En Russie

Leningrad: Pizdabol (Supermenteur)

Vitaly Moutko a déclenché beaucoup de commentaires chez les Russes lorsqu’il a prononcé son fameux discours devant la FIFA en 2010 pour l’organisation de la coupe du monde de football en 2018. C’était peut être pas une bonne idée de le dire lui même ou de le prononcer en anglais, car même les caricaturistes ne vont pas jusque là dans la caricature. « Let me speak from my heart in English » est devenue une réplique culte pour tout le monde si bien qu’elle ouvre cette chanson de Leningrad.
Mais le ridicule ne tue pas surtout lorsque l’on gagne. Car la Russie a remporté l’organisation du mondial, si bien que c’est le président Poutine qui lui même a fait un discours en Anglais décembre 2011 pour remercier la FIFA. Et l’on se rappelle de ses bonnes paroles « From bottom of my heart, thank you ».
Leningrad a repris la réplique de Moutko pour cette chanson sur un mec qui est un sale menteur (Pizdabol en russe) qui se fait larguer.

Le 15 décembre 2011, le premier ministre  Vladimir Poutine s’est exprimé à la télévision à propos des manifestations qui ont suivi les falsifications des élections législatives. Intervention qui loin d’apaiser les protestation les a attisées. Et Léningrad a ressorti cette chanson à propos du premier ministre en y ajoutant des extraits de son intervention télévisée.

Ленинград Прощай, пиздабол
Твой телефон я удалю.
Ты – пустозвон, я не люблю.
Ты обещал много чего,
Но исполнял всё хуево.
Je vais effacer ton numéro de téléphone.
Toi t’es un baratineur que je n’aime pas.
Tu as promis beaucoup de choses,
Mais tu as réalisé que dalle.
ПРИПЕВ:
Прощай, пиздабол!
Не скучай, смотри футбол.
Прощай, пиздабол!
Не скучай, смотри футбол.
Refrain:
Adieu pizdabol!
Je te manquerai pas, t’as qu’a regarder le football.
Adieu pizdabol!
Je te manquerai pas, t’as qu’a regarder le football.
Мне не звони и не скули.
Все с тобой дни – это нули.
Где палок нет – там нет любви.
Ну, всё, привет, мне не звони!
Ne m’appelle pas et ne pleurniche pas.
Tous les jours avec toi ça vaut zéro.
Là où il n’y a pas de bâton – il n’y a pas d’amour.
Eh bien, salut,  ne m’appele pas!
ПРИПЕВ:
Прощай, пиздабол!
Не скучай, смотри футбол.
Прощай, пиздабол!
Не скучай, смотри футбол.
Adieu pizdabol!
Je te manquerai pas, t’as qu’a regarder le football.
Adieu pizdabol!
Je te manquerai pas, t’as qu’a regarder le football.
 Прощай, пиздабол!
Не скучай, смотри футбол.
Прощай, пиздабол!
Не скучай, смотри футбол.
Adieu pizdabol!
Je te manquerai pas, t’as qu’a regarder le football.
Adieu pizdabol!
Je te manquerai pas, t’as qu’a regarder le football.

Sielo i lioudi: You’re in the army now

Le groupe britannique Status Quo a sorti en 1986 ce tube planétaire. En réalité il s’agit d’une reprise du groupe Bolland & Bolland qui l’avait enregistré en 1981. Toujours est il que la chanson reste vivante et elle est chantée en Crimée accompagnée à la Balalayka et à l’accordéon:


Село и Люди

Pour mémoire voici le morceau original:

Texte:
In the army now Ты теперь в армии

A vacation in a foreign land

Uncle Sam does the best he can

You’re in the army now

Oh, oh, you’re in the army now

Now you remember what the draftman said

Nothing to do all day but stay in bed

You’re in the army now

Oh, oh, you’re in the army now

You be the hero of the neiborhood

Nobody knows that you left for good

You’re in the army now

Oh, oh, you’re in the army now

Smiling faces as you wait to land

But once you get there no one gives a damn

You’re in the army now

Oh, oh, you’re in the army now

Hand grenades flying over your head

Missiles flying over your head

If you want to survive get out of bed

You’re in the army now

Oh, oh, you’re in the army now

Shots ring out in the dad of night

The sergeant calls: stand up and fight

You’re in the army now

Oh, oh, you’re in the army now

You’ve got your orders better shoot on sight

Your finger’s on the trigger but it don’t seem right

You’re in the army now

Oh, oh, you’re in the army now

Night is falling and you just can’t see

Is this illusion or reality

You’re in the army now

Oh, oh, you’re in the army now

The Red Keys – Crimea Blues

Aujourd’hui un petit morceau de blues à propos de la desormais célèbre procureure générale de Crimée Natalia Poklonskaya. C’est du Blues, c’est en anglais mais ce sont des russes.

Woke up this mornin’ with my Crimea Blues
Watched the Attorney General’s interviews
She’s so young and pretty, no dirty tricks
A single mum stuck in geopolitics

Every revolution’s got its sinister side
When even the President has to run and hide.
With a bounty on her head, Crimea-home bound
How much did it take for her to stand her ground.

For the memory she stood true
Of both of her granddads killed in WW2
They died like heroes, they died in vain
For the Nazi-free Kiev and for the Soviet Ukraine

The beauty will save the world – as Dostoevsky once said
When they charged her with treason, Mr Putin got mad
He pulled his troops in and pissed off the Western World
Just for one single reason – to save this brave girl.

Deny me visas, deny me aid
Freeze all my assets and kick me out of G8
You can prosecute me anyway you choose
Cause I got myself my Crimea Blues

Jenia Lubich: Ce que tu veux

Voici un nouveau titre de Jenia Lubich en anglais. C’est toujours de la musique électronique en collaboration avec Neon Lights.

Jenia Lubich -WHAT YOU WANT
If you want to be rich
You’ve got to be a witch
If you wanna get high
Than you should know how to fly
If you wanna be strong
You’ve got to belong to someone
If you wanna be alive
Then you should know how’s to die
 Si tu veux être riche
Tu dois être une sorcière
Si tu veux monter au ciel
Tu dois savoir voler
Si tu veux être fort
Tu dois appartenir à quelqu’un
Si tu veux être vivant
Alors tu dois savoir mourir
 And I know
What you want
But this world, oh this world will never be perfect
And I know what you are
But you won’t, oh you won’t ever rework it
If you wanna to get up,
You’ve got to know how to stop
If you wanna be found
Sometimes you have to kneel down on your knees
If you wanna be cool
Sometimes you have to be cruel
If you wanna feel the fire
Then you should know what’s desire
Et je sais
Ce que tu veux
Mais ce monde, oh ce monde ne sera jamais parfait
Et je sais ce que tu es
Mais tu, oh tu ne te referas pas
Si tu veux te lever il faut savoir s’arrêter
Si tu veux être trouvé
Tu dois parfois te mettre à genoux
Si tu veux être cool
Parfois il faut être cruel
Si tu veux sentir le feu
Alors tu dois savoir ce qu’est le désir
And I know
What you want
But this world, oh this world will never be perfect
And I know what you are
But you won’t, oh you won’t ever rework it for me
 Et je sais
Ce que tu veux
Mais ce monde, oh ce monde ne sera jamais parfait
Et je sais ce que tu es
Mais tu, oh tu ne te referas jamais

Psoi Korolenko: L’amour version du couloir

Voici la version internationale de la chanson sur l’amour, nous l’avion déjà publiée en russe au mois de Novembre pour l’arrivée du Beaujolais nouveau. Réécoutons là dans une version totalement polyglotte

Love arrive not expected
Love, we have to respect it
Love it comes for a long time
It comes forever and more
Love, a beautiful story
Love, you will never be sorry
It comes in all its glory
Like none ever before

L’amour suit son cours
Et encore, le sang ne fait qu’un tour
L’amour, tous les jours
Qu’est ce qui meut le soleil, c’est l’amour

Love, an app for a smartphone
Love, a sort of an artphone
Love it makes people happy
Love, exceed and exhaust
Love a household appliance
Love, a kind of a science
Love, we make it together
Love we make it by ourselves

L’amour suit son cours
Et encore, le sang ne fait qu’un tour
L’amour, tous les jours
Qui endure et qui croit, c’est l’amour

Love a beautiful burden,
Love can never be blurred-in,
Love can never be altered,
Love can never be wrecked,

Love we have to withstand it.
Love we must understand it.
Love together we bend it
Love we have to protect

L’amour suit son cours
Et encore, le sang ne fait qu’un tour
L’amour,tous les jours
Qui est ce qui supporte tout, c’est l’amour

Любовь! Любовь! Любовь!
Любовь! Любовь! Любовь!
Любовь!

Beaujolais Nouveau, il est déjà arrivé
Beaujolais Nouveau, avec la liberté
Beaujolais Nouveau, avec la vérité
Beaujolais Nouveau,  вы даже не поверите!

Beaujolais Nouveau, хорошое вино
Beaujolais Nouveau, тут пришло оно
И много много радости принесло
Beaujolais Nouveau, вот оно оно
вот оно пришло и на год ещё
и на год ещё
и на каждый год ещё
И много много радости это хорошо
Beaujolais Nouveau, как я люблю его
Beaujolais Nouveau, я не забуду про него
Beaujolais Nouveau, я буду помнить про него
И много много радости и больше ничего

Beaujolais Nouveau, il est déjà arrivé
Beaujolais Nouveau, avec la liberté
Beaujolais Nouveau, avec la vérité
Beaujolais Nouveau,  вы даже не поверите!

Beaujolais Nouveau – налейте мне его
В новые мехи – хо-хо, ха-ха, хи-хи!
В новые меха – хо-хо, хи-хи, ха-ха!
Beaujolais Nouveau – во!

L’amour suit son cours
Et encore, le sang ne fait qu’un tour
L’amour, tous les jours
On se lève et on trouve l’amour

Любовь, стынет кровь
И алеет душа как морковь.
Любовь, вновь и вновь
Ты проснешься и встретишь любовь.

Jenia Lubich: Libellules dorées

Un nouveau titre de Jenia en anglais en collaboration avec Neon Lights.

Jenia Lubich: GOLDEN DRAGONFLIES
GOLDEN DRAGONFLIES
Hey, you man, I am…
Drops of the rainbow fall in
White and empty paper,
Out of skies to appear
Golden dragonflies
Rise out of my fingers,
I wouldn’t cut their wings,
Cold, as cold as ice,
I stand at the window,
There’s nothing that can
Warm me in here.
LIBELLULES D’OR
Hey, toi l’homme, je suis …
Des gouttes de l’arc en ciel qui tombent
Dans du papier blanc et vide,
Sorti du ciel pour apparaître
Libellules d’or
Sors de mes doigts,
Je ne couperais pas leurs ailes,
Froid, froid comme la glace,
Je me tiens à la fenêtre,
Il n’y a rien qui peut
Me réchauffer ici.
 Higher I get,
Sun is now closer and closer, since that
I get hurt, I get helpless,
More than words I need shelter
Inside we lie,
Somehow it makes my rhymes go wild,
And I take you as a human,
So why don’t you take me as I am?
Oh, Golden drangonflies
Turn to machines, so
Who could teach helicopters fly right?
Oh, all this paper-world is blown with the wind, so
How could I try to hide it?
Je monte plus haut,
Le soleil se rapproche de plus en plus, puisque
Je me blesse, je me retrouve sans défense,
Plus que de mots, j’ai besoin d’un refuge
A l’intérieur, nous mentons,
D’une certaine manière cela rend mes rimes plus sauvages,
Et je te prends comme un être humain,
Alors pourquoi tu ne me prends pas pour ce que je suis?
Oh, Libellules d’or
Tournez-vous vers les machines, alors
Qui pourrait apprendre aux hélicoptères à bien voler?
Oh, tout ce monde de papier est emporté par le vent, alors
Comment pourrais-je essayer de le cacher?

Jenia Lubich: SUPERNATURAL

Jenia Lubich raconte dans une intervention à une conférence TEDx son histoire et comment elle a pu réaliser son rêve de chanter et de pourvoir le faire professionnellement. Un parcours qui n’a pas été simple même si toute petite elle avait déjà cette passion, même si elle pu faire des études qui ont développé son talent, réaliser ses rêves prend parfois un chemin inattendu. Dans le cas présent son chemin est passé par la France. Le message qu’elle donne n’est pas vraiment que tout est possible mais que les rêves se réalisent par des chemins parfois inattendus et qu’il ne faut pas baisser les bras.

Mais écoutons un autre titre du projet de Jenia Lubich/Neon Lights (en anglais encore une fois ce qui devrait donner une dimension plus globale à leur audience).

Double nature under my skin,
Double nature, that’s why don’t see my face,
There is always a change,
But there’s no single way
Double meaning under my words
Double winning – that’s why you are also hurt,
And I’ve tried and I payed
But it was in vain…
Supernatural lies,
Superstitions and cries,
All I want is to be alive
Only time knows how to let go
But there is no one, no one, who is just like me
You won’t learn who I am
Until you say farewell
Double nature fills our dreams
Double nature, that’s why you never cry,
But I know that you will,
When I’ll say goodbye.

Jenia Lubich: à un ami

En 2013, Jenia Lubich a sorti avec le collectif de musique électronique Neon lights un mini album intitulé Double Nature. Écoutons cette lettre à un ami, les paroles sont en anglais.

 

 TO A FRIEND
Darker and darker it gets, wonder, if you go or stay,
What if I turn on the lights, and we’ll know how to safe this day?
Let us recall all those times, when we were so young, so young
For how long didn’t I speak to you like this, for how long?
Oh – opening my eyes on our past, on our past,
So can you tell me why do we go so fast, oh so fast
Il fait de plus en plus sombre et je me demande, si tu vas y aller ou rester,
Et si je j’allume la lumière, et nous saurons comment assurer ce jour?
Rappelons-nous tous ces moments, quand nous étions si jeunes, si jeunes
Depuis combien de temps ne t’ai-je parlé ainsi, depuis combien de temps?
Oh – ouvrir les yeux sur notre passé, sur notre passé,
Alors peux-tu me dire pourquoi nous allons si vite, oh si vite
 When you will take your way, when you’ll take your way, make your way again
Will you think of me, think of me my friend
Even if I wouldn’t name all the reasons – you understand
Since there is nothing to hide we listen and then we tell
So many things that could change something inside you, inside me
But we remain the same, if you look closer, you will see…
Quand tu prendras ton chemin, quand tu prendras ton chemin, reprends ton chemin
Vas-tu penser à moi, pensez à moi mon ami
Même si je ne nommerai pas toutes les raisons – tu comprends
Comme il n’y a rien à cacher, nous écoutons et nous disons
Tant de choses qui pourraient changer quelque chose en toi, en moi
Mais nous restons les mêmes, si tu regardes de plus près, tu verras …