Ca vaut bien un prix Nobel, allez non?

La Science Russe est l’une des plus fantastique du monde. Il suffit de regarder l’actualité pour voir que des scientifiques de Nijni Novgorod viennent de préparer pour la première fois un Gaz de Fermi ultrafroid à deux dimensions! Et pourtant lorsque des scientifiques Russes obtiennent le prix Nobel de Physique c’est pour des recherches qu’un laboratoire étranger leur permet de mener? (Andre Geim et Konstantin Novoselov pour des expériences fondamentales concernant le graphène, matériau bidimensionnel).

Alors pourquoi les scientifiques qui restent en Russie n’obtiennent pas de prix Nobel? Un élément de réponse est donné par le récent mouvement de raz le bol des jeunes cerveaux. Si les autorités laissaient les scientifiques libres de chercher et faire de la science plutôt que de les utiliser pour être asservis par la bureaucratie Kafkaienne grandissante il y aurait selon eux plus de science.

Et pourtant en ce premier avril Gregory Tarssevich a recensé 10 études plus ou moins loufoques de chercheurs russes qui cherchent en Russie qui méritent notre toute attention. Citons juste le premier. L’étude de la forme des seins, mamelon  des jeunes filles slaves de 17 à 20 ans. Sont également étudiés d’autres caractères physiologiques comme la tailles des cuisses. 228 jeunes filles forment l’échantillon. Les résultats sont qu’il y a de grosses différences au sein de l’échantillon (c’est le cas de le dire) mais qu’on peut retenir un ration de 1:4 entre le mamelon et l’auréole (comme les autres femmes ).
Vous pouvez lire la publication de Andreeva et Nikolenko de l’université médicale de Saratov ici Caractéristiques dimensionnelles des glandes mammaires des femmes slaves de 17 à 20 ans.

размеров

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *