En Russie

La cathedrale de Basile le bienheureux en Epis de ble

200 bénévoles italiens ont construit ce qui est visiblement une tradition locale dans la région des Marches, une cathédrale en épis de blé. Cette année il s’agissait de la cathédrale de Basile le bienheureux, et dans le cadre de la coopération avec la region de Lipetsk financée par l’Union Européenne le monument de blé a pu être exposé au Goum.
Basile le bienheureux
Basile le bienheureux

Le jardin miraculeux de juin

Le juin est venu avec sa senteur épicée des herbes de prés. La verdure est tellement fraiche que l’oeil se réjouit. Les trèfles étant les plantes mellifiques attirent des abeilles et des bourdons. Sans hâte ils s’y posent et les explorent soigneusement. Ayant fait leur travail, chargés de leurs poids précieux, très lentement d’après le bombardier gros stratégique ils volent d’une fleur à l’autre. La présence de l’homme à la pelle ne les troublent point. Le pie au côte blanc s’est atteri à côté, a jetté un coup d’oeil rapide autour de lui, tourné sa tête – la créature curieuse, – s’est envolé ailleurs…
Les soucis de datcha sont toujours agréables, s’il n’y a en pas trop. Il n’y a pas de meilleur moyen de se détendre après de longs journées de travail. En bêchant la terre, aux chants des rossignols, soudain, on commence à comprendre que cette simple occupation soit beaucoup plus naturelle et sage que ce que tu faisais à son travail dans la ville. Les muscles affaiblis de la vie urbaine retrouvent de nouvelles forces…
L’été promet d’être violemment chaud et celui est heureux dont le jardin est ombragé. Heureusement c’est cela. Deux noix de chaque côtés de la façade de la datcha ont répandues leurs couronnes en protegeant la véranda vitreé contre le soleil. Il y a une espace sombre au-dessous des branches. Et à l’après-midi quand toute la vie semble expirée et même le moindre coup de vent ne romp pas l’immobilité de l’air chauffé, seule cette place vous sauve des rayons cruels.
Les brins de raisin ont tressé étroitement la véranda, les petites grappes de baies ont déjà apparu, vers la fin du mois de septembre elles mûriront, mais le goût sera pas très bon. L’essentiel est que les lianes donnent de l’ombre…
Les fougères plantées dans le jardin à l’ombre des arbres éblouissent de leur verdure couleur verte foncée. Ces plantes mistérieuses attirent des gardeners par leur simplicité et en même temps par leur beauté. D’après la légende mentionnée dans l’un des oeuvres de N.Gogol, la fougère fleurit quelques instants à minuit à la veille de la fête d’Ivan Koupalа (fête qu’on célèbre en Ukraine). Celui qui aura arraché la fleur et aura eu le courage de résister contre les spectres apparaissant par-ci par-là, trouvera la fortune, cela veut dire, il saura l’endroit sous la terre où repose le trésor…
d0bfd0b0d0bfd0bed180d0bed182d0bdd0b8d0ba

Pelménis, le plat russe le plus aimé.

On attribue l’invention des pélmenis aux sages Chinois. Après la poudre et le compas, ça n’étonne aucunement. L’autre légende affirme que c’était les chasseurs aux zibelines entreprenant de longues traversées en Taïga qui ont découvert ce plat de goût excellent et facile à préparer à la fois. Son grand mérite à ce qu’on peut en manger sans dégoût trois fois par jour pendant une semaine. En plus, toute table de fête n’échappe pas à être servie de pélmenis. Il suffit de tirer 15-20 pièces congelées (pour une personne) du frigo, en jetter dans l’eau bouillante, ajouter une feuille de laurier, saler, poivrer tout à votre guise. Il n’y a rien à faire plus. La cuisson ne dure que 10-12 minutes. À l’écumoire, vous les transférez de la casserole à l’assiette. Il est interdit de les manger à l’aide de la fourchette, parce que le suc de viande que la pièce contient découlera par les trous et le bon goût disparaîtra.
Il n’y a pas de secrets à faire de la farce. En mésures environ égales on passe par l’hache-viande des morceaux coupés de viande de boeuf et celle de porc, y ajoute de la poivre et du sel, on mêle tout.
L’essentiel est de faire correctement de la pâte. J’insiste à ce que la recette conçue ci-dessous prétend être l’une des meilleures.
Donc, versons 400-450 grammes d’eau bouillie tiède dans le bocal transparent, y mettons 5 oeufs frais, mêlons soigneusement jusqu’à la formation du liquide couleur jaune pâle, salons beaucoup.
Par le tamis criblons 1,5 kg. de farine. De petites boulettes de farine retiennent et n’empêcheront pas maintenant à notre pâte d’être homogène. Versons à plusieurs reprises le contenu du bocal dans de la farine, en cas de nécessité vous pouvez ajouter encore un peu de farine si vers la fin au lieu d’être molle et sèche la pâte se montrerait trop liquide.
Par les mouvements circulaires pressez la pâte 15 minutes. Couvrez- la d’un torchon humide, mettez –la dans le frigo pour 45 minutes.
Par les mêmes mouvements circulaires continuez à presser la pâte dont la forme ressemble maintenant à la boule. N’oubliez pas d’y ajouter peu à peu de la farine pour que la pâte se fasse élastique.
La plus importante partie du travail est terminée. La pâte est prête.
Mettons de la farce deux fois passée par l’hache-viande dans la terrine, (le reste de la farce plaçons dans le frigo), y ajoutons un peu d’eau pour qu’elle devienne prèsque liquide. Prenez garde d’avoir ajouté trop d’ eau.
Vos actions suivantes seront fort facilitées si vous avez la machine à pâte, sinon il vous faut vous contenter de la frase.
Passez un morceau de pâte entre les deux rouleaux de la machine, tournez le manche jusqu’a ce que la bande de pâte plate apparaisse. Étendez-la sur la planche à cuisine. Servez-vous, ensuite, du verre à patte large aux bords minces. Mettez le verre à patte sur la bande de pâte, et par les mêmes mouvements circulaires et pressants, séparez des flans de dimensions égales, les bords aigus passent fort bien à travers la pâte.
Le reste est bien simple. Mettons une petite boule de farce au centre des flans. Rejoignons les marges fermement, après quoi rejoignons les deux extrémités des pelménis.
Avant de les faire cuire, refroidissez en dans le congélateur pour qu’ils se fassent durs. Le goût s’améliore.
Les Français apprécieront sans doute toute la finesse du goût excellent des pelménis russes.
Maintenant la saison de pelménis n’est pas ouverte. C’est plus près de l’hiver que les Russes en préparent.
d0b5d0bbd18cd0bcd0b5d0bdd0b8

La pêche urbaine.

Si vous êtes fatigué de soucis journaliers et le soir vous voulez vous détendre mais l’atmosphère étouffée des cafés d’été avec d’éternels hors d’oeuvres, des demis, et des cigarettes vous a ennuyé, alors prenez les lignes, descendez dans le quai et passez une grande heure à contempler la flotte. Ici, au moins, votre femme ne vous posera pas la question du type : «Où est l’argent?», qui pendant la crise résonne «outrageusement».
Depuis longtemps la pêche passe pour une occupation assez sûre, hors de toute politique et par conséquant aimée de plusieurs Russes.
Le temps où des esturgeons et des sterlets habitaient le fleuve en abondance et étaient accessibles par leurs prix à toutes couches de population s’est écoulé. Voilà pourquoi il ne faut pas compter sur la grande pêche. C’est le procès lui-même qui nous séduit. Le reste est le même qu’en temps d’autrefois : la ligne, la bobine, le fil, l’hameçon, le plomb d’hameçon, la flotte, les lombrics.
Pour que vous vous installiez confortablement au bord du fleuve, prenez la chaise pliante. On ne peut pas choisir longtemps la place, car tout le quai fort ensoleillé et ne garde aucun endroit ombragé. En même temps le fond de la rivière le long du quai est plat. Il n’y a ni fosses, ni remous, ce qu’aurait pu accumuler du poisson dans les places mentionnées. Essayez, quand même, d’occuper votre place hors de la portée de la musique éclatante sortant du café. Elle n’éffarouche aucunement du poisson, c’est à vous qu’elle paraîtra  importune.
Ensuite, appâtez votre hameçon et lancez vos engins en avant, contemplez fixement la flotte qui se balance doucement sur la surface de l’eau. Quelquefois un coup de vent subit fait des rides, ce qui gêne d’apercevoir le moment où le poisson mord à l’hameçon…
Peu à peu les pensées confondues de la journée passée s’arrangent. La tension vous abandonne.
Le mouvement de la flotte à peine visible, c’est à cet instant qu’on tire la ligne en arrière. Ce geste-ci ne doit pas être brusque, sinon vous déchirez les lèvres d’un poisson et lui, il s’évade.
Le bout de la ligne se replie, il vous semble que vous avez attrapé au moins la brème de dimension moyenne, la résistance est tellement fort que vos mains tremblent et l’imagination s’excite. Il s’est trouvé que c’était la grémille de 150 grammes que vous tiriez si obstinément.
Les passants vous admirent et et vous bénissent pour de nouveaux exploits.
img_0686

La memoire en couleur

color

L’évènement télévisuel de la semaine dernière a été sans aucun doute la diffusion de la serie culte les 17 moments du printemps tirée du roman de Julian Semenov… en couleurs!

Tres curieusement la question qui fait débat n’est pas sur l’histoire qui fait partie de la culture populaire depuis longtemps mais sur l’utilité de coloriser cette série culte. Aux etats unis la question ne se pose même pas. Une série en noir et blanc ne vaut rien commercialement car la majorité des spectateurs changent de chaines ne voulant pas gâcher leur poste couleur avec des séries noir et blanc. Mais il s’agit ici plus d’un propos moral que commercial. Quelle est l’utilité réactualiser un monument de la propagande Soviétique? La fonction morale de l’œuvre est elle la même qu’a l’époque de son tournage? Est ce bien de donner du travail aux coloristes plutôt qu’aux auteurs et au acteurs d’aujourd’hui?

La question ne s’arrête pas a savoir si c’est utile ou inutile il s’agit aussi de savoir quelle couleur choisir. Et sur quoi baser son choix car après tout la mémoire  se trompe elle réinterprète les souvenirs. Certains choix de couleurs sont discutables et ont donne lieu a plusieurs recolorisations.

«La machine rouge» a surmonté les Américains.

L’équipe russe de hockey qui abattait avec facilité tous ses adversaires au cours des jeux anticipés du championnat du monde en Suisse a «arraché» péniblement la victoire aux Américains. C’est à l’avant-dernière minute de la troisième période que le forward russe a envoyé la rondelle victorieuse au but du gardien américain. Ce n’était pas le match spectaculaire. La lutte nerveuse et sans actions qu’ auraient pu provoquer l’enchantement des spectateurs durait tout le temps. Rappelons que le niveau professionel actuel de l’équipe américaine est beaucoup plus bas que celui de l’équipe russe. Cependant les Américains ont su imposer le jeu «visqueux» et ils dominaient pendant à peu près deux périodes. Vers la troisième période la tension s’est augmentée, deux ou trois fois le poteau a sauvé les buts de la prise, le même jeu «gluant» qui privait les Russes des leurs atouts :la rapidité et la combinaison.
Le duel russe-américain procurait toujours des surprises aux Russes. Depuis le commencement des jeux entre ces deux équipes, on peut nommer quelques matchs importants où les Russes avaient eu le dessous.
De fait, les Américains sont les adversaires plus incommodes que les Canadiens. Il est difficile de jouer avec les Canadiens, mais on sait à quoi s’attendre. Les Américains sont toujours imprévisibles.

Les filles allument.

Voilà ce qui se passe quand  deux bécasses âgées environ de 40 ans, propriétaires d’une datcha, se trouvent en plein air et sans surveillance. Personne ne sait maintenant où elles ont procuré les allumettes. Après avoir mis en tas le feuillage de l’an passé et sans se donnant de la peine de s’approvisionner de l’eau, elles l’ont incendié, hein. Le feu saisi par le vent s’est répandu rapidement sur la pente voisine et a brûlé toute l’herbe sèche et l’écorce des chênes.
En été ces arbres donnaient l’ombre salutaire aux passants et anoblissaient le paysage. Maintenant on ne sait pas s’ils survivront.
Ce n’est pas une grande chose mais la flamme a démoli aussi une datcha à la crête de la colline.
Les femmes s’agitaient vainement tenant aux mains les seaux vides car en ce moment-là on ne pompait pas de l’eau pour arroser le potager. Enfin quelqu’un de leurs voisins s’est avisé de rappeler les pompiers. Après le coup de téléphone l’équipe de pompiers est arrivé et dans une demi-heure l’incendie a été éteint.
Cependant, les femmes se sont remises fort rapidement d’une peur légère. Comme si de rien n’était, dimanche suivant, elles péroraient sur le sujet du plantage des jacinthes. L’une d’elles Antonina a remarqué qu’il serait utile d’ajouter du fumier sous les fraises du jardin.
En effet à quoi servait cette fôret? À cause d’elle on ne voyait pas le stationnement de la voiture près de la haie. En plus, il arrive que des jours froids, surtout en automne, viennent, alors il faut chauffer le pôele. Bref, si le feu n’avait pas dévoré cet îlot de verdure, on en aurait fait le bois à brûler. Il ne reste que à asphalter la pente car en automne les pieds s’enfoncent dans la terre trempée.

Dans le sens figuré le verbe «allumer» signifie l’action de s’amuser.d0bfd0b5d0bfd0b5d0bb3