Corruption: le name and shame sur le net

La corruption est un phénomène qui gangrène l’économie. Beaucoup de pays en sont affectés et la Russie l’est tout particulièrement (126ime rang mondial au classement transparency international de 2006). Les autorités lutent activement contre la corruption mais celle ci se développe tout de même très activement partout où l’état et la société remplissent mal leur attributions.

Nous n’entrerons pas dans le détail sur les différentes types de corruption et leur différents impacts sur l’économie -corruption qui empêche la croissance, corruption qui accompagne la croissance, corruption vivrière…- ou des formes qu’elles prennent -dessous de table, fraude, extorsion, favoritisme, détournement…- .

Il y différentes manières de lutter contre la corruption, d’abord en éliminer les causes, ensuite en mettant en place des une justice efficace qui la sanctionne et surtout en établissant de la transparence.

La technique dite du Name And Shame consiste ainsi à nommer publiquement et à couvrir de honte les auteurs de pratiques anti sociales ou criminelle. Transparency International repose sur ce système et publie chaque année un classement pour tous les pays du monde suivant différents indicateurs de corruption.

Il y a maintenant un site web 2.0 Russe qui repose sur ce système de Naming and Shaming: vzjatkam.net. Vous aurez reconnu le jeu de mot NET n’est pas le mot anglais réseau mais le mot russe Non, Non aux pots de vins. L’idée est de rendre visible au grand jour la corruption. Dans une interview à Regnum les webmasters du site disent avoir été victime d’une grosse attaque de hackers une dizaine de jours après le lancement: on peut comprendre qu’une telle initiative ne plaise pas à tout le monde.

Le naming and shaming est souvent une arme redoutable contre les plus puissants qui admettent volontiers dans les affaires leur corruption mais qui redoutent qu’elle s’affiche partout dans leur vie privée, la réputation et l’image étant de plus en plus important. Lorsque tous les contre pouvoirs sont en panne, le net peut être un moyen de redonner du pouvoir aux citoyens.

2 réflexions au sujet de « Corruption: le name and shame sur le net »

  1. Martial

    oh, excellente information !
    J’irais voir de temps en temps qui est nommé, même si ça va me prendre des lustres puisque mon russe est absolument abominable !
    Finalement, ça me fait penser au siècle dernier quand on pendait les coupables et les laissait au bout de la potence… comme exemple. Les temps changent sans vraiment changer… (mais je fais pas de jugement…)…

    Martial, Moscou

    Répondre
  2. enrussie

    Non le Naming and Shaming ne prétend tuer personne. Juste rendre public, on pourrait peut être compare cela aux punitions anglaises des Lettres (le condamné avait une lettre sur lui qui lui faisait honte pour son crime: par exemple en A pour Adultère).

    Mais la grosse différence c’est que la justice aujourd’hui est plus juste elle envoie en prison ou suspend de leur fonction les condamnés. Seulement elle est souvent inefficace ou elle même corrompue ou encore menacée. Alors reste la résistance sur le net. Mais les victimes de la corruption sont peut être eux aussi corrompus, ou s’ils ne le sont pas il seront sûrement intimidés devant le pouvoir du взяткополучатель. Bien sûr l’anonymat est garanti, les serveurs sont au Canada, mais le crime ne connaît pas de frontières.

    Reste le problème de la fiabilité des infos ce qui est difficile avec un projet de ce genre: le non aux pots de vins risque de se transformer en oui à la calomnie.

    Il y a un sondage sur le site pour savoir si les visiteurs ont déjà payé des pots de vins. Et le résultat est 80% de oui. Quelques mauvaises langues disaient que cela signifiait que 20% des visiteurs du site habitaient hors de la Russie et c’est pour cela qu’il n’avaient pas à payer de pots de vin. Mais en réalité comme toujours il est difficile de dire ce qui est de la corruption, puisque celle ci est souvent quasiment officielle avec un reçu, un tampon, un budget. C’est difficile de tracer la ligne entre ce qui est de la corruption et ce qui est de la vie quotidienne normale et on la pratique sans même s’en rendre compte comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir.

    Sinon le classement ne veut pas dire grand chose, est ce que la police de Saint Petersburg est plus corrompue qu’une autre ou simplement les gens de Saint Petersburg fréquentent plus le site? ou sont plus énervés par les pots de vins qu’ils ont à payer? impossible à savoir.

    C’est en tout cas une initiative à suivre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *