En Russie

Kvartal 95: on nous bat et nous volons

Il y a quelque temps pour l’anniversaire d’Alla Pougatchova nous avions écouté son nouveau tube: Ils nous battent et nous on plane au dessus. On avait vu que les paroles pouvaient avoir plusieurs sens et que selon les auditeurs cela n’avait vraiment rien à voir.
L’émission humoristique Ukrainienne Kvartal 95 a repris la chanson le 24 Mai 2014. Écoutons donc cette reprise.

Финальная песня « Нас бьют, мы летаем ». Вечерний Квартал
Майдан отшумел, а все домыслы лживы,
Мы ранены в сердце, но всё-таки живы,
Мы ходим по бровке с душой опалённой,
В стране на иголках живут миллионы….. миллионы….
Maidan a fini par se calmer et toutes les supposition étaient fausses,
Nous sommes blessés au cœur, mais encore en vie
Nous marchons sur le bord avec une âme brûlée,
Dans le pays, il y a des millions de gens vivent sur des piquants ….. des millions ….
Нас бьют – мы летаем,
Нас глушат – мы слышим,
Нам врут – мы смеёмся,
Нас душат – мы дышим.
Нас рвут – мы сшиваем,
Нас слепят – мы видим,
Себя за проколы, порой, ненавидим.
Ils nous battent et nous on s’envole,
Ils nous assourdissent et nous on entend
Ils nous mentent et nous on rit
Ils nous étouffent et nous on entend.
Ils nous déchirent et nous on coud,
Ils nous aveuglent et nous on voit
Pour les piqûres, parfois, on se déteste.
Пусть врут, что крепчаем от новых предательств,
От сепаратистов и от федерательств,
Обидно поддаться, страшнее продаться,
Но, если упали должны мы подняться… и драться…
Laissons les mentir que les nouvelles trahisons les renforcent
Des séparatiste et des fédéralistes ,
C’est une honte de céder , et de trahir bien pire ,
Mais si nous sommes tombés nous devons nous relever … et combattre …
Нас бьют – мы крепчаем,
Нас мочат в сортире,
Мы не отвечаем, с надеждой о мире,
Нас бьют – мы мужаем,
Смеёмся и плачем,
Как боль забываем свои неудачи.
Ils nous battent – ça nous endurcit,
On nous bute dans les chiottes,
On ne riposte pas, en espérant la paix  ,
Ils nous battent et on devient des hommes
On rit et on pleure
Comme une douleur on oublie ses échecs .
Опять возвратятся «покращення» годы,
А мы рисковали, что б вырвать свободу…. навеки свободу…
Расправили крылья и только вздохнули,
Но те с кем дружили, нас снова нагнули,
Хотят как в дзюдо, положить на лопатки,
Долой кимоно, у нас много брущатки.
Encore une fois on revient aux années  » d’amélioration  » ,
Et on a pris le risque d’arracher la liberté …. la liberté à jamais…
On a déployer nos ailes et juste respiré,
Mais ceux avec qui on était amis , nous on de nouveau fait plier
Ils veulent comme au judo , nous faire tomber sur les omoplates ,
A bas le kimono , nous avons beaucoup de pavés.
Нас бьют – мы летаем,
Свободою дышим,
Порою бесстрашно, порою бескрышно,
Нас бьют – мы встречаем, а как же иначе,
Кого-то прощаем, соседей – тем паче,
Ils nous battent- nous volons ,
On respire librement
Parfois, intrépidement , parfois irrationnellement,
Il nous battent et nous allons au devant, et comment faire autrement?
On dit adieu à quelqu’un , aux voisins à fortiori,
Нам флаги чужие – мы биты и палки,
Нам «Вести России» – мы ультрас-кричалки,
Нас гнут – мы пружиним,
Нас делят – мы множим,
И нам, кроме нас, здесь никто не поможет.
Нас бьют – мы летаем…..
On nous envoie des drapeaux étrangers – nous on a des battes et les bâtons,
On nous envoie « Les nouvelles de Russie  » – nous on a des slogan des ultras,
On nous fait plier et nous on se redresse comme un ressort,
On nous divise et nous on se multiplie,
Et à part nous, personne ne nous vient en aide.
On nous bat et nous on s’envole …..

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.