imprègne a tel point le pays que Vassili Choumov a sorti il y a quelques semaines un clip sur le pays des Bidlo: le Bidlostan. En réalité la chanson est basée sur plus ancienne qui figurait sur l’album sorti en 2008  « le passé n’a pas d’avenir » (У прошлого нет будущего). Déjà en 2008 ces chansons étaient assez politiques et détonnent de la période des années 80 par exemple. Pour Choumov le Bidlism s’est peu à peu propagé dans toutes les sphères de la société (et en particulier la sphère culturelle et le show business) , il serait même omniprésent. Ceux qui veulent s’en protéger seraient contraints de s’ostraciser de façon radicale.

Центр « Быдлостан »
Быдлостан
Быдлостан
Быдлостан от чужих корежет
Быдлизм- дорога для молодёжи
Быдло – воюет с пармезаном
Быдло – честь и совесть быдлостана
не построен комунизм
Добро пожаловать в быдлизм
Быдлу не нужен коммунизм
У быдла есть родной быдлизм
Быдло с деньгами,
с бриллиантовыми зубами
Bidlostan
Bidlostan
Le Bidlostan ne supporte pas les étrangers
Le Bydlizm, c’est la voie pour les jeunes
Le bydlo se bat contre le parmesan
Le bydlo est l’honneur et la conscience du Bydlostan
Le communisme non édifié
Bienvenue au Bydlisme
Le bydlo n’a pas besoin de communisme
Le bydlo a son bydlisme de naissance
Le bydlo avec de l’argent,
Avec des dents de diamant
Быдлостан Быдлостан
Быдлостан производит фильмы
истории из жизни Быдла
Быдло рулит телеканалами
Култура у Быдла какнада
Bidlostan Bidlostan
Le Bidlostan produit des films
Des histoires de la vie d’un Bydlo
Le bydlo dirige les chaînes de télévision
Le Bydlo, de la culture il en a comme il en faut
не построен комунизм
Добро пожаловать в быдлизм
Быдлу не нужен коммунизм
У быдла есть родной быдлизм
быдло с деньгами купило тебя с потрохами
Le communisme non édifié
Bienvenue au Bydlisme
Le bydlo n’a pas besoin de communisme
Le bydlo a son bydlisme de naissance
Le bydlo avec de l’argent, t’a acheté avec tout ce que tu as
Быдлостан Быдлостан
экономика отсутствует
Быдлостан
Госбезопасность наводит ужас
Быдлостан
Национальная идея:
Затянем пояса потуже!
Быдлостан
Быдло боготворит любимого тирана
Быдлостан
Без тирана нет бидлостана
Быдлостан
Тиран – это Быдлостан
Bydlostan Bidlostan
Il n’y a pas d’économie
Bydlostan
La sécurité d’état répand la terreur
Bydlostan
Idée nationale:
Nous nous serrerons la ceinture encore un peu plus!
Bydlostan
Le bydlo adore son tyran bien-aimé
Bydlostan
Sans tyran, il n’y a pas de Bydlostan
Bydlostan
Le Tyran c’est le Bydlostan
Быдлостан Быдлостан
В Быдлостане популярны ансамбли
Которые для быдла поют матом
Быдлостан рукоплещет артистам
Снабжающих Быдло быдлизмом
Bydlostan Bydlostan
Au Bydlostan les ensembles populaires
Sont ceux qui chantent des obscénités pour le bydlo
Bydlostan applaudit les artistes
Qui abreuvent les bydlo de bydlisme
не построен комунизм
Добро пожаловать в быдлизм
Быдлу не нужен коммунизм
У быдла есть родной быдлизм
Le communisme non édifié
Bienvenue au Bydlisme
Le bydlo n’a pas besoin de communisme
Le bydlo a son bydlism de naissance

Soldats: chansons de l’armée russe

Tout le monde sait à quel point l’armée américaine est dépravée et inculte. Dernier événement en date: un pilote de la Navy a dessiné un pénis géant dans le ciel des USA. L’armée russe c’est tout le contraire. Les recrues sont extrêmement polies, modestes et respectueuses. Ce n’est pas pour rien que les soldats russes sont appelés en Crimée « les personnes polies » et dans le Donbass « les gens qui ne sont pas là ». Qui plus est « dans aucune armée au monde il existe un tel potentiel de création ».

Regardons donc de quoi est fait le quotidien militaire:

 

 

Иосиф Кобзон-80. Песня про Крым. Юбилейный концерт в Кремле 20.09.2017 вера климковича крымская весна
Мы ебали медведя
Бля буду, буду бля!
Nous avons baisé un ours
C’est vrai, je le jure!
Мишка плакал и стонал
Жопу лапой прикрывал
Mishka a pleuré et a gémi
Il a protégé son cul de sa patte
Поделом ему теперь,
Волосатый пидорас!
Maintenant bien fait pour lui,
C’est un gros pédé poilu!
Раз раз раз-два-три!
Раз раз раз-два-три!
Une  une une deux trois!
Une  une une deux trois!

Inatche: Laissez moi partir

Juste une remarque sur l’expression suspendre des nouilles derrière les oreilles de quelqu’un. C’est une image très visuelle qui ne va pas de soi, cela veut dire embobiner complètement quelqu’un avec des mensonges dans le but de le tromper. C’est en particulier utilisé dans le cas de la propagande télévisuelle.

On ne connait pas l’origine étymologique de l’expression mais elle n’a rien à voir avec les nouilles. C’est la ressemblance phonétique qui aurait conduit à la formation de cette expression qui à l’origine viendrait du français « faire les poches » ou du jargon criminel russe où la nouille désigne tout ce qui pend un peu trop, comme les oreilles indiscrètes qu’il faut donc tromper. Quoi qu’il en soit maintenant la propagande diffuse des nouilles qui pendent derrière les oreilles des téléspectateurs.

ОТПУСТИТЕ
Ярко-красный закат после долгого дня настоялся на крови
Тех, кто верит в себя, кто воюет любя, против собственной воли.
Не сойти бы с ума от вечного бега,
Залепило глаза безумие века.
Un coucher de soleil rouge vif le sang après une longue journée
Ceux qui croient en eux-mêmes, qui combattent en aimant, contre leur propre volonté.
Ne devenez pas fou à cause d’une course perpétuelle,
La folie du siècle m’a aveuglé.
Мир банален и глуп, говорят дураки, им поверить не сложно.
Там где нас больше двух, обсуждать что-то вслух станет вновь невозможным.
С бесконечной душой и нервною кожей,
За ушами с лапшой смеёмся до дрожи.
Le monde est banal et stupide, disent les imbéciles, il n’est pas difficile de les croire.
Là où il y en a plus de deux, discuter à haute voix de quelque chose redevient impossible.
Avec une âme infinie et une peau nerveuse,
Avec des nouilles jusque derrière les oreilles, on rit jusqu’à en trembler.
ПРИПЕВ :
Смысл каждого дня – влачиться в неволе?!
Отпустите меня да в чистое поле!
Сердцем не дорожу, душу перебираю,
Отпустите, прошу, я здесь умираю!
Refrain:
Le sens de chaque jour – c’est de végéter en captivité?!
Laissez-moi sortir en plein air!
Je ne tiens pas à mon cœur, j’examine mon âme,
Laissez moi partir, je vous le demande, je me meurs ici!
Собирать по куску молодые мечты,
Что мы вдруг растеряли.
Избегая тоску, я, такой же как ты,
Каждый день убиваю.
Без надежды на сон, без чёткого плана,
Закричать в унисон в груди океану!
Réunir les morceaux des jeunes rêves,
Que nous avons soudainement perdus.
Pour éviter la mélancolie, moi, je suis comme toi,
Je tue tous les jours.
Sans espoir avant de dormir, sans plan précis,
Crier à l’unisson dans la poitrine de l’océan!

Les mémoires de Vertinski traduites en Français par Louison Éditions

Les mémoires d’Alexandre Vertinski ont été publiées en français aux éditions de la muse du docteur Guillotin. En langue originale elles sont disponibles depuis la fin de l’URSS et depuis que l’internet et les que liseuses électroniques sont là on les trouve très facilement et gratuitement, là par exemple. Mais en français il a fallu attendre le mois d’octobre, et pourtant ce chanteur avait une gloire qui dépassait la simple Russie. Il a vécu à Paris, il a chanté sur toute la planète, là où il y avait des émigrés russes puis est revenu en 1943 en Union Soviétique.

La question qu’on se pose inévitablement avant même d’avoir ouvert le livre, c’est pourquoi avoir traduit le titre ainsi? « Par une longue route » devient « le nègre violet », certes Лиловый негр, le nègre lilas, est une chanson assez remarquable aussi, et du lilas au violet le pas est vite franchi, mais pourquoi ce choix éditorial? Ça laisse une impression désagréable, cela ressemble à du racolage pour essayer de se démarquer au milieu de la profusion des parutions (le livre est sorti au moment de la rentrée littéraire). Nous sommes quand même à une époque où l’expression « nègre littéraire » est proscrite et à remplacer par « porte plume », alors nègre violet, c’est de la provoc’. Ou peut être y a t il une autre raison qui m’échappe.
Enfin si ce petit truc permet de vendre du papier, pourquoi pas? Car c’est vrai le papier est plutôt bon, la couverture est rigide et les pages épaisses c’est agréable de tenir en main un vrai livre ( avouons que le logo et le nom de l’éditeur soulèvent le cœur du lecteur quand bien même il n’est pas Lev Mychkine mais le papier est bon).

La biographie d’Alexandre Vertinski est en soi intéressante, orphelin né à Kiev en 1889, il a une jeunesse mouvementée avant de partir à Moscou à 24 ans. Là il a rapidement du succès, ses chansons, ses spectacles marchent très bien, le public est au rendez-vous. Mais avec la révolution il doit prendre la route de l’exode:  Turquie, Roumanie, Pologne,
Allemagne, France, États-Unis, Chine avant de finalement revenir à Moscou. Il tourne beaucoup en URSS au milieu des soldats et des ouvriers se produit même sous terre pour les mineurs, il tourne aussi au cinéma. Il obtient la reconnaissance avec le prix Staline et un appartement sur l’avenue Gorki, mais sa vie d’avant, ses amis de l’ouest lui manque si bien qu’il poursuit jusqu’en 1957 l’écriture de ses mémoires qu’il avait commencé quinze ans auparavant.

Le style est vivant, avec des passages étonnants mais il faut garder à l’esprit que le livre est écrit en Union Soviétique c’est à dire dans une atmosphère de nostalgie où l’inévitable mépris pour la dépravations des mœurs occidentales est mêlé de fascination. Il ne comprend pas rétrospectivement comment il a pu quitter la terre russe. « Mais que s’est il passé alors? qu’est ce qui a bien pu me contraindre à partir? Pourquoi me suis-je arraché à cette terre pour laquelle je donnerais aujourd’hui ma vie avec joie et légèreté, s’il le fallait? A l’évidence, c’était une bêtise. Peut être était ce la soif de l’aventure, du voyage, de la nouveauté et de l’inconnu? Je l’ignore. »

Il cite les titres de journaux français qui lui sont restés en mémoire « Violette Nozère a empoisonné son père pour toucher la prime d’assurance » ou encore  » la tueuse de dix sept ans entretenait son amant! » « on y trouvait la description du meurtre, les interrogatoires, les témoins ». Dans le même temps il indique qu’on « trouvait les journaux soviétiques Pravda ou Ivezstia. Les caractères étaient petits, serrés, austères. On y trouvait des résolutions, des rapports, des décrets… C’était très ennuyeux. Aucun scandale, le peuple construisait, s’échinait, le travail battait son plein. On écrivait seulement ce qui était important, sérieux, nécessaire. Tandis que la presse parisienne c’était sensation sur sensation. (…) « Putréfaction », « occident dépravé » écrivaient les journaux  soviétiques. Cela nous faisait rire. Nous nous moquions candidement de ces visions soviétiques retardées. « Ils mangent de la vache enragée et ils veulent encore nous donner des leçons »… « ha ha ha! c’est nous les dépravés! que dites vous de cela? » Nous étions des Européens des Parisiens, le sel de la terre! »

On remercia l’éditeur pour avoir inséré des reproductions de photographies hors texte en milieu de livre, c’est toujours très agréable à feuilleter. Mais bien sûr il manque la musique et les paroles des chansons. Enfin pour cela on peut se tourner vers youtube.

L’Ours Magazine dans sa recension postait deux chansons: le nègre lilas et tango magnolia. Il est temps de réparer l’injustice et montrer la chanson par une longue route. Il s’agit à la base d’une vieille romance Tsigane arrangée par Boris Fomin sur laquelle des vers de Konstantin Podrevsky. C’est entre 1917 et 1924 qu’elle fut créée puis enregistrée sur disque en 1926.

Elle est ici d’abord interprétée par Anna Prucnal puis l’original.


Александр Вертинский ДОРОГОЙ ДЛИННОЮ
Ездили на тройках с бубенцами,
А вдали мелькали огоньки…
Мне б сейчас, соколики, за вами,
Душу б мне развеять от тоски.
On roule avec une Troïka avec des grelots,
Et au loin des lumières scintillaient …
J’aimerai maintenant, petits faucons, derrière vous,
Dissiper le chagrin de mon âme .
Припев:

Дорогой длинною
И ночью лунною,
Да с песней той,
Что в даль летит, звеня,
И с той старинною,
С той семиструнною,
Что по ночам так мучила меня!

Refrain:

Par une longue route
Et avec la nuit et la lune,
Et avec cette chanson,
Qu’elle vole au loin, en tintant,
Et avec ce vieil ami,
Avec cet instrument aux sept cordes,
Qui me tourmentait la nuit!

Так, живя без радости, без муки,
Помню я ушедшие года
И твои серебряные руки
В тройке, улетевшей навсегда.
Ainsi, vivre sans joie, sans tourment,
Je me souviens de l’année qui s’en va
Et de tes mains d’argent
Dans la troïka, s’envolant à jamais.
Припев,

Дни идут, печали умножая,
Мне так трудно прошлое забыть.
Как-нибудь однажды, дорогая,
Вы меня свезете хоронить.

Refrain

Les jours passent, augmentant le chagrin,
J’ai tellement de mal à oublier le passé.
Un jour ou l’autre, ma chère,
Vous m’emmènerez pour m’enterrer.

Припев.

Стихи К. Подревского в обработке А. Вертинского

Refrain.

Vers de K. Podrevsky retravaillés par A. Vertinsky

Après on peut écouter les autres adaptations de cette chanson universelle interprétées par d’immenses artistes comme Mary Hopkin, Dalida. Il est intéressant de remarquer qu’il existe une deuxième version russe, adaptée de la version anglaise.







Bi 2 Oxxymiron: Il est temps de rentrer à la maison

Cet automne les rockers de Bi2 et le rappeur Oxxymiron on sorti une chanson commune: Il est temps de rentrer à la maison. Mais quelle maison?

Би-2 feat. Oxxxymiron – Пора возвращаться домой
[Куплет 1, Би-2]:Чёрный чёрствый хлеб тупой ломает нож,
Уставлены глаза в размытый горизонт.
Прямо с потолка идёт бесшумный дождь,
Бегущая строка упёрлась в переплёт.
[Couplet 1, Bi-2]:

Un couteau émoussé brise du pain noir rassis,
Les yeux sont fixés sur l’horizon flou.
Du plafond tombe tout droit une une pluie silencieuse,
La ligne qui courrait a buté contre la reliure.

[Припев, Би-2]:
Любовью чужой горят города,
Извилистый путь затянулся петлёй;
Когда все дороги ведут в никуда –
Настала пора возвращаться домой.
Refrain, Bi-2]:
Les villes brûlent d’un amour étranger,
Un chemin sinueux traine dans des lacets;
Quand toutes les routes mènent à nulle part –
Il est temps de rentrer à la maison.
[Куплет 2, Би-2]:
Шумная толпа заполнила перрон
И мальчик за стеклом всё машет мне рукой.
Каждая судьба завязана со мной,
И в памяти живой давно снесённый дом.
[Couplet 2, Bi-2]:
Une foule bruyante a rempli la plate-forme
Et le petit garçon derrière la vitre me fait signe.
Chaque destin est lié à moi,
Et la maison détruite depuis longtemps reste vivante dans ma mémoire.
[Припев, Би-2]:
Любовью чужой горят города,
Извилистый путь затянулся петлёй;
Когда все дороги ведут в никуда –
Настала пора возвращаться домой.
[Refrain, Bi-2]:
Les villes brûlent d’un amour étranger,
Un chemin sinueux traine dans des lacets;
Quand toutes les routes mènent à nulle part –
Il est temps de rentrer à la maison.
[Куплет 3, Oxxxymiron]:
Едва ли спасут летящего на смерть:
Кипарисы, пальмы, лазурь, загар – не доспех.
Тут муссон прозвали монсун, пейзажи как во сне;
Но чем замазать тоску по месту, где нас нет?
[Couplet 3, Oxxxymiron]:
Peu probable qu’on sauve celui qui vole vers la mort:
Cyprès, palmiers, azur, bronzage ne sont pas une armure.
Ici la mousson s’appelait Monsoun, les paysages sont comme dans un rêve;
Mais avec quoi faire partir la mélancolie du lieu où nous ne sommes pas?
Здесь пусть не комфорт, но и не Лефортово,
А ты упорно ждешь телепорт домой, чтобы торкнуло.
По старой формуле, в дом родной, где нет орднунга!
Здесь ты видел все: шахты Дортмунда, скалы Корнуэлла.
Ici, ça peut ne pas être confortable, mais c’est pas Lefortovo,
Et toi, tu attends obstinément d’être téléporté à la maison pour être impressionné.
Selon la vieille formule, dans la maison natale, là où il n’y a pas d’ordnung!
Ici tu as tout vu: les mines de Dortmund, les falaises des Cornouailles.
Стадо Морлоков из трущоб раннего Оруэлла книг.
На ладони странника мир, пока связи порваны с точкой « А »;
Но комом в горле глотку чесало,
Подработки швейцаром, стакан водки с Cinzano…
Un troupeau de Morlocks des taudis des premiers livres d’Orwell.
Le monde est sur la paume du voyageur, alors que les liens sont déchirés au point « A »;
La gorge comme s’il y avait une boule dedans,
Les exercices du concierge un verre de vodka avec Cinzano …
Хули, что делать, если победа сердца над разумом?
И всё – надоело среди туземцев быть пасынком!
Позади рай, но раз, увы, камикадзе мы –
Впереди мир камер газовых, армий Власова,
Dénigre, que faire si c’est la victoire du cœur sur l’esprit?
Et c’est tout, il y en a marre d’être le parias parmi les indigènes!
Le paradis est derrière, mais une fois, hélas, nous sommes des kamikazes –
Devant il y a le monde des chambres à gaz, les armées d’Andreï Vlassov,
Казней массовых, но все же тянет назад, стой,
Потряхивает, входим в родное антипространство
Что, сказать « Стоп »? Остаться, писать в стол?
Ссать, что умрешь тут, как эмигрантский запас слов?
Les exécutions de masse, mais on recule encore, arrête toi,
Ça secoue un peu, on entre dans notre anti-espace natal
Quoi, faut dire « Stop »? Rester à écrire sur la table?
Pisser, que tu meurs ici, comme un stock de mots d’émigrés?
Без подпитки живой настоящей речи
Ты, думал выживешь без неё, но расстояние нечем
Сократить, думал – пройдет, все – ничего, расстояние лечит,
Но язык твой так и не стал ни на грамм онемеченным, камо грядеши?
Sans être alimenté par un vrai discours vivant
Tu pensais pouvoir survivre sans elle, mais la distance n’y fait rien
Abreger,  tu pensais que ça passerait, tout n’est rien, la la distance guérit,
Mais ta langue n’est jamais devenue un gramme plus allemande, Quo vadis ?
Ишь, ладони, Икар, сложил ближе ко лбу.
За спиной – тараканьи бега, Париж и Стамбул.
Триста коньяка, самолёт все выше – и стал вдруг,
Описав круг над мысом точкой – дерзай, друг, а там, внизу –
Tu vois, les paumes, Icare, se sont rapprochées du front.
Derrière lui c’est la course du cafard, Paris et Istanbul.
Trois cents cognacs, l’avion s’envole plus haut – et soudain,
Décrivant un cercle au-dessus de la pointe du cap – ose, ami, et là bas, en bas –
[Припев, Би-2]:
Любовью чужой горят города,
Извилистый путь затянулся петлёй;
Когда все дороги ведут в никуда –
Настала пора возвращаться домой.
[Refrain, Bi-2]:
Les villes brûlent d’un amour étranger,
Un chemin sinueux traine dans des lacets;
Quand toutes les routes mènent à nulle part –
Il est temps de rentrer à la maison.
Любовью чужой горят города,
Извилистый путь затянулся петлёй;
Когда все дороги ведут в никуда –
Настала пора возвращаться домой.
Les villes brûlent d’un amour étranger,
Un chemin sinueux traine dans des lacets;
Quand toutes les routes mènent à nulle part –
Il est temps de rentrer à la maison.

La recette secrète du Plov de la cantine

Tout le monde se demande bien quelle est la recette du plov de la cantine. Seulement le cuisinier est très cachotier et ne partage pas ses recettes. Le seul moyen de le faire parler c’est de le faire boire comme un trou. Un de ses camarades de boisson nous explique la recette si spéciale du plov.
(attention ne pas regarder cette vidéo avant ou après le repas on risque de ne plus avoir faim du tout ou de t’avoir des remontées désagréables).

 
Берем сначала укропу,
потом кошачью жопу!
Двадцать пять картошек,
семнадцать мандавошек.
On prend d’abord l’aneth,
Puis le cul du chat!
Vingt-cinq pommes de terre,
Dix-sept morpions.
Ведро воды и хуй туды
Охапку дров
и плов готов!
ахахахаха
Un seau d’eau et une bite dedans
Une brassée de bois
Et le plov est prêt!
ahahahaha

Pornofilmy: pour les gars et les filles

Порнофильмы Для пацанов и девчонок
Ветер загасит окурки и детские слёзы,
Мы лишь одиночные точки в промокших дворах,
Глотаем панический страх в оглушительных дозах,
На плацу, на морозе,
Снова дали команду « забрать ».
Le vent éteindra les mégots de cigarettes et les larmes des bébés,
Nous ne sommes que des points isolés dans des cours trempées,
On avale une peur panique par doses assourdissantes,
Sur la place d’armes, dans le froid,
Encore une fois, on nous a donné l’ordre de « saisir ».
Припев:

Маленькое и хрупкое счастье для нормальных пацанов и девчонок.
Светлое, стабильное завтра для нормальных пацанов и девчонок.
Тихая и достойная старость для нормальных пацанов и девчонок.
Праздничный и торжественный тост за нормальных пацанов и девчонок.

Refrain:

Pour les filles et les les garçons normaux le bonheur est petit et fragile.
Pour les filles et les garçons normaux demain est clair et stable.
Pour les filles et les garçons normaux la vieillesse est calme et décente.
Pour les filles et les garçons normaux levons un toast festif et solennel!

Мы люди простые, на каждого много не надо,
Пусть всё украдут, лишь бы нас не взрывали нигде,
Откройте Египет, стаканы наполните ядом
И кино про « Бригаду »
Как награда за прожитый день.
On est des gens simples, on a pas besoin de beaucoup,
Tant pis si tout soit volé, pourvu juste qu’on nous fasse pas exploser,
Ouvrez l’Égypte ouverte, remplissez les verres avec de poison
Et passez des films sur la « Brigade »
En récompense des jours vécus.
Припев.

Россия, чего ты так ярко горишь, но не греешь?
То душу в золу выжигаешь, но чаще клеймишь,
Трясёмся, теряя тепло у кривой батареи.
Но как же мы постарели,
Постарели, но остались детьми.

 

Refrain

Russie, pourquoi brûles-tu si vivement, mais tu ne réchauffes pas?
Des fois tu brûles l’âme en cendres, mais le plus souvent tu te contentes de marquer au fer rouge,
On tremble, perdant la chaleur près de ce radiateur foireux.
Mais qu’est ce qu’on a vieilli,
On a vieilli, mais on reste des enfants.

 

 Припев (2р).  Refrain (2 fois).