En Russie

Pavel Durov contre Joseph Staline

Le 9 Mai est une fête grandiose à Moscou (sa préparation dure près d’un mois et bloque le centre ville). Il faut dire que le 9 Mai 1945 s’il ne marque pas la fin de la deuxième guerre mondiale, marque la victoire contre l’Allemagne Nazie et le début d’un nouvel ordre en Europe. Pour les russes c’est la fin des souffrances dues à la guerre, même s’il faudra continuer les sacrifices et pour les vétérans Russes c’est le passage du statut de Héros National à celui de prisonnier de camps de travail pour éviter qu’il ne parle de ce qu’ils avait vu à l’ouest.
La fête actuelle met l’accent sur la victoire militaire et évite la précision historique, au point absurde que de faux anciens combattants se retrouvent dans les tribunes officielles sur la place rouge.
Dans ce contexte on comprend ce que Pavel Durov, le créateur et dirigeant de Vkontakte a voulu dire sur son statut le 9 mai dernier et les tollés d’approbation ou au contraire de désapprobation qu’il a entrainé. Voilà ce qu’écrivait Durov:

« Народ гуляет. Еще бы – 67 лет назад Сталин отстоял у Гитлера право репрессировать население СССР »

« Les gens défilent parce qu’il y a 67 ans, Staline a disputé à Hitler le droit de opprimer la population de l’URSS. »

Dans ce contexte des chanteurs de rap ont imaginé une bataille entre Pavel Durov et Iossif Staline. Évidemment c’est Staline qui gagne, Durov est en avance sur son époque, la catharsis mémorielle, comme la nomme Kora Andrieu  mettra probablement encore du temps avant d’arriver.

Rappelons que la grande Bataille de Rap, le copycat du programme américain Epic Rap Battle Of History, avait déjà représenté les Pussy riots contre le Patriarche Kiril.

Mikhaïl Gorbatchev, Simples Confidences

Après Arte, c’est France 5 qui diffuse maintenant le documentaire de Gulya Mirzoeva sur Mikhaïl Gorbatchev, il devrait être diffusé à nouveau le 14 juin.

C’est un homme que l’on découvre parce que l’on connait mieux l’homme d’état et assez peu la personne humaine. Il nous parle son enfance près du Caucase, ses grand parents russes et Ukrainiens dont il ignore jusque très tardivement le sort tragique, victime qu’ils étaient du totalitarisme. Il nous montre des photos, nous parle de l’amour et de la force de son épouse défunte. Mais malheureusement là où le documentaire est trop faible c’est dans les années 80 lorsque Mikhaïl est au pouvoir et entreprend des réformes brusques,  on comprend bien que cet homme est profondément russe et dévoué à son peuple ce qui contrastait avec de nombreux autres dirigeants soviétiques (encore que sa grand mère était une vraie ukrainienne), les intentions de  Gorbatchev étaient donc nobles, mais cela ne suffit pas à faire une bonne politique. Une esquisse de critique est faite avec le discours de Sakharov qui se prononçait contre un régime présidentiel de l’URSS. En fait l’URSS n’existe plus, mais la Russie est effectivement dotée d’institution fonctionnant sur le mode d’un régime présidentiel avec peu de contre-pouvoirs. Mais la continuité entre la réforme des institutions soviétiques et les institutions russe n’est pas expliquée, elle est juste sous entendu comme allant de soi, je ne sais pas si cela est vraiment pertinent.

De même l’explication de l’échec des réformes de Gorbatchev est traité d’une façon très légère, voire même complaisante. On dit que ce serait un complot des Apparatchiks qui auraient organisé le sabotage à l’échelle du pays pour contrer leur adversaire politique, et la duplicité de Boris Eltsine, fin politicien, aurait empiré la situation. Cette explication semble un peu farfelue, même s’il est vrai que Gorbatchev avait à faire à une opposition au sein de l’appareil et que Eltsine était un remarquable homme politique, les explications de l’échec des réformes ne se trouvent pas là. Il semble à voir le documentaire que Gorbatchev était simplement coupé des réalités et ne comprenait pas vraiment les mécanismes économiques et sociaux. Et il semblerait que les années passant il n’a pas non plus mieux compris. Ce qui est tout à fait humain et compréhensible, un vieil homme à la fin de son existence, au seuil de l’éternité, veut se représenter au mieux. C’est dommage tout de même qu’aucune question intéressante y compris sur Tchernobyl, n’ait été posée à celui qui fut le premier secrétaire du parti socialiste en des temps de crises dramatique. Dommage. Peut être est ce un choix partisan de la journaliste, Gulya Mirzoeva, peut être est ce seulement de la déférence envers un vieil homme? Il faudra probablement encore longtemps avant d’avoir un regard plus objectif sur la période.

Millergoff

Il existe un palais non loin de Moscou qui ne ferait pas rougir les tsars mais qui de nos jours dans la Russie en crise fait tenir profil bas a son propriétaire. Tellement bas que l’on ne sait pas qui est le propriétaire. Mais on appelle cette propriété Millergoff du nom du president de Gazprom Alexei Miller comme il existe Petergoff (la propriété Pierre Le Grand). Tout est construit avec les matériaux les plus chers que l’on puisse trouver de nos jours.

Pour Visiter Millergoff c’est bien entendu impossible a moins de connaitre le proprietaire inconnu. Mais des photos aeriennes circulent sur le net depuis cet ete. Sur Google Maps les photos sont anterieures a la construction du palais, mais on peut voir son emplacement.

Ce n’est pas la seule propriété de ce type il en existe d’autres en Russie que l’on peut voir plus en détails comme celle-ci.

L’aigle couroné

russie.jpg
A la veille de la fête de la Russie, savez vous que l’aigle couronné, les armories de la Russie, a 555 ans et vient de Rome?
C’est RIA Novosti qui le dit:

Ivan III va épousé Sophie, la fille de Thomas Paléologue qui était exilé à Rome (le frère du dernier empereur byzantin Constantin XI).

Des émissaires ont été envoyés à Moscou pour présenter à Ivan III un portrait de la jeune princesse. Celle-ci était fort belle; d’ailleurs, même si elle avait été moche, le souverain russe aurait tout de même accepté la proposition du pontife romain: le monarque ambitieux a apprécié tout de suite les avantages politiques d’un mariage avec l’héritière légitime du trône byzantin.

Totalement désintéressé donc ce mariage. Mais l’agence de presse précise tout de même que:

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l’auteur.

Héritier de Lénine

L’été dernier la vidéo de Vladimir Poutine embrassant un petit garçon sur le ventre en avait surpris plus d’un. Les hommes politiques aiment bien à embrasser des gros bébé joufflus mais une fois le pic d’adiposité passé et que le bébé grandit on ne touche plus aux enfants.
Même le président Bush a des problèmes avec les bébés:
bush-baby.jpg

Alors pourquoi diable, Poutine se risquait il avec le petit Nilkita? Et bien il semblerait que cela soit un geste Léniniste.

lenin_boy.jpg

Et pour ceux qui se demandent dans quel état est Lénine aujourd’hui on peut regarder les photos de la momie ici.

Via English Russia.

Blogs et musées

Les musées sont de plus en plus présents sur les blogs, soit parce qu’il sont bloggés par des visiteurs qui aimeraient faire partager leur passion soit parce qu’ils se mettent eux même à blogger.
th_img_1051-2.jpgth_img_1017-1.jpgimg_0877-1.jpg
Dans la première catégorie on notera Christophe qui à fait trois billets très bien illustrés sur le Musée Russe de Saint Petersburg:
1, 2, 3.

lipetsk-10small.jpgteberda-5.jpgsat-photos-7.jpg
Et dans la seconde catégorie on notera le musée du Soviétisme qui en attendant de trouver de nouveaux locaux pour exposer, bloggue.

Hotel Moskva

L’hotel Moskva est un ensemble architectural qui est très bien situé, entre la Douma et le Kremlin juste au dessus d’un gigantesque centre commercial et surtout à coté du point zéro de la Russie, le point ou tout le monde jette une pièce de monnaie (sauf les vieilles qui se battent pour ramasser les pièces). Depuis 3 ans il est en travaux et on ne voit plus grand chose de cette horreur du soviétisme, le tout étant caché derrière des hauts panneaux publicitaires. Il devrait rouvrir si tout va bien cet été. Mine de rien les travaux avancent: il a déjà un toit.

Tout a été détruit sauf la façade pour le reconstruire à l’identique, à la différence près que l’aménagement intérieur est mieux pensé en fonction de critères modernes et en rajoutant des sous sols ce qui double la surface utilisable.

Ce magnifique et glorieux hôtel avait ouvert en décembre 1935. On peut y voir des photos d’avant sur son site internet. On peut aussi regarder sur un autre site ce à quoi les Moscovites ont réchappé: tous les projets architecturaux de Moscou abandonnés des années 30 aux années 50.