En Russie

Déformer les mots on peut ou pas? la vocabularitude!

La récente parodie de Ségolène Royal par Bruno Candida m’a fait penser à quel point la langue Française est rigide. On respecte la langue, il y l’académie Française qui rappelle à l’ordre tous les déviants au bon ordre lexicographique. Les nouvelles technologies posent d’ailleurs problème, comment doit on dire pour un blog, un podcast, les débats n’en finissent pas. On décrète des mots français qui ne sont pas adoptés. Bref le Français est relativement rigide. Les publicitaires font relativement peu de néologisme et chez la candidate à la présidence de la république le mot bravitude soulève tout de suite un tollé.
Les Français sont un peu coincés avec leur langue.

Les Russes sont relativement décomplexés depuis la fin du socialisme. L’ampleur qu’à pris le phénomène Preved l’an dernier en est bien la preuve. Priviet veut dire en russe salut. Changer les voyelles et l’intonation en mettant l’accent sur la fin du mot difforme totalement le mot mais le laisse reconnaissable. Et pourtant l’an dernier suite à une blague sur internet les gens se sont massivement mis massivement mis à torturer ce pauvre mot. A l’origine la blague était un détournement d’une illustration de l’artiste américain John Lurie dans lequel un ours venait faire peur à couple faisant l’amour dans la nature en criant « Surprise« . Au lieu de Surprise les russes mirent «Преве́д!» et prénommèrent l’ours Medved.

preved_2.jpg

Ceci étant je dit peut être des bêtises, et si quelqu’un a l’occasion de demander à Helène Carrère d’Encausse un avis sur la question il sera sûrement beaucoup plus pertinent que le mien, tant sur le français que sur le russe, encore que la secrétaire perpétuelle de l’académie Française n’a peut être pas suivi internet et le phénomène de l’ours Medved de très près.

2 comments

  1. C’est une Métonymie, ou donne le nom de l’espèce animale pour un personnage précis. Rien d’exceptionnel.

    Mais il n’empêche que parfois les personnages peuvent avoir des noms surprenants, par exemple le chaton « Gaff », Gaff étant l’onomatopée canine.

Laisser un commentaire