En Russie

Ksenia Sobtchak: le candidat contre tous vs. Leningrad : Le candidat

Hier Ksenia Sobtchak a donc déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de mars 2018, consciente qu’elle n’a aucune chance mais avec l’ambition de devenir le vote « contre tous ». Le même jour Serguei Schnurov sortait un nouveau clip « Le candidat ».
En terme de popularité Léningrad obtient 1,913,966 vues et Sobtchak 301,696 vues. Il n’y a pas photo, la candidature de Ksenia est très loin derrière celle de Serguei. Donc on ne va pas traduire Ksenia, on va traduire Serguei.


Ленинград — Кандидат
Выпивали мы, как это, с кентом,
Наливал где-то по 35,
Говорит он, что, мол, президентом,
Я бы мог стопроцентно, бл.ть, стать.
Ты сюда, говорит мне, послухай,
Я был трезв, но немного поддат,
Не знакомы они с бытовухой,
Ну, а ты, нах.й, наш кандидат!
On a bu, comment déjà, avec mon pote,
Il a servi quelque chose comme 35,
Il dit que, d’après ce qu’on dit, président,
Je pourrais l’être à 100%, putain, le devenir.
Toi viens là, me dit il, écoute,
J’étais sobre, mais un petit coup quand même,
Ils y connaissent que dalle à la vie ordinaire,
Alors que toi, t’es notre putain de candidat!
В изложении кратком моя —
Программуля предвыборная.
Un bref résumé c’est mon
Programme électoral.
Если кратко, если четко,
Только взятка — только уловка!
Две стальные наши скрепы,
Остальные все — нелепы.
Pour faire bref,  pour faire clair,
Juste le pot de vin, juste la ruse!
Nos attaches sont deux pièces d’acier,
Les autres sont ridicules.
Мы с кентом позвонили соседу,
Изложили программу вдвоем.
И решили — в Москву я поеду,
В кандидаты мандат подаем.
Заплачу алименты по детям,
И о выписке сделаю штамп.
Далеки от народа все эти —
Что Навальный, что Путин, что Трамп.
Avec le pote on a appelé la voisine,
Et on a exposé le programme ensemble.
Et on a décidé que j’allais partir à Moscou,
Présenter ma candidature.
Je paierai une pension alimentaire à mes enfants,
Et sur le bordereau je mettrai un tampon.
Ils sont loin du peuple tous  –
Ces Navalny, ces Poutine, ces Trump.
Посидели, еще попизд.ли,
Ну, а х.ле, теперя я в деле!
On est resté un peu assis, à discuter,
Eh ben, quoi, maintenant je suis dans les affaires!
Если кратко, если четко,
Только взятка — только уловка!
Две стальные наши скрепы,
Остальные все — нелепы.
Pour faire bref,  pour faire clair,
Juste le pot de vin, juste la ruse!
Voilà nos deux attaches d’acier ,
Les autres sont ridicules.
Взятка — водка, взятка — водка… Pot-de-vin – vodka, pot-de-vin – vodka …

2 comments

  1. Je sais pas d’où elle sort, Melle Sobchak, mais son discours m’a l’air un peu trop pro pour une petite nana toute seule dans son appart. Plutôt une rhétorique de publicitaire bien rodée.
    Ces vieilles crevures de Jirinovski et Ziouganov, c’est sûr que ça fait un moment qu’elles s’accrochent, on aurait du mal à la contredire là-dessus. Mais elle rajoute Yavlinsky à la liste, alors qu’autant que je sache il est hors course depuis quelques années, non ?
    En tous cas, pas un mot sur les candidats moins connus…
    Ça ressemble plutôt à une petite intox pour drainer le vote des opposants dans une poubelle inoffensive pendant que les Vatniki iront fidèlement réélire leur idole.

    Quant à Leningrad, c’est de pire en pire. Déjà les Loubotin c’était consternant, mais là on touche le degré zéro de la vulgarité et de la démago…

    Je préfèrerais plutôt un article sur Piknik, par exemple : des types intelligents qui font du rock meilleur que tout ce que la France a produit depuis les années 2000, pendant que des clowns grotesques comme Léningrad occupent le devant de la scène.

  2. Le papa de Sobtchak était, dans les années 90, maire de St-Pétersbourg et patron de Poutine. Dans les années 2000, elle a fait carrière dans la télé-réalité avant d’essayer de s’improviser journaliste et meneuse de l’opposition, avec un succès plus que mitigé à chaque fois. Sinon, aujourd’hui, apparemment, elle aurait recours aux services de la même boîte de com que le fameux propagandiste V. Soloviov.

    https://twitter.com/Lndcalling/status/921112970842857477

    Le problème de Leningrad, c’est que malgré la nouvelle «formule» (abandonner le concept d’album et accompagner quasiment chaque titre par une vidéo très travaillée), ils raclent, dans la plupart des «nouveaux» titres les fonds des mèmes thèmes qu’il y a dix ou quinze ans. Et faire tourner les chanteuses ne fait pas oublier le manque total de renouvellement sur le plan musical. Ça ne les empêche pas de produire des titres vraiment réussis, çà et là, mais pas de quoi se jeter avec avidité sur chaque nouveauté.

    Piknik, j’ai un « work in progress » d’un vieux morceau (Je marche sur le fond – Я иду по дну, 1984) qui doit traîner dans un dossier, mais j’avoue que je n’ai jamais dépassé les années 90 dans leur discographie (à part quand je suis tombé sur leur version de «Poliouchko-pole», qui doit dater des années 2010). Bref, j’aborderai probablement ce groupe un jour, mais j’ai du rattrapage à faire.

Laisser un commentaire