En Russie

Retrospective: Léonid Schwartzman

57
Le film le plus connu de Schwartzman est certainement Tchebourachka, la galerie d’état à Solianka en 2011 a d’ailleurs intitulé son exposition rétrospective « Le Schwartzman, qui a dessiné Tchébourachka ».

Outre le travail sur les personnages de Tcheburashka, l’exposition revenait sur ses séries majeures: Le chaton du nom de Gaf (Gaf est l’onomatopée pour l’aboiement des chiens en russe), les 38 perroquets, les petits singes.

Outre les films russes et soviétiques qui suivent Schwartzman a  assuré une direction artistique dans la version de Tchebourachka au cirque qu’a réalisé au Japon Makoto Nakamoura et sorti en France sous le titre Cheburashka et ses amis:

Voici ses films en tant que réalisateur:
Comment le petit chameau et le petit âne allèrent à l’école «Как верблюжонок и ослик в школу ходили» (1975)

Un chaton nommé Gaf «Котенок по имени Гав 5» (1982)

Une guirlande d’enfants – «Гирлянда из малышей» (1983)

Attention aux singes – «Осторожно, обезьянки!» (1984)

Je t’attends, baleine! -«Я жду тебя, кит!» (1986)

Comment les petits singes ont déjeuné «Как обезьянки обедали» (1987)

Les petits singes et les brigands «Обезьянки и грабители» (1987)

Le dragon crédule – «Доверчивый дракон» (1988)

Tous pris -«Всех поймал» (1989)

Inouï, sans précédent – «Невиданная, неслыханная» (1990)

Les petits singes, en avant! -«Обезьянки, вперед!» (1993)

Les petits singes, à l’opéra «Обезьянки в опере» (1995)

Les petits singes, aux urgences «Обезьянки. Скорая помощь» (1997)

Comme metteur en scène -artiste:
La petite fleur d’Alionka (version Russe de la belle et la bête) «Аленький цветочек» (1952)

L’antilope d’or – «Золотая антилопа» (1954)

Le chien et le chat – «Пес и Кот» (1955)

La reine des Neiges- «Снежная королева» (1957)

«Похитители красок» (1959)

«Ключ» (1961)

«Сказка про чужие краски» (1962)

Vérifiez vos montres -«Проверьте ваши часы» (1963)

«Дядя Степа — милиционер» (1964)

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Le portrait – «Портрет» (1965)

La petite fille qui s’est perdue – «Потерялась внучка» (1966)

La moufle – «Варежка» (1967)

L’adversaire – un dessin animé pour adultes -«Соперники» (1968)

Thébourachka: Le crocodile Gena – «Крокодил Гена» (1969)

Une lettre – «Письмо» (1970)

Les aventures de Tchebourachka -Chebourachka -«Чебурашка» (1971)

La baguette magique – «Волшебная палочка» (1972)

Maman – «Мама» (1972)

L’aurore – «Аврора» (1973)

Les aventures de Tchebourachka -Chapeauclaque – «Шапокляк» (1974)

38 perroquets -«38 попугаев» (1976)

Un chaton du nom de Gaf – Episode 1 «Котенок по имени Гав (выпуск 1)» (1976)

38 perroquets, la grand mère boa «Бабушка удава» (1977)

«Как лечить Удава» (1977)
Un chaton du nom de Gaf – Episode 2 – «Котенок по имени Гав (выпуск 2)» (1977)

38 Perroquets: Où va l’éléphanteau? «Куда идет слоненок?» (1977)

38 Perroquets: Et soudain on y arrive! «А вдруг получится!..» (1978)

38 Perroquets: salut la guenon! «Привет мартышке» (1978)

Les aventures de Khoma -«Приключения Хомы» (1978)

38 Perroquets: Demain sera demain – «Завтра будет завтра» (1979)

38 Perroquets: La gymnastique de la queue «Зарядка для хвоста» (1979)

Un chaton du nom de Gaf – Episode 3 -«Котенок по имени Гав (выпуск 3)» (1979)

Un chaton du nom de Gaf – Episode 4 «Котенок по имени Гав (выпуск 4)» (1980)

Un hérisson plus une tortue – «Ежик плюс черепаха» (1981)

«Как будто» (1981)
Un chaton du nom de Gaf – Episode 5 – «Котенок по имени Гав (выпуск 5)» (1982)

«Гирлянда из малышей» (1983)
Les aventures de Tchebourachka -Tchebourachka va à l’école «Чебурашка идет в школу» (1983)

La grande fermeture (suite de 38 perroquets)- «Великое закрытие» (1985)

Je t’attends baleine! «Я жду тебя, кит!» (1986)

38 Perroquets: Manuel chéri – «Ненаглядное пособие» (1992)

38 Perroquets: L’éléphanteau touriste -«Слоненок-турист» (1992)

Vaudeville de la campagne – Деревенский водевиль» (1993)

Ah ces Shmourki! – «Ах, эти жмурки!» (1994)

Dora Dora la tomate – «Дора-Дора-Помидора» (2001)

DK: Le club des jeunes

Cette chanson est un classique des années 80, Joel Bastenaire l’avait fait graver sur sa compilation française « Rocking Soviet » sortie sous le label indé Just’In en 1988.
Le groupe est dissous depuis plus de dix ans maintenant et la moitié des membres sont décédés. Il suscite depuis peu le buzz car Stas Santimov en a fait un petit film d’animation. Le seul problème serait le son, pas assez compressé.
Le thème de la consommation d’alcool sans modération et de la cuite est universel, il n’est pas prêt de se démoder, mais les images de la langue changent, par exemple le « petit safran » correspond non pas à un billet d’un rouble soviétique mais d’un vin cuit de pommes aux couleurs chimiques, qui ne s’appelait bien sûr pas comme ça officiellement mais qui remplaçait avantageusement l’horrible portvein 72.
Un grand merci à Joel Bastenaire pour le lien et ses corrections.

DK « Youth club » from Stas Santimov on Vimeo.

дк молодёжный клуб
В субботу встретился я с другом на углу,
а в магазине ждал давно нас молодёжный клуб:
«Ну, ребятишки, чо?» – Валюха нас спросила.
Здоров. Нам как всегда – по три на рыло.
Шафранчик мутный рассовавши по карманам,
Идём в подъезд – через дорогу, прямо –
на подоконнике и сухо, и тепло,
и Площадь Ленина виднеется в окно.

«Ну чо, поехали! – взял слово друг Иван, –
сдадим бутылки, увеличим план!»
Открыто заседание. И, сдвинув шарф с затылка,
он лихо опрокинул первую бутылку.

Заминки не было: по банке и – ништяк.
Какой-то лысый у жены стащил коньяк.
Валерка, друг, поплёлся в лифт пописать…
Братва не дрогнула – на этаже совсем некисло!

Мне влом – я тут же, рядом примостился.
Тут лысый крякнул – я бля извинился.
Полился изо рта, на кафель брызнув, суп –
вот видишь, батя, это МОЛОДЁЖНЫЙ клуб!

Мы тут же вмазали по третьей, по одной…
Зима на улице – что сторож в проходной:
«Назавтра отоспимся» – сказал устало Гена,
а в понедельник – утренняя смена.

Samedi, j’ai rencontré un ami au coin de la rue,
et dans un magasin nous attendait depuis longtemps le club de jeunes:
« Eh bien, les gars, quoi? » – Valiouha nous a demandé.
En bonne santé.
Nous, comme toujours – trois par museau.

Un petit safran fourré dans les poches,
Nous allons à l’entrée de l’autre coté de la rue, tout droit –
sur le rebord de la fenêtre il fait sec et chaud,
on voit la place Lénine par la fenêtre.

« Et quoi on y va?! – S’exclame mon pote Ivan –
rendons les bouteilles, augmentons notre plan!  »
La séance est publique. Et en ayant déplacé le foulard vers l’arrière,
il verse avec hardiesse la première bouteille.

Pas le moindre problème: banco ! c’est cool.
Un chauve avait tiré à sa femme du cognac.
Mon pote Valéry, s’est traîné jusqu’à l’ ascenseur pour pisser …
Les copains ne bronchent pas – à l’étage c’est vraiment cool!

Moi c’est gênant mais je me suis tout de suite mis à quatre pattes.
Là pof, un rot, je m’excuse putain.
Ça s’est déversé de la bouche sur le carrelage, la soupe a giclé
Voilà tu vois, papa, c’est le club de jeunes!

Nous avons tout de suite fixé sur trois, sur un …
L’hiver dans la rue c’est kif kif le gardien à l’entrée:
« Demain on fera la grasse matinée » – a dit Génia fatigué.
et lundi on prendra le quart du matin au travail.

Les musées de Moscou gratuits

Moscou est très riche en Musées. Certains sont bien connus d’autres moins, et certains sont même presque confidentiels. Les Moscovites qui sont aspirés par la routine ne vont pas tellement se cultiver dans les musées. C’est pour cela qu’il existe une opération spéciale: Les musées gratuits, c’est le troisième dimanche du mois (attention à ne pas confondre: à Paris c’est le premier dimanche, à Moscou c’est le troisième). Et pour les vacances suivant le nouvel an cela était également gratuit (du 2 au 8 janvier 2013).
Alors bien sûr tous les musées ne sont pas concernés, ceux qui  relèvent de la compétence fédérale par exemple comme les Galeries Tretiakov (c’est gratuit le 3ième dimanche seulement pour les moins de 18 ans et pour avoir une visite gratuite pour tous il faut attendre le 18 avril (journée du patrimoine historique et culturel de Moscou) ou le 18 mai (journée internationale des musées)).

Musées Historiques

Musée de Moscou, Complexe architectural des magasins de provision «Провиантские магазины» – Tout près du métro Park Kultury Зубовский бульвар,   дом 2

Musée Archéologique de Moscou –Sur la place du Manège Манежная площадь, дом 1а (pour l’instant fermé pour rénovation)

Musée de l’ancienne cour d’Angleterreул. Варварка, дом 4а

Musée d’histoire Lefortovo Крюковская улица, дом 23

Musée de l’acordéon russe A.Mireka улица 2-ая Тверская-Ямская, дом 18

Musée Historique d’Etat de Zelenograd – Зеленоград, улица Гоголя, дом11-В

Мемориальный музей космонавтики – Проспект мира дом 111

Musée d’état de la défense de MoscouМичуринский проспект, Олимпийская деревня, дом 3

Complexe et musée Histoire du tank T34Московская область, деревня Шолохово, дом 88-а

Musée d’histoire du GOULAG ГУЛАГ – улица Петровка, дом 16

Musée d’histoire locale « La maison sur le quai » – улица Серафимовича, дом 2, подъезд 1

Musée mémorial de l’histoire et de la Marine de la Russie – парк «Северное Тушино», улица Свободы, владение 44-48

Musée Panorama la bataille de la Moskva (Borodino) – Кутузовский проспект, д. 38

Musée des héros de l’union soviétiqueулица Большая Черемушкинская, дом 24. корпус 3

Musées Littéraires et musiquaux

Appartement à la mémoire de A.S. Pouchkineулица Арбат, дом 53

Musée d’état A.S. Pouchkineулица Пречистенка, дом 12/2

Salles d’exposition du musée d’état A.S. Pouchkineулица Арбат, дом 55/32 (entrée dans la ruelle Denejnovo)

Apartement à la mémoire de André Biély sur Arbat– улица Арбат, дом 55

Musée I.S. Tourgenievулица Остоженка, дом 37

Maison Musée Marina Tsvetaeva  – Борисоглебский переулок, дом 6

Centre culturel et Musée V.S. VisotskiНижний Таганский тупик, дом 3

Maison des Russes de l’étranger Alexandre Soljenitsyne – Нижняя Радищевская улица, дом 2

Musée littéraire et centre moscovite Constantin G. Paoustovski – улица Кузьминская, дом 8

Musée – centre humanitaire « victoire » au nom de Nikolaï Ostrovski – улица Тверская, дом 14

Musée V.V. MayakovskyЛубянский проезд, дом 3/6

Musée M.A. Boulgakovулица Большая Садовая, дом 10, квартира 50

Musée Moscovite d’Etat S.A. Essenine – Большой Строченовский переулок, дом 24

Maison de N.V. Gogol – Musée mémorial et bibliothèque scientifique – Никитский бульвар, дом 7а

Musée Mémorial Alexandre Scriabine – Большой Николопесковский переулок, дом 11

Musées d’art

Salle centrale d’exposition ManègeМанежная площадь, дом 1

Musée Vassili.A. TropinineЩетининский переулок, дом 10, строение 1

Ecole d’aquarelle Serguei Andriaka avec Musée et centre d’exposition – Гороховский переулок, дом 17

Musée des arts graphiques folkloriques – Малый Головин переулок, дом 10

Musée Moscovite d’état Vadim Sidouraулица Новогиреевская, дом 37, строение 2

Salle d’exposition «Petite maison de Tchekov» (filiale du nouveau manège)– улица Малая Дмитровка, дом 29, строеие 4

Salle d’exposition «Nouveau Manège» – Георгиевский переулок, дом 3/3

Musée et Centre d’expositions de « Le travailleur et la Kolkhosienne » (filiale du nouveau manège) – проспект Мира, дом 123 б

Musée Moscovite d’art contemporain (MMOMA)  Ermolaevsky 17– Ермолаевский переулок, дом 17

Musée Moscovite d’art contemporain (MMOMA) Petrovka 25 – улица Петровка, дом 25, строение 1

Musée Moscovite d’art contemporain (MMOMA)  Gogolevsky 10 – Гоголевский бульвар, дом 10

Musée Moscovite d’art contemporain (MMOMA) Tverskoy 9 – Тверской бульвар, дом 9

Musée et Atelier de Zurab Tsereteliулица Большая Грузинская, дом 15

association Moscovite « Museon » – улица Крымский вал, дом 10

Complexe Multimédia des Arts réels (Maison Moscovite de la Photographie)  – улица Остоженка, дом 16

Galerie Moscovite d’État de tableaux de l’artiste du peuple de l’URSS Ilya Glazounovулица Волхонка, дом 13

Musée et atelier de l’artiste d’URSS D.A.Nalbandyan – улица Тверская, дом 8, корпус 2

Musée d’Etat de Moscou « Maison de Burganov« – Б.ольшой Афанасьевский переулок, дом 15, строение 9

Musée d’art NaïfСоюзный проспект, дом 15-а

Galerie d’État Moscovite des tableaux de l’artiste du peuple de l’URSS AM Shilov  – улица Знаменка, дом 5

Salle d’exposition « Touchino » – бульвар Яна Райниса, дом 19, корпус 1

Salle d’exposition « Khodynka » – улица Ирины Левченко, дом 2

Salle d’exposition «Zamoskvortche»улица Серпуховский вал, дом 24, корпус 1

Salle d’exposition «Kovtcheg» улица Немчинова, дом 12

Salle d’exposition « Galerie na Peschanoi »улица Новопесчаная, дом  23, корпус 7

Salle d’exposition  «galerie-Belyaevo» улица Профсоюзная, дом 100

Salle d’exposition « Vykhino » – улица Ташкентская, дом 9

Salle d’exposition «Galerie Solyanka VPA»улица Солянка, дом 1/2, строение 2 (Attention l’entrée est dans la rue Zabelina)

Salle d’exposition «Galerie Nagornaya» – улица Ремизова, дом 10

Salle d’exposition « Zelenograd »  – г. Зеленоград, улица Михайловка, к 1410

Musées parcs et propriétés

Музей-заповедник Царицыно – улица Дольская, дом 1

Усадьба Лефортово улица Красноказарменная, владение 1

Усадьба Коломенское – Проспект Андропова, дом 39

Усадьба Измайлово – городок имени Баумана, дом 1, строение 4 (Мостовая башня)

Propriété Lioublinoулица Летняя, дом 1, корпус 1

Усадьба Кусково et musée de la céramique  – улица Юности, дом 2

Musée culturel et propriété  «Proprété des princes Golitsyn Blachernes-Kuzminki»Тополевая аллея, дом 6, Старые Кузьминки, дом 13

Musées des sciences et de la nature

Musée Biologique d’état K.A. Timiriazevaулица Малая Грузинская, дом 15

Musée Darwinien d’étatулица Вавилова, дом 57

Théatre: « Sans témoin » monté à Paris

En ce moment un théâtre parisien propose une pièce russe, Sans témoin, célèbre notamment pour avoir été adaptée au cinéma par Nikita Mikhalkov au début des années 80 (à l’époque où il faisait de bons films). Le théâtre de la Boutonnière est situé 25, rue Popincourt dans le 11e arrondissement, et la pièce est jouée du 8 novembre au 19 décembre et la place coute 20 euros (et si vous venez de la part de ce blog dite-le la deuxième place vous sera offerte (une place achetée 20€ = une place offerte)).

Si vous n’êtes pas à Paris vous pouvez toujours voir ou revoir le film sur internet (player ci-dessus). Contrairement à ce que dit la présentation sur le site du théatre le film date non de 1979 mais de 1983 et il met en scène le retour innatendu de l’ex mari, si longtemps attendu et qui maintenant n’est plus le bienvenu. Qu’est ce que le bonheur? est on passé à coté à le chercher ailleurs ou l’attendre en vain? ou peut être n’est ce qu’une illusion? Ces personnages et leurs sentiments nous forcent à nous poser des question sur nos vies et ce qu’on y cherche.

Connaissez vous Nadia Rucheva?

Nadia Rusheva est née le 31 Janvier 1952 à Ulan Bator en Mongolie et est décédée le 6 Mars 1969 à Moscou en Russie. Elle est donc morte à l’age de 17 ans d’une hémorragie cérébrale. Et pourtant en dépit de cette très courte vie elle fut une artiste très prolifique (plus de 10 000 pièces). Elle comptait étudier le cinéma, c’est bien entendu très dommage pour le cinéma d’animation sociétique d’avoir perdu une enfant aussi douée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle a en particulier fait une série sur le roman de Boulgakov: Master i Margarita.Enfin ce film soviétique de 1972 lui rend hommage:

La Joconde à nouveau au coeur de l’actualité

Cette image nous rappelle que pour être populaire sur internet il suffit parfois de pas grand chose, la Joconde avec chat a 5 763 tweets alors que la Joconde sans chat seulement deux.

Alors qu’est ce qui ramène la Joconde sous les feux de la rampe? et bien une mystérieuse fondation Mona Lisa a révélé un certain nombre de tests qui étayent leur théorie selon laquelle leur tableau serait la Joconde la plus ancienne du monde avant même la Joconde de Léonard de Vinci exposée au Louvre. Selon eux elle serait aussi de Léonard. Cette présentation devait être faite par hier le grand Maitre d’échec russe Anatoly Karpov,  membre de la fondation et amateur de peinture italienne mais visiblement ce ne fut pas le cas.
Si vous voulez tout savoir sur cette Joconde juvénile visitez donc le site de cette fondation Mona Lisa. La Joconde révélée est surtout inachevée selon les experts (il manque bien sûr le chat dans les bras).

Entretien avec Olga Sedakova

Olga Sédakova est actuellement la poétesse la plus illustre de Russie, elle a reçu en mars dernier l’ordre des arts et lettres du ministère français de la culture.

Il y a quelques semaines un hebdomadaire russe lui consacrait la une le regard lointain, la cigarette se consumant derrière sa tête. Je vous invite bien sûr à aller lire l’interview qu’elle a donnée à cette occasion à Olga Andreeva pour Russky Repertior. Sinon en voilà la traduction en Français:

Olga Sedakova: « On peut continuer à vivre … »
En quoi croit et espère le plus grand poète du pays

«La deuxième culture» – Voilà comment à l’époque soviétique on appelait le cercle des poètes, des essayistes et des artistes à qui appartenait à Olga Sedakova. Ni la glasnost, ni la démocratie ne l’ont fait en premier. Ce cercle est toujours à coté de la mode, et du mainstream. Dans le monde de Sedakova le temps présent est seulement une partie de l’histoire, mais les surprises du présent ne font que confirmer les lois irréfutables de la nature humaine. En Décembre 2011 à Rome elle, la poétesse russe, a reçu le prix nouvellement créé Dante Alighieri, et en Mars 2012, elle a reçu le titre d’Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française. « RR » a demandé Olga Sedakova de raconter à quoi ressemble la Russie moderne du point de vue de l’éternité.


Olga Andreeva,  le 2 avril 2012, № 13 (242) – Olga Sedakova

Elle est née à Moscou en 1949. Elle commencé à écrire de la poésie très tôt, mais cette passion était longtemps incomprise. Quand est venu le temps d’aller à l’école, la famille d’Olga était à Pékin, où son père travaillait comme ingénieur militaire. Une année à Pékin a forcé Sedakova à voir la Chine comme sa patrie. En 1967, elle entre à la Faculté de philologie l’Université de Moscou. C’est là qu’eut lieu sa rencontre avec les professeurs – N.Tolstoï, I. Lotman, S. Averintsev et d’autres. Peu à peu s’est formé un cercle informel de linguistes universitaires, conservant un point de vue humaniste sur la culture. Son premier recueil de poèmes, Sedakova ne le publia qu’en 1990. Au même moment elle allait pour la première fois à l’étranger. Son excellente connaissance des langues lui a permis en Europe de trouver des amis et lecteurs parmi les gens cultivés. Aujourd’hui 27 recueils de poésie et de prose de Sedakova ont été publiés. Elle est la lauréate de 14 prix russes et internationaux, elle est docteur en théologie honoris causa, et officier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française.

Olga Sedakova est un poète étrange. Ce qui est étrange c’est de refuser en permanence ce que d’habitude on réclame au destin. Sa biographie est dépourvue d’événement tonitruant. Elle a toujours su les éviter. «Dans l’esthétique soviétique – a t-elle dit un jour – il y avait une sorte d’expérience du culte de la vie. Les artistes espèrent souvent trouver dans l’expérience quelque chose qui n’est pas à l’intérieur d’eux même, et délibérément ils se font une expérience particulière: intéressante, sombre et effrayante. Mais le fait est que dans une telle expérience il n’y a pas de sagesse. Je ne voudrais pas avoir certaines de leurs expériences.  »

Sa spécialisation était l’antiquité slave. Cela signifie elle portait un intérêt scientifique à l’homme qui crée: sa culture, sa vie et lui-même. Formellement il s’agit seulement d’un modeste doctorat. Elle est à la fois docteur en théologie et poète. Après la mort de Averintsev, Likhatchev et Lotman Olga Sedakova est restée en Russie, l’un des rares spécialistes sur les valeurs éternelles de l’homme.

***
Son petit appartement de la banlieue nord de Moscou est sombre et calme. Olga a récemment eu une pneumonie et est encore très faible. Sa voix est calme, un léger sourire traverse son visage, les mots échappent à la finalité, à la sentence dernière. Sa façon de parler exige un effort de l’auditeur, pas moins que ce qu’il convient de lui consacrer. Elle invite à écouter attentivement le sens des mots qui s’écoulent. Condamner nous y arrivons. Arrivons nous à écouter? ..

Une lampe de table est allumée et dans la pénombre scintillent des dos de livres et des cadres de photos. La salle carrée et entourée de bibliothèques, un vide d’ascète. Dans cet appartement il n’y a rien de notre siècle, ni du pays. Il n’y a rien hormis des livres. Donc, il y a là le monde entier.

– En Europe il existe le concept d’«intellectuel». En Italie – Umberto Eco, en Allemagne – Günter Grass. Sont ils les frères de sang de nos intellectuels?

– C’est une longue histoire – l’origine de l’intellectuel européen – commence-t-elle tranquillement. – Il provient de l’humaniste, et puis à son tour de l’homme d’église savant. Il s’agit d’une certaine partie intellectuelle de la société, qui s’est toujours réservé le droit d’avoir son point de vue. Mais il y a aussi un autre concept – l’autorité morale. L’intellectuel d’aujourd’hui il n’est pas du tout une autorité morale. L’époque d’une telle autorité, je le crains, est révolue en Europe. Pour beaucoup de mes amis, des européens de culture, ni Eco, ni Grass ou ne sont une autorité morale. Je ne sais pas pour qui ils le sont. L’autorité morale est incarnée par une figure bien différente. Il m’est arrivé d’être en Allemagne lors d’un concert du violoniste aujourd’hui décédé Yehudi Menuhin. Lui il avait cette confiance absolue. Vers lui on venait comme vers un prêtre séculier, pour un soutien spirituel. Les intellectuels occidentaux contemporains ne sont pas ainsi.

– Quelle est la différence?

– Les plus influents d’entre eux, en général, sont d’un parti de gauche et sceptiques dans le sens philosophique du terme. La bonté, la chaleur et la générosité qu’il y avait chez Albert Schweitzer ou chez Yehudi, ils ne l’ont tout simplement pas, c’est un autre type d’hommes. Ils ne sont pas seulement des experts, ils se pensent également eux-mêmes. Et de façon indépendante ils pensent la lutte contre l’injustice. Mais dans l’Europe d’aujourd’hui il est peu probable que vous puissiez en citer un seul homme comme Schweitzer .

– C’est à dire que la bonté est plus importante que les capacités d’analyse?

– Nous avons besoin d’une certaine profondeur, – dit elle détournant les yeux. – Les autorités morales ne sont pas nécessairement des croyants. Je n’ai pas entendu ce que Menuhin a dit de sa religiosité. Mais bon, par exemple, son geste quand, Juif, juste après la guerre il est venu à jouer à Berlin, comme pour montrer – voilà c’est comme ça qu’on va faire … C’est un geste de générosité. Et tout ce qu’il faisait était imprégné de cet esprit … Vous savez qui fut le dernier cette autorité morale. C’est bien sûr Jean-Paul II. Il était entouré par cette même attitude de respect et d’une sorte de joie. C’est pour cela qu’il l’était.

Sur l’armoire derrière Olga il y a une photo encadrée on voit un Jean-Paul II souriant et penchant la tête, à côté il y a une jeune fille un peu gênée: Sedakova . En 1998, à Rome, il lui a remis le prix littéraire Vladimir Soloviev pour « racines chrétiennes de l’Europe. »

– Nous nous étions rencontré pour la première fois trois ans auparavant – ajoute Sedakova. – Il avait invité alors à Rome toute une délégation de personnalités du monde culturel russe. On nous a suggéré de donner au pape nos compositions. J’avais justement un grand livre qui venait de sortir et je l’ai apporté. Bien sûr, je pensais que c’était pour la forme – il ne lirait pas mes poèmes. Il m’avait regardé ainsi et avait dit: « Je crains que ça me sera difficile » Et puis il s’est avéré qu’il avait lu attentivement et lu jusqu’au bout et … en somme aimé.

La dernière fois que Olga a vu Jean-Paul II c’était l’année du millénaire, lorsque le Vatican a raccompagné le millénaire passé et préparé le nouveau.

-Cette année-là, chaque dimanche était consacré à quelque chose. Le dimanche j’ai trouvé tous les croyants de toutes les polices du monde et tous les infirmes. Ils pointaient sur la place devant la cathédrale Saint-Pierre, et je suis venue pour entendre ce que disait le Pape. Il était déjà un homme très diminué, il n’était presque plus maitre de ses mains. Les mutilés étaient les derniers. Ils venaient du monde entier. Et puis, le Pape a dit que l’humanité elle-même aborde le nouveau millénaire comme un infirme, estropié de tous les côtés. C’est ainsi qu’il a clôt la préparation de la nouvelle ère. Et après que ces infortunés sont passés devant le Pape, ils tous été changés, aux yeux de la transformation s’est opérée. Le Métropolite Antoine de Souroge dit que si ne peux voir dans les yeux d’un autre le royaume des cieux, tu ne le verras jamais. C’est seulement les gens qui découvrent les uns des autres.

***
Une bonne compréhension de ce qu’est la culture, a toujours différencié Sedakova de ce qui est généralement admis. Ne prouvant jamais rien à personne, elle a pris sur elle une mission de dépositaire. Dans une interview, elle a remarqué que: «La culture ne coïncide pas avec l’érudition livresque, on a été amené à le comprendre depuis l’époque des raznochinski. Je dirais que la culture c’est le développement direct des sens: tels que la vue et l’ouïe. Dans ce que l’Antiquité voyait la vocation du poète. Comme dans le cas d’Orphée – «l’adoucissement de l’humeur. » Un signe d’ « humeur adoucie» est par exemple lorsque qu’une personne ne répète pas les erreurs une fois remarquées.  »

– L’autorité morale est ce que pour la Russie, cette figure est-elle typique?

– Oui, bien sûr. Mais comme en Europe une autorité morale ce n’est pas toujours un intellectuel, et de même chez nous ce n’est pas directement lié à l’intelligentsia. À propos des intellectuels on doit raconter toute l’histoire, elle a une origine quelque peu différente de celle des intellectuels occidentaux.

– Racontez-moi. D’après les dénominations c’est difficile de se faire une idée.

– Oui, oui, c’est très difficile. Pendant les années de liberté relative nous avons formé un type de personnes qui préfèrent se faire appeler des « intellectuals », et non des « intelliguentes » (les deux mots sont intellectuels en français). Ce sont des personnes instruites traditionnellement de gauche. Avec une ironie caractéristique, mais plutôt un péjorative, «déconstructivante» plutôt que pathétique. Ils sentent eux même leur différence par rapport aux anciens intellectuels, que nous avons failli ne pas trouver. L’intellectuel pré-révolutionnaire est un homme libre. Quand on dit que Likhatchev est un exemple de ce véritable intellectuel, il convient d’avoir quelques réserves. Il n’était pas libre, il a dû faire un grand nombre de compromis. Aussi ce n’est pas la peine d’idéaliser l’intelligentsia pré-révolutionnaire. Mais c’est certain qu’ils étaient indépendants de la politique officielle.

-L’intellectualité est elle un non-engagement?

– Oui, il y a là quelque chose de commun entre l' »intellectual » et l' »intelliguente » mais avec une différence: nos intellectuels sont principalement issus de Popovich – voici une autre généalogie. A l’intérieur il y avait une partie très guerrière qui donna ensuite les Narodniki. Ces Popovichiens ont engendré une conscience vive anti-religieuse et même dans une certaine mesure une nouvelle religion : la religion du peuple et c’est Nekrassov qui l’exprima le mieux. C’est un esprit de sacrifice pour servir le peuple. Beaucoup plus que servir la culture. Voilà la différence. Les intellectuels (Intellectuals) choisissent la culture comme objectif de service. Et nos intellectuels (les inteligentes) choisissent les gens.

***
Au début des manifestations de masse à Moscou, Olga était en Italie. Elle dit que les visages de ces gens-là sur la place Bolotnaya, l’ont frappée. Juste se retrouver en une telle compagnie, c’est un miracle, et voilà qu’il y a en a toute une place!

– Pourquoi sur la place on entend pas la voix d’une autorité morale? Ce qu’on dit là-bas, ce n’est pas ça.

– Absolument, absolument pas ça! Depuis très longtemps on entend pas ce qu’on aimerait entendre. Le fait est que l’autorité morale c’est absolument une figure informelle. Cette reconnaissance qui vient des sentiments des gens ordinaires. La reconnaissance populaire spontanée. En outre admettons qu’il soit un éminent musicien ou philosophe, il est respecté pour une vie impeccable. Voilà ce qui est notre problème. Celui qui n’aurait pas commencé à parler sur les places, nous penserions que non, ce n’est pas ça. Ils peuvent bien parler mais ne pas y croire.

– Et vous en quoi et en qui est-ce que vous croiriez?

– En l’homme instruit et honnête qui ne veut pas de pouvoir personnel. Il s’agit d’un sujet très important – la dignité. Ce n’est pas seulement du jeu et la politique. C’est surtout la faiblesse de l’homme qui régnait Russie pendant la dernière décennie. Au début il était humilié par le système, puis sa libération eut lieu vers des formes très laides et humiliantes. Il est difficile de trouver les personnes plus très jeunes qui conservent de la dignité. Il semblait que personne n’en ait plus besoin. Et puis tout à coup, on voit des gens qui sortent et la première chose qu’ils disent: nous voulons être respectés. Leur demande n’est pas le pouvoir, pas d’argent mais le respect de l’homme. Il y a justement une nouvelle génération, elle ne pourra plus tolérer d’être humiliée, comme l’a subi la génération précédente. Ce qui est intéressant c’est que leurs adversaires ne peuvent pas intégrer ce message. Ils disent que ce sont des citoyens bien repus ou des occidentaux. Et des mots si simples qui n’ont même pas à être déchiffrés, ils ne les croient pas. Vous savez, plus que le mouvement de protestation, j’ai été attiré par une autre initiative. Par exemple, comment on a commencé à éteindre les feux de forêt, aider les enfants malades, ce que notre société n’avait jamais fait auparavant. Les gens peuvent s’aimer les un les autres, quand ils font ensemble quelque chose de bon, qu’ils ne demandent rien au dessus mais font juste quelque chose eux-même. C’est merveilleux. Une société est née et l’on ne peux plus la maltraiter

– Mais d’où est-est ce qu’on le prend, si les ainés ne l’ont pas appris?

– Le «rideau de fer » est tombé. Les gens ont vu une société fondée sur des bases humanistes, où personne ne peut pour la moindre raison offenser les autres et être agressif. Et bien sûr on est sorti de la peur. Les jeunes vivent dans un monde de plus larges possibilités. Où est l’homme soviétique a perdu sa dignité? Il savait que s’il ne le faisait pas, alors le livre ne serait pas publié. Mais maintenant on sait bien que si on ne peut pas imprimer, bon ben très bien, il y a Internet! On ne dépose plus d’imprimatur – les livres sortent sans imprimatur. Il n’y a plus cette fatalité qu’autrement on ne peut rien faire – il suffit passer par internet.

– Donc, la société est en mutation?

– Bien sûr, elle est beaucoup plus avancée que ceux qui la gèrent. Il était clair depuis longtemps qu’un jour viendrait où le conflit serait ouvert. Ce que les gens vivent maintenant en Russie, la verticale du pouvoir est incapable de se le représenter. Ce n’est peut-être encore qu’une minorité de la population fortement liée avec la capitale et les grandes villes, mais c’est sa partie historique. L’histoire ne se fait jamais avec l’intégralité du peuple. Notre état est maintenant éloigné de sa population. Entre eux deux il y a un mur infranchissable. Même dans la Russie tsariste il n’y avait rien de tel, que l’on décide tout pour tout le monde: ce que les scientifiques ont à écrire, ce que les enseignants doivent enseigner… C’est l’héritage du totalitarisme. Dans le système étatique cela n’a pas encore été dépassé, simplement devenu plus doux.

– Karl Jaspers à la fin des années 40 a proposé de régénérer l’Allemagne grâce à l’approbation morale de la verticale du pouvoir, il a également parlé de la dignité …

– Pas seulement Jaspers. J’ai eu à écrire, par exemple sur Dietrich Bonhoeffer, un pasteur allemand qui a pris part au mouvement anti-hitlérien et qui fut tué. Il a écrit une œuvre qui s’intitule « Dans dix ans » , il me semble que tout le monde devrait la lire. Il décrit l’expérience allemande, ce qui est arrivé à l’homme en dix ans de totalitarisme. La première tâche c’est d’avoir conscience de ce qui est arrivé à l’homme.

– Vous voulez parler de la période soviétique?

– Pour moi il n’y a pas de frontière. L’époque post-soviétique est une continuation de ce qui était semé. Nous avons eu une catastrophe qui s’est produite. Le système soviétique était un immense camp éducatif. On voulait créer un homme nouveau. A l’école et à la maternelle on endoctrinait les gens, à qui on retirait complètement le libre arbitre, et on disait qu’ils étaient conscients seulement s’ils étaient prêts à exécuter tout ce qu’on leur demandait. Mais de telles personnes étaient privées de la possibilité de penser à quelque chose de complexe et de profond. L’une des pires caractéristiques de cet homme soviétique était la méfiance. Voici un contraste énorme entre ce que nous voyons en Europe, et ce qu’il y a ici. Nous sommes toujours à la recherche d’une sorte d’arrière-pensée, nous n’écoutons pas directement les mots, constamment nous soupçonnons quelque chose. Et un homme qui fait confiance, qui accepte ce qu’on lui dit comme argent comptant passe pour un imbécile. Les années post-totalitaires, ont peut-être même renforcé ce trait ridicule, la méfiance des uns envers les autres et en général envers tout. De quoi peut parler une autorité lorsque tout est l’objet de soupçons? Pendant trop longtemps l’homme appris à ne pas faire confiance, et on le paye très cher. Avec un tel manque de confiance aucune société ne peut naître. Parce que la société c’est l’interaction de gens qui se font confiance les uns les autres. Et maintenant nous voyons que le gouvernement continue à jouer un jeu bien connu, mais la nouvelle génération n’en a plus besoin. Ils ne veulent pas qu’on les plonge dans les ténèbres et ne veulent pas non plus se plonger dans le noir.

– Mais pourquoi il n’y a pas de réponse du coté de la culture?

– Parce que toutes ces années durant, la culture contemporaine était représentée par des gens qui ne parlent pas positivement. Combien de fois j’ai dû aller à tel ou tel endroit en Angleterre ou en Italie, où l’auditoire me demandait: « Mais quoi? vraiment? la culture russe n’est pas morte? » Je disais «Non». Et ils répondaient: « Mais nous avons vu untel ou untel, et il nous a dit que tout était fini. » Depuis la fin des années 80 un festin a commencé, avec le communisme on a mis un terme à la grande culture russe, ça suffit, elle est répressive et ainsi de suite. Et ça ce sont les acteurs de la culture eux-mêmes qui l’ont fait.

***

– Dans votre dernier livre: »L’apologie de l’esprit», vous écrivez au sujet d’une propriété particulière de l’esprit – penser de tout son être, par la nature, de part en part, de haut en bas. On ne peut penser ainsi que sur Dante? Ou bien est ce que c’est applicable à la politique?

– La pensée sur la vie et la pensée sur Dante c’est la même chose, cette idée c’est la façon dont Dante voit la vie. Pour ce faire il n’est même pas absolument nécessaire de lire la comédie. Nous parlons ici d’une certaine compréhension de la vie, qu’ont les soi-disant gens ordinaires, en particulier les paysans, et pour une quelconque raison il l’ont beaucoup plus facilement que les gens instruits.

– Et où apprendre cela?

– Oui, en effet toute la question c’est que c’est très peu enseigné. Le système éducatif a cessé de fonctionner avec l’homme. L’éducation c’est l’éducation de l’homme. Mais je connais des enseignants qui font cela. C’est comme Bibikhin, ses conférences étaient non seulement sur la philosophie de Heidegger et de Wittgenstein, mais aussi d’une conversation sur le monde et la vie, c’était l’amorce d’une autre conscience. Dans un sens Averintsev procédait de même. Ce n’est pas sur Virgile que nous allions l’écouter, il nous parlait de quelque chose de beaucoup plus grand.

– Maintenant une telle façon de penser est elle accessible?

– C’est toujours accessible, et ça ne devrait pas perdre de son attrait. L’homme, par nature, aime la sagesse et la beauté. Il est été attiré vers cela. Dans n’importe quelle position l’homme se rappelle la valeur de cette sagesse. Il semble que vous pouvez vivre sans elle, que c’est superflu et qu’il faut apprendre de certaines choses basses. Mais nous devons nous rappeler que à la racine de la vie il y a certaines conceptions et certaines responsabilités. Nous l’avons simplement oublié. L’esprit est réduit à une rationalité technique qui ne voit pas d’impact immédiat. La pensée est maintenant très courte.

– Cette capacité est caractéristique de notre formation politique?

– Absolument pas caractéristique. Je ne sais pas du tout si nous avons une formation politique. Où nous sommes formés à la politique? Avant c’était dans les écoles du parti, et maintenant d’où on apprend ça? Ils ne n’en n’ont manifestement pas, ne serait-ce même que la politique générale ou une formation générale humanitaire.

– Que suggèreriez-vous?

– J’ai une pensée très simple qui vient de la vie: l’homme devrait vivre avec un cœur beaucoup plus tendre que ce à quoi nous sommes habitué. À l’école, dans la rue, depuis son enfance l’homme doit au moins se sentir aimé, respecté, alors il se développe bien mieux intérieurement. Comment construire une société humaine, je ne sais pas, mais chacun à son niveau peut en faire un peu: permettre à l’homme d’être heureux. Le grand art a cette capacité d’apporter le bonheur. Aujourd’hui dans le monde il y très peu de tels artistes.

***

– Vous êtes une personne orthodoxe. Il y a des rumeurs au sujet d’une certaine communauté dont vous faites partie.

– Non, je n’en suis pas. Je suis un paroissien ordinaire de l’église de l’ordinaire. Mais j’ai des amis qui en étaient avant, quand ils n’étaient pas connus, s’appelaient kochetkovtz parce que le fondateur de leur communauté était le Père Georgy Kochetkov. Maintenant leur position dans l’église complètement rétablie, plus aucun d’entre eux n’est sur la sellette. Je ne suis pas un membre de ce mouvement, je suis simplement leur ami, ils me plaisent vraiment. Chaque année en automne, ils organisent des conférences sur divers sujets. L’année dernière, c’était consacré au service à l’église dans la société, voilà encore l’une des valeurs qui ont disparu. Avec le service on a des rapports plus froids, parce que la propagande l’exige: sers, sers, sers – la patrie et le Parti. Pour beaucoup, la liberté se situe dans le fait de ne servir rien ni personne, et vivre leur vie privée. C’est une réaction naturelle. Mais toute personne qui s’occupe des gens avec un point de vue philosophique ou religieux, sait que demeurer ainsi est impossible. Après quelques temps cette vie privée se révèle être vide et détestable. L’homme doit servir quelque chose, quelque chose doit lui être plus cher que lui-même. Ses valeurs personnelles résident dans le fait qu’il sert quelque chose.

– Et maintenant la question de ce service resurgit?

-Quoique maintenant il y a la dignité – se tenir droit et ne pas donner sujet à des moqueries. Mais la nécessité du service se pose aussi. Je connais des gens qui travaillent avec des orphelins, avec des malades – ils sont nombreux, et il n’a rien à voir avec le pouvoir. Quand ça n’a plus été interdit, tout le monde s’est rendu compte que cela pouvait être fait. Mais cela a mis beaucoup de temps avant que l’on comprenne que cela devait être fait. Cette idée a été repoussée chez nous: aider. L’homme est un ami pour l’homme, un camarade et un frère, mais certainement pas celui qui aide le pauvre, qui plaint le malade. Mais jusqu’à présent le monde occidental se base sur ça. Dans le même temps ils l’appellent eux même post-chrétien, le nombre fidèles suivant règles de l’église est très petit: en France probablement 3% et en Angleterre 2%. Mais ce monde est construit sur des valeurs chrétiennes.

– Et le monde orthodoxe?

– Maintenant que l’église est devenue une partie légale de la vie en commun, Tout ce qui était avant dans la société s’y est retrouvé. Elle a absorbé des gens qui lisent des prières mais dans leur tête, ils ont de la matière, la lutte des classes c’est une horreur. Mouvement chrétien ou humain n’est pas souvent que vous voyez dans l’église, mais seulement dans la vie. Cela signifie que l’humanité n’est pas morte.

– Est-ce qu’un Etat moderne peut être fondé sur des valeurs traditionnelles?

– Je suis pour un Etat laïc. L’état ne doit pas avoir de justification religieuse. Dans sa conception c’est une chose assez simple: il s’agit d’un système qui, comme Paul l’a écrit, protège le bon du mauvais. Pourquoi y a-t-il une religion? Elle accomplit simplement une sorte de justice. L’orthodoxie ne devrait pas avoir une position privilégiée, en particulier en Russie, où il y a de nombreuses confessions différentes. La véritable orthodoxie bien sûr, change l’homme. Mais la transmettre? L’idée d’enseigner cela à l’école ne me plait pas. Lorsque des indignes enseignent des choses dignes, il grandit une génération de Popovich-Aimant-le-bien et ce sera encore un autre populisme.

– Est-ce que les valeurs changent? Le bien, l’amour?

– Ce n’est pas une question de valeur, mais de conditions de vie. C’est ce sans quoi on ne peut pas vivre, c’est le fondement de l’humanité. Et, peut-être, pas seulement de l’humanité. Tenez mon chat est mort récemment. J’ai vu en lui beaucoup de dévouement et de d’abnégation. C’était sa vie. Pouchkine a dit: le sens moral dans la nature des choses. Si une partie de la vie commence à vivre au mépris de son environnement, à ne vivre que pour elle-même – je pense qu’elle va bientôt mourir … Rappelez-vous le dernier vers de Dante: « L’amour qui meut le soleil et les astres »? C’est une loi physique. Sans cela, tout est fini.

***

En 1974, Olga Sedakova a pour la première fois lu ses poèmes en présence de Lotman à Tartu. Alors Yuri Mikhailovich chuchota à son professeur Nikolaï Tolstoï: « N’en faites pas un savant, laissez la poète. » Sedakova devint l’un et l’autre, et encore quelqu’un d’autre. Peut-être quelque chose comme un diapason, finement réglé pour rechercher l’autre, l’harmonie humaine extérieure, la soumission et l’existence du bonheur.

– Un jour, lors d’une rencontre une question de l’auditoire fut: combien de pour cent de vos vers sont sur Dieu? Vous avez dit: «Tous les vers sur Dieu? Ça doit faire dans les 60%.  » Et les quarante autres?

– Vous savez, les quarante autres ils ne m’intéressent pas trop, ils peuvent être sur n’importe quoi.

– Il est difficile d’avoir le don?

– Oh, c’est difficile! Tu n’es jamais sûr que tu l’as. Maintenant, il est là, et après il semble qu’il ne sera jamais là.

– Et comment savez-vous quand il est là?

– C’est facile! C’est comme le soleil soit il est là, soit il fait nuit.

– Est ce que vous accepter l’idée selon laquelle vous êtes le seul poète depuis Brodsky.

– Je pense que même avant! – Sedakova soulève innocemment les sourcils. – Je n’aime pas trop Brodsky. C’est un poète qui ferme. Et des raisons pour cette fermeture il n’y en avait pas beaucoup. Nous avons besoin de nouveauté, mais de nouveauté informelle. Il ne cessait de parler de la langue, mais la chose, ce n’est certainement pas dans la langue. Le fait est qu’il y a quelque chose à dire. Et il ne cessait de répéter: «Je n’ai rien à dire. » Je suis de mauvaise humeur quand je le lis.

– Qu’est-ce que la poésie doit donner?

Vous savez, récemment deux personnes m’ont écrit que mon poème – « L’Ange de Reims » – les a sauvées du suicide. L’une d’elles vit en Italie et l’autre en Suisse. Elles ont lu ces poèmes en traduction. Est apparu un monde de jeunes gens malheureux qui ne comprennent pas pourquoi vivre. Ils n’ont vraiment rien à faire tout leur semble sans valeur – la civilisation n’offre rien en soi. Une fille qui voulait se tuer se ravisa après avoir lu l’«Ange de Reims, » ​​ nous avons même parlé. Je lui ai dit, ‘Vous avez tellement de beauté. Ca me suffirait de regarder un lac dans les Alpes « . Et elle dit: «Non, il n’y a pas assez de beauté. » Elle a tout. On l’aime, elle a des parents merveilleux. Elle ne peut pas expliquer. Simplement elle il n’y a pas de sens pour elle de se lever le matin. A chaque fois, cela n’a aucun sens. Et je leur dis une chose simple: vous pouvez vivre.

 

L’ANGE DE REIMS

à François Fédier

Es-tu prêt ?

sourit cet ange –

je pose la question, bien que je sache :

sans aucun doute tu es prêt ;

car ce n’est pas au premier venu que je parle,

mais à toi,

homme dont le cœur ne souffrira pas qu’on trahisse

ton roi terrestre

qui devant tout le peuple était ici couronné,

ni l’autre souverain,

le Roi des Cieux, notre Agneau,

mourant dans l’espérance qu’à nouveau tu m’entendes ;

encore et encore,

comme tous les soirs,

les cloches appellent mon nom,

ici, en cette terre où croît le bon froment

avec le raisin blond,

et l’épi et la grappe

s’abreuvent de mon timbre.

Mais quand même,

dans cette pierre rose qui s’effrite,

levant le bras,

que la grande guerre m’a arraché,

quand même, laisse-moi te rappeler :

es-tu prêt ?

pour la peste, pour la faim,

les tremblements de terre, le feu, l’invasion des barbares,

le déferlement des fureurs ?

sans doute, tout cela est grave, mais je ne parle pas de cela.

Non, ce n’est pas cela qu’il me faut rappeler.

Ce n’est pas pour cela que l’on m’a envoyé.

Je dis :

es-tu

prêt

pour l’incroyable bonheur ?

 (traduction Philippe Arjakovsky)

On peut lire et écouter Olga Sedakova dire son poème en public (suivie de la traduction en Italien) ici.

Mais que font ces smileys sur les murs?

Peut être avez vous remarqué qu’au mois d’avril les murs de la capitale russes ont été envahis par d’énigmatiques smileys. Des sourires pour vaincre la morosité printanière? Bizarre… on pourrait croire à une blague de quelques copains mais comme cela a lieu dans de très nombreux quartiers en même temps on ne peut que se poser la question de ce qu’il y a là dessous, pour marquer d’un sourire autant d’immeubles dans des quartiers si différents il faut de gros moyens.

La réponse est donné par An, c’est du Street Marketing pour Dudu. Comme chacun ne sait pas Dudu est un réseau social qui est en phase Alpha et qui vise à faire sauter les barrières linguistiques, arabe, anglais ou en turc… pas de problème on vous traduit tout en russe dans un sens et dans l’autre.
Ce n’est pas sûr que des fonctionnalités supplémentaires permettent au réseau social de concurrence Twitter, facebook, odnoklasniki ou vkontakte. Pourquoi en effet s’inscrire à un réseau social de plus?

En attendant il y a des smileys partout dans Moscou, heureusement c’est moins moche que les publicités pour la pyramide financière MMM qui s’étendent toujours plus sur l’asphalte tels les mauvaises herbes de la cupidité humaine.

Dans l’appartement des Bielutine -Dans le jardin du temps

Arte a diffusé le 7 mai 2012 un documentaire d’un genre un peu particulier sur un couple de retraités moscovites qui vivent dans un appartement rempli de tableaux de la renaissance. Ils invitent des journalistes (muets dans le film) à leur table de fin d’année. Outre les tableau et statuettes l’appartement est habité par des chats et un corbeau curieux. Nina et Ely sont âgés, ils ont plus de 80 ans et Ely est d’ailleurs mort en février dernier, ils sont méfiants, un peu paranos, mais on les comprend vu la façon dont il veillent jalousement sur une collection de peintures d’un autre âge. Pourtant ils font confiance aux journalistes français qu’ils ont invités et qu’ils accueillent fièrement dans leur demeure. Ils se montrent sympathiques et attentionnés avec leurs invités qui dans le film sont muets et se font le plus invisible possible. Le style se veut minimaliste façon strip-tease, cela en est même absurde, car la situation dont il s’agit ce n’est pas juste une visite de l’appartement mais une invitation et une discussion autour d’une table, n’ayant pas d’interlocuteur, ne trouvant pas la répartie chez leurs invités, nos personnages sombrent dans un triste soliloque d’une banalité affligeante. On a le sentiment de passer à coté d’une histoire intéressante, ces gens âgés ont vécu du temps de l’URSS une vie inhabituelle, et il doit leur rester des souvenirs (réels ou inventés) mais ils n’en font pas état. On est invité à les inventer nous même. Le choix stylistique fait par Clément Cogitore (privilégier l’atmosphère actuelle, l’ambiance, le naturel des personnes filmées) est peut être justifié (forte atmosphère, personnes très âgées et fatiguées, souvenirs d’URSS pas forcément agréables, mythomanes … ) mais laisse forcément le spectateur sur sa faim. Montrer ne suffit pas à faire voir ni à faire comprendre.

L’atmosphère de cet appartement est très bien rendue dans le film: il n’y a pas de commentaires, il n’y a pas de doublage, juste un sous titrage en jaune au bas de l’écran. Une panne d’électricité réelle ou prétendue contraint les hôtes à s’éclairer à la bougie renforçant l’atmosphère hors du temps de cet appartement ancien, et au montage de la musique inquiétante dramatise le tout.

Le film est accompagné d’un web documentaire de très bonne facture qui apporte curieusement beaucoup plus que le film lui même et qu’il est donc fortement recommandé de consulter après avoir vu ce film.

Une lettre de bonheur au premier ministre

Vassia Oblomov, de son vrai nom Vassili Goncharov (son nom de scène est le nom du héros bien connu de Ivan Aleksandrovitch Goncharov) est un chanteur surtout connu pour sa chanson je vais à Magadan, succès du net et du cinéma puisque il figure dans la BO du film Ёлки. Aujourd’hui c’est un citoyen actif qui milite pour faire évoluer la société russe. Sa chanson une lettre de bonheur.
Rappelons que Michael Krug est un poète et chanteur qui chante sur les prisons et le romantisme de bagnard, et Grigory Leps est un chanteur d’origine Georgienne du même acabit. Les crocodiles sont des femmes qui n’ont pas de poitrine. L’émission « minutes de gloire » est une pitoyable émission de la première chaine qui veut montrer les talents des spectateurs russes, l’émission « Grandes Courses » est elle l’équivalent d’inter-villes. L’émission « le champ miraculeux » est la version russe de la Roue de la fortune.
Zubov ce sont les dents mais ici le nom du docteur qui vole les médicaments.

Paroles Une lettre de bonheur
здесь Вася Обломов со своими друзьями:Рядом Димон, Женя, Миша, Руслан, Саня,Пялимся в ящик, верим новостям,Видим вас каждый день, знаем, как вы там,
Понравилось, у как вы на «Ладе» через всю страну,
Понравилось, как с китами были, что Москва в дыму,
Видели, как вы сами тушили пожар,
Вот это была тема, вот это угар,
Верим в вас и в победу сильной России,
Ваш «План» не читали – но мы бы и не осилили,
Как говорится, кесарю – кесарево, а вам – ваше,
Посылаем вам от нас большие каши,
Вам виднее, что делать для нашего блага,
Чтобы гордо развивалось знамя русского флага,
Для взрослого качественного досуга
Мы слушаем Гришу Лепса и Мишу Круга,

На выборах, если честно, никто из нас не бывает –
Народ и без нас вас сам выбирает, конечно,

Кто, если не вы, по сути, кто, если не вы?

Нагана по-мексикански знает, can she? no wee

Легализуйте, пожалуйста, для нас проституцию,
Внесите изменения в вашу Конституцию,
А то в сауну придёшь – а там одни крокодилы,
Так и не сделать первый шаг без бутылки мочилы
Люблю слушать ваши умные речи,
Ибо все ответственности на ваши плечи
Вы умудряетесь часто говорить смешное
Владимир, вы для России – самое дорогое!
Всегда все по делу, и всегда вы правы,
Не хотели бы прийти в жюри «Минуты славы»?
Или в «Большие гонки», что на Первом канале?
Скажите, вас туда, часом, не приглашали?
Правда, цены растут, но вы тут ни при чем,
Сами наверняка знаете, что у нас по чем
А что жизнь лучше не стала – так это ж не все сразу,
Мы это понимаем. – Вася, поддай газу!
ПРИПЕВ:
Это – письмо счастья, прямо из санчасти,
Здесь Вася Обломов с пацанами: «Всем здрасьте!»
Пишем премьер-министру и, вместе с тем,
Отвисаем по-полной, и не ждем перемен
x2

Мы каждую неделю смотрим «Поле чудес»
Леонид Якубович – нереальный бес!

Дайте ему какую-нибудь награду –
Мы с парнями будем реально рады!
У директора детсада ваш портрет в кабинете:
«Дети, это – Путин! Смотрите, дети!»
Прочитали в сети, что вы взрывали дома –
Да ну! Это – какая-то ерунда!
Да, у нас ведь принято во всем винить руководство,
Шаг влево, шаг вправо – начинается скотство,
То не так сделал, денег наворовал –
Братцы, так кто из нас не наворовал?
Максимка в армии барыжил солярой,
Доктор Зубов лекарства подменял пустой тарой,
Песочек со стройки ведрами выносили,
Ну, помнишь, было дело, скажи, Василий!
Главное – со всеми грамотно делиться,
Будь то врачи, паспортисты или полиция
Страна дает возможность – мы ее реализуем!
Тупые трудятся за копейки – а мы рулим!
Да, и пришлите нам по-братски айфон 4-джи –
Почта России, поселок Кижи
Ну все, клеим марки, отправляем конверт:
Россия, Москва, Кремль – всем привет!
ПРИПЕВ x2

Ici Vassia Oblomov avec ses amis:Près de moi Dimon, Genia, Micha, Ruslan, Sanya,On zieute dans la boîte, nous on croit les infos,
Nous vous voyons tous les jours, nous savons comment c’est pour vous là-bas,
On a aimé la façon dont vous avez  fait de la « Lada » à travers le pays,
On a aimé la façon dont vous étiez avec les baleines et que Moscou était dans la fumée
On vous a vu éteindre un incendie vous-même
C’était un sujet, c’est un déchet,
Nous croyons en vous et en la victoire d’une Russie forte,
Votre « plan » on l’a pas lu-, mais on ne s’en serait pas tiré,
Comme on dit, donner à César – ce qui est à César, et à vous – ce qui est à vous,
Nous vous envoyons beaucoup de bouillie,
Vous savez mieux ce qu’il faut faire pour notre propre bien,
Pour que se développe fièrement la bannière du drapeau russe,
Pour le divertissement de qualité pour adultes
Nous écoutons Misha Kruga et Grisha Leps CercleLors des élections, pour être honnête, aucun de nous ne vote –
De toutes façons le peuple vous élira sans nous,
Qui, si ce n’est vous, en effet, qui, si ce n’est  vous?

Qui connait le revolver à la mexiquaine? Can she? no we.
Légaliser, s’il vous plaît, pour nous, la prostitution,
Apportez des modifications à votre constitution
Sinon tu arrives au sauna – et il n’y a que des crocodiles
Ne faites pas le premier pas sans avoir bu de la vodka
J’aime écouter vos discours intelligents,
Pour toute les responsabilités sur vos épaules
Vous arrivez souvent à parler d’une façon marrante.
Vladimir, pour la Russie – vous êtes le plus cher!
Toujours tout comme il faut, et vous toujours avez raison,
Vous ne voulez pas aller au jury de « Minutes of Gloire »?
Ou dans à Intervilles, qu’est ce qu’il y a sur la un?
Dites, on vous n’avez pas, par hasard, été invité là bas?
Cependant, les prix sont en hausse, mais vous n’avez rien à faire avec elle,
C’est vrai que les prix augmentent mais vous n’y êtes pour rien
Cous connaissez certainement quels sont les E que la vie ne s’est pas améliorée, tout n’est pas possible tout de suite
On le comprend bien. – Vassia, appuye sur l’accélérateur!
Refrain:
C’est – une lettre de bonheur, directement de l’infirmerie,
Ici Vassia Oblomov avec les garçons: « bonjour tout le monde! »
On écrit au Premier ministre et dans le même temps,
On se détend completement et on attend pas de changement
X2

Nous regardons chaque semaine, la roue de la fortune
Leonid Yakubovich – C’est mec terrible!
Donnez-lui une récompense –
Nous les gars on sera super joisse!
Le directeur de l’école maternelle a votre portrait dans son bureau:
«Les enfants, lui c’est – Poutine! Regardez, les enfants!  »
On a lu en ligne que vous a fait sauter une maison –
Bah! mais c’est des betises!
Oui, c’est qu’on blame toujours les dirigeants,
Un pas gauche, un pas à droite – commencent les vacheries,
Ça  c’est pas fait comme ça, l’argent  volé – mes frères, de nous qui n’a pas volé?

Maxim à armée faisait du recel de gazoil
Le Docteur Zubov substituait aux médicaments des boites vides,
On a piqué du sable dans des seaux d’un chantier,
Eh, rappelle-toi, il y a eu une histoire, raconte, Vassili!
Le principal c’est de bien partager le butin avec tous,
Qu’il s’agisse de médecins, les fonctionnaires des passeports ou la police
Le pays offre une possibilité – nous allons la mettre en œuvre!
Les idiots travaillent pour des kopecks – et nous roulons!
Oh, et s’il vous plaît envoyez-nous fraternellement un iPhone  4-G
Poste Russe, au village de Kiji
Bon c’est tout, on colle les timbres, on envoie l’enveloppe:
Russie, Moscou, Kremlin – Bonjour à tous!
Refrain X2