En Russie

Un journaliste si humain

babouchka
23432
Le journalisme est l’une des professions les plus détestées aujourd’hui, cela n’est pas étonnant bon nombre d’entre eux ne sont plus a l’écoute du monde dans lequel ils vivent, sont pleins de préjugés, mentent, déforment les propos qu’ils rapportent, ne comprennent rien dès qu’il s’agit d’une discussion un peu technique, n’ont pas de temps pour essayer d’expliquer quelque chose de complexe et préfèrent des schémas simplistes… Bref on les déteste plus que les avocats, les hommes politiques, les inspecteurs des impôts et les opérateurs des hotlines de fournisseurs d’accès a internet.

Et pourtant il y en a certains que l’on ne peut qu’admirer tellement ils sont humains. C’est le cas de Youri Rost qui est a l’honneur en ce moment. Le prix Alexandre Blok a ete décerné au journaliste Youri Rost, le 26 janvier à Moscou. Ce prix récompense une oeuvre documentaire consacrée à l’histoire et la culture russe.

Cette année, c’est l’album de Youri Rost Portrait de groupe sur fond de siècle qui a été distingué. Cet ouvrage renferme plus de 250 photographies réalisées tout au long de quarante années de travail.
Youri Rost est né le 2 février 1939, à Kiev. Après des études d’éducation physique, il entre à la faculté de journalisme de l’Université de Leningrad. Il travaille, à l’heure actuelle comme observateur du journal Novaïa Gazeta.

Ses textes et ses photographies sont actuellement exposes a la salle du Manege jusqu’au 22 fevrier. On peut aussi retrouver ses articles dans
Novaya Gazeta.

Sasha+Macha: un gars une fille version russe

La série Québécoise reprise en France par Jean Dujardin et Alexandra Lamy a également été adapte en Russie. Le concept est le même: raconter les amours et déboires d’un couple où tout peut arriver, sur un rythme rapide et burlesque. Bien que les différences culturelles existent le concept s’est très bien exporte de par le monde.

Dechets en folie

dechet

Contrairement a une idee recue (au Figaro) la Russie ne pratique pas tellement les emballages consignes et le recyclage des dechets. C’est meme exactement le contraire, non que la population soit foncièrement contre le tri sélectif, mais simplement la collecte consiste a mettre tout dans une benne et a mener les déchets un peu plus loin, dans des décharges sauvages.

Le Monde vient de publier un article intitulle le syndrome Napolitain version Russe.

D’ici 2014 six usines d’incinérations devraient être construites mais en attendant les montagnes de déchets continuent a s’élever dans le ciel de la périphérie de Moscou.

Au mois de Mai prochain se tiendra le salon WasteTech sur les technologies de traitement des déchets. Les solutions pour un développement durable sont disponibles, reste a les mettre en œuvre.

Le Madoff russe: Mavrodi

On appelle cela un Ponzi’s Scheme, c’est un investissement pyramidal, les premiers investisseurs sont payes avec l’argent des derniers entrants.

Sergei Mavrodi monta dans les années 90 une société d’investissement qui devint une gigantesque pyramide des 94 et eclata en 95. Des millions de Russe perdirent leur investissement. Entre temps il avait fallut convaincre des millions d’épargnants de donner leur argent, la publicité a permis cet exploit. En revoyant les spots de l’epoque on sent bien que leur cœur de cible était le ménage de base qui voulait rêver d’une vie meilleure avec un loto ou l’on gagne a tous les coups.

Aujourd’hui le personnage est tres celebre.

Pour aller plus loin Wikipedia, Time magazine.

Tourisme médical

tourisme

Le tourisme médical c’est pour les occidentaux d’aller se faire opérer dans des pays ou les actes médicaux non remboursés par la sécurité sociale sont moins cher.

Mais l’inverse existe également: une entreprise Ukrainienne propose ainsi aux Russes d’accéder aux soins en France, la France aurait le meilleur système de santé au monde. Ce qui est certain c’est que la globalisation fait que les cliniques doivent de plus en plus vendre leurs services a l’international.

Avoir son style, ou pas

La comédie musicale du moment c’est Stilyagi, cette bande annonce résume très bien le film. Une histoire d’amour, de liberté, de musique, de sexe, de style dans une union sovietique ultra moralisatrice et fermée.
C’est en 1955 a l’époque ou l’opéra de George Gershwin, Porgy and Bess, est monté a Saint Petersbourg et Moscou, avec des acteurs noirs et de la musique venue d’ailleurs. Truman Capote a très bien raconte cet épisode dans les muses parlent. Dans cette société très conservatrice donc, des jeunes pourtant rêvent de liberté, de musique et de style différent. Ils aiment le jazz, les vêtements colores, mais ils ne recopient pas la culture américaine parce ils connaissent en réalité très peu de l’Amérique si ce n’est la musique qui traverse les frontières grâce a la radio (quoique la radio américaine à Moscou je ne suis pas sûr que ce soit réel). Ils s’inventent leur Amérique, leur style, leur vie, ils sont différents dans une société qui ne tolérait pas la différence.

41t0620876l_sl160_