Le carême orthodoxe

Le grand carême correspond dans la religion chrétienne au jeûne qui permet de se préparer à la Pâques. Chez les russes la question est souvent prise très au sérieux et les menus de carême ne sont pas très joyeux. Mais l’économie de marché et la mode de l’orthodoxie dans la société aidant on s’est adapté et les magazines, les chaines de télé, les supermarchés, les restaurants proposent leur plats, recettes et menus de carême. Les offres spéciales carême fleurissent donc un peu partout. Au point que même les restaurant chinois ont à la première page de leur carte le menu spécial carême.  Bien sur cela est une bonne chose car cela facilite la vie des chrétiens mais provoque parfois un petit malaise par la surenchère du marketing et de la dimension commerciale de la chose, car le jeûne n’est pas qu’une affaire de règles diététiques à suivre c’est avant tout un voyage spirituel, un effort d’humilité et de préparation avant la Pâques.

L’anecdote suivante illustre bien ce risque de dérapage:

Une femme bouleversée vient voir le prêtre en lui disant « Mon père, ce n’est pas possible, vous savez je ne peux pas suivre le carême, pour moi ce n’est pas possible, je ne suis pas comme les autres… »  il lui répond calmement « ce n’est pas un problème vous n’avez qu’à ajouter du poisson aux repas. »  Mais cela ne semble pas l’apaiser « de toutes façon ça me changera rien, suivre ces règles, ce n’est vraiment pas pour moi! » Le prêtre lui explique alors: « vous savez les règles ne sont pas les plus importantes, on peut les modifier ce qui compte c’est le carême spirituel, c’est prier, c’est faire preuve d’humilité, c’est se remettre en question, c’est aimer vraiment Dieu, c’est se purifier, c’est venir en aide aux nécessiteux, aider les autres, payer de sa personne, et c’est prier toujours plus… »
Et la femme de faire « ah oui mais non! là, je crois qu’il vaut mieux que je m’en tienne aux règles diététiques et simplement choisir le menu de jeune au restaurant ».

Laisser un commentaire