En Russie

La véritable chasse russe

N’avez vous jamais rêvé de participer a une véritable chasse en Russie? De monter à cheval dans de luxueux habits? De parler un français très châtié en buvant un thé à la lisière de la foret? Et bien la chasse en Russie ne correspond pas tout à fait à ce rêve.

Pour vous en convaincre regardez donc ce documentaire : Особенности национальной охоты
chasse

En avant la Russie!

medvedev*

Dimitri Medvediev vient de publier un article très intéressant sur sa vision de la Russie.

Il n’est pas tendre avec les handicaps actuels du pays: une économie de rente de matières premières, la sempiternelle corruption, attitude d’irresponsabilité ou l’on attend tout de l’état, la politique étrangère basée sur la force brute, les soins médicaux insuffisants, l’alcool et le tabac surconsommés, la population qui diminue, les pollutions massives de l’environnement, le terrorisme, la crise économique, le manque de créativité, la productivité dérisoire des entreprises, l’efficacité énergétique lamentable et innombrables gaspillages de ressources, la fragilité des institutions, la faiblesse de la nouvelle société civile  …

Les maux qui frappent la société russe sont donc nombreux et chacun d’entre eux doit être combattu mais il y a cinq directions dans lesquelles le president souhaite avant tout avancer:

1. La chasse au gaspillage: devenir un pays leader en terme d’efficacité.
2. Développer de nouvelles technologies nucléaires.
3. Développer de nouvelles technologies de l’information et de la communication.
4. Développer les infrastructures.
5. Développer du matériel médical de pointe.

Le but ultime étant d’améliorer la qualité de vie en Russie. Souhaitons lui le plus grand succès dans cette entreprise.

La ruée vers l’eldorado

Un magasin d’électronique grand public de la chaîne Eldorado a eut la bonne idée la semaine dernière de proposer des ordinateurs portables (on dit des Notebooks) de la marque Acer en promotion a seulement 9999 roubles. Compte tenu de la crise et dans un souci marketing la quantité d’ordinateurs bénéficiant de la promotion a été limitée a 250. Le nombre de personne voulant en obtenir un a ce prix été bien entendu très supérieur et tout le monde n’a pas pu entrer dans le magasin. La foule dans le magasin s’est comportée d’une façon sauvage pour obtenir les bons qui servaient à recevoir les ordinateurs puis pour obtenir ces ordinateurs.
Les gens les plus raisonnables peuvent devenir fou au milieu d’une foule frénétique. Organiser la pénurie peut certes attirer les foules mais il faut prendre les mesures de sécurité qui s’imposent pour éviter les blessés.

Moscou ne croit pas aux larmes du ciel

fete de Moscou
Le week end dernier se tenait à Moscou la fête de la ville. Le samedi fut une belle journée, le dimanche une journée pluvieuse mais presque sans pluie. Deux fois par an des avions protègent la ville contre la pluie. Lors du jour de la victoire et lors de la fête de la ville.

Le maire de Moscou envisage maintenant de généraliser l’usage des avions cargo qui percent les nuages avec de la poudre déclenchant les averses afin d’éviter que pluie et neige ne tombent sur la ville. Il faut dire qu’en hiver plus de 50 000 personnes grattent les rues avec des pelles rudimentaires pour déneiger les rues. Plutôt que de moderniser cet équipement très rudimentaire il est donc prévu de provoquer les chutes de neige en dehors de la ville.

Bien entendu la mesure est controversée pour des question environnementale et parce que les voisins de la ville n’ont pas non plus envie de subir ce nouveau type de pollution venu du ciel.

«L’Alliance française» ouvre ses portes.

Le centre régional de «l’Alliance française» invite ceux qui veulent apprendre le français du premier degré au niveau avancé. Les professeurs, y compris, issus des pays francophones enseignent la langue aux écouteurs à la base de nouvelles technologies. Par préférence, ce sont des écoliers de l’école à l’étude profonde de français qui visitent volontiers les cours. Pour le moment l’essor d’intérêt à étudier le français est remarquable. Non seulement des enfants, adolescents, mais des gens déjà âgés tendent à maîtriser la langue. Aux rayons des librairies commencent à apparaître la grande quantité de livres en français des auteurs classiques et modernes. Le choix devient considérable. Je pense que le français reconquiert en Russie ses positions de langue № 1 qui existaient au XIX siècle lorsque tous les nobles russes parlaient bien français. Par sa beauté le français entrouvre les portes à la civilisation ancienne à la culture distinguée.

Mes excuses aux lecteurs de ne pas avoir présenté l’image

Le jardin miraculeux de juin

Le juin est venu avec sa senteur épicée des herbes de prés. La verdure est tellement fraiche que l’oeil se réjouit. Les trèfles étant les plantes mellifiques attirent des abeilles et des bourdons. Sans hâte ils s’y posent et les explorent soigneusement. Ayant fait leur travail, chargés de leurs poids précieux, très lentement d’après le bombardier gros stratégique ils volent d’une fleur à l’autre. La présence de l’homme à la pelle ne les troublent point. Le pie au côte blanc s’est atteri à côté, a jetté un coup d’oeil rapide autour de lui, tourné sa tête – la créature curieuse, – s’est envolé ailleurs…
Les soucis de datcha sont toujours agréables, s’il n’y a en pas trop. Il n’y a pas de meilleur moyen de se détendre après de longs journées de travail. En bêchant la terre, aux chants des rossignols, soudain, on commence à comprendre que cette simple occupation soit beaucoup plus naturelle et sage que ce que tu faisais à son travail dans la ville. Les muscles affaiblis de la vie urbaine retrouvent de nouvelles forces…
L’été promet d’être violemment chaud et celui est heureux dont le jardin est ombragé. Heureusement c’est cela. Deux noix de chaque côtés de la façade de la datcha ont répandues leurs couronnes en protegeant la véranda vitreé contre le soleil. Il y a une espace sombre au-dessous des branches. Et à l’après-midi quand toute la vie semble expirée et même le moindre coup de vent ne romp pas l’immobilité de l’air chauffé, seule cette place vous sauve des rayons cruels.
Les brins de raisin ont tressé étroitement la véranda, les petites grappes de baies ont déjà apparu, vers la fin du mois de septembre elles mûriront, mais le goût sera pas très bon. L’essentiel est que les lianes donnent de l’ombre…
Les fougères plantées dans le jardin à l’ombre des arbres éblouissent de leur verdure couleur verte foncée. Ces plantes mistérieuses attirent des gardeners par leur simplicité et en même temps par leur beauté. D’après la légende mentionnée dans l’un des oeuvres de N.Gogol, la fougère fleurit quelques instants à minuit à la veille de la fête d’Ivan Koupalа (fête qu’on célèbre en Ukraine). Celui qui aura arraché la fleur et aura eu le courage de résister contre les spectres apparaissant par-ci par-là, trouvera la fortune, cela veut dire, il saura l’endroit sous la terre où repose le trésor…
d0bfd0b0d0bfd0bed180d0bed182d0bdd0b8d0ba

Pelménis, le plat russe le plus aimé.

On attribue l’invention des pélmenis aux sages Chinois. Après la poudre et le compas, ça n’étonne aucunement. L’autre légende affirme que c’était les chasseurs aux zibelines entreprenant de longues traversées en Taïga qui ont découvert ce plat de goût excellent et facile à préparer à la fois. Son grand mérite à ce qu’on peut en manger sans dégoût trois fois par jour pendant une semaine. En plus, toute table de fête n’échappe pas à être servie de pélmenis. Il suffit de tirer 15-20 pièces congelées (pour une personne) du frigo, en jetter dans l’eau bouillante, ajouter une feuille de laurier, saler, poivrer tout à votre guise. Il n’y a rien à faire plus. La cuisson ne dure que 10-12 minutes. À l’écumoire, vous les transférez de la casserole à l’assiette. Il est interdit de les manger à l’aide de la fourchette, parce que le suc de viande que la pièce contient découlera par les trous et le bon goût disparaîtra.
Il n’y a pas de secrets à faire de la farce. En mésures environ égales on passe par l’hache-viande des morceaux coupés de viande de boeuf et celle de porc, y ajoute de la poivre et du sel, on mêle tout.
L’essentiel est de faire correctement de la pâte. J’insiste à ce que la recette conçue ci-dessous prétend être l’une des meilleures.
Donc, versons 400-450 grammes d’eau bouillie tiède dans le bocal transparent, y mettons 5 oeufs frais, mêlons soigneusement jusqu’à la formation du liquide couleur jaune pâle, salons beaucoup.
Par le tamis criblons 1,5 kg. de farine. De petites boulettes de farine retiennent et n’empêcheront pas maintenant à notre pâte d’être homogène. Versons à plusieurs reprises le contenu du bocal dans de la farine, en cas de nécessité vous pouvez ajouter encore un peu de farine si vers la fin au lieu d’être molle et sèche la pâte se montrerait trop liquide.
Par les mouvements circulaires pressez la pâte 15 minutes. Couvrez- la d’un torchon humide, mettez –la dans le frigo pour 45 minutes.
Par les mêmes mouvements circulaires continuez à presser la pâte dont la forme ressemble maintenant à la boule. N’oubliez pas d’y ajouter peu à peu de la farine pour que la pâte se fasse élastique.
La plus importante partie du travail est terminée. La pâte est prête.
Mettons de la farce deux fois passée par l’hache-viande dans la terrine, (le reste de la farce plaçons dans le frigo), y ajoutons un peu d’eau pour qu’elle devienne prèsque liquide. Prenez garde d’avoir ajouté trop d’ eau.
Vos actions suivantes seront fort facilitées si vous avez la machine à pâte, sinon il vous faut vous contenter de la frase.
Passez un morceau de pâte entre les deux rouleaux de la machine, tournez le manche jusqu’a ce que la bande de pâte plate apparaisse. Étendez-la sur la planche à cuisine. Servez-vous, ensuite, du verre à patte large aux bords minces. Mettez le verre à patte sur la bande de pâte, et par les mêmes mouvements circulaires et pressants, séparez des flans de dimensions égales, les bords aigus passent fort bien à travers la pâte.
Le reste est bien simple. Mettons une petite boule de farce au centre des flans. Rejoignons les marges fermement, après quoi rejoignons les deux extrémités des pelménis.
Avant de les faire cuire, refroidissez en dans le congélateur pour qu’ils se fassent durs. Le goût s’améliore.
Les Français apprécieront sans doute toute la finesse du goût excellent des pelménis russes.
Maintenant la saison de pelménis n’est pas ouverte. C’est plus près de l’hiver que les Russes en préparent.
d0b5d0bbd18cd0bcd0b5d0bdd0b8

La pêche urbaine.

Si vous êtes fatigué de soucis journaliers et le soir vous voulez vous détendre mais l’atmosphère étouffée des cafés d’été avec d’éternels hors d’oeuvres, des demis, et des cigarettes vous a ennuyé, alors prenez les lignes, descendez dans le quai et passez une grande heure à contempler la flotte. Ici, au moins, votre femme ne vous posera pas la question du type : «Où est l’argent?», qui pendant la crise résonne «outrageusement».
Depuis longtemps la pêche passe pour une occupation assez sûre, hors de toute politique et par conséquant aimée de plusieurs Russes.
Le temps où des esturgeons et des sterlets habitaient le fleuve en abondance et étaient accessibles par leurs prix à toutes couches de population s’est écoulé. Voilà pourquoi il ne faut pas compter sur la grande pêche. C’est le procès lui-même qui nous séduit. Le reste est le même qu’en temps d’autrefois : la ligne, la bobine, le fil, l’hameçon, le plomb d’hameçon, la flotte, les lombrics.
Pour que vous vous installiez confortablement au bord du fleuve, prenez la chaise pliante. On ne peut pas choisir longtemps la place, car tout le quai fort ensoleillé et ne garde aucun endroit ombragé. En même temps le fond de la rivière le long du quai est plat. Il n’y a ni fosses, ni remous, ce qu’aurait pu accumuler du poisson dans les places mentionnées. Essayez, quand même, d’occuper votre place hors de la portée de la musique éclatante sortant du café. Elle n’éffarouche aucunement du poisson, c’est à vous qu’elle paraîtra  importune.
Ensuite, appâtez votre hameçon et lancez vos engins en avant, contemplez fixement la flotte qui se balance doucement sur la surface de l’eau. Quelquefois un coup de vent subit fait des rides, ce qui gêne d’apercevoir le moment où le poisson mord à l’hameçon…
Peu à peu les pensées confondues de la journée passée s’arrangent. La tension vous abandonne.
Le mouvement de la flotte à peine visible, c’est à cet instant qu’on tire la ligne en arrière. Ce geste-ci ne doit pas être brusque, sinon vous déchirez les lèvres d’un poisson et lui, il s’évade.
Le bout de la ligne se replie, il vous semble que vous avez attrapé au moins la brème de dimension moyenne, la résistance est tellement fort que vos mains tremblent et l’imagination s’excite. Il s’est trouvé que c’était la grémille de 150 grammes que vous tiriez si obstinément.
Les passants vous admirent et et vous bénissent pour de nouveaux exploits.
img_0686