En Russie

Tourisme médical

tourisme

Le tourisme médical c’est pour les occidentaux d’aller se faire opérer dans des pays ou les actes médicaux non remboursés par la sécurité sociale sont moins cher.

Mais l’inverse existe également: une entreprise Ukrainienne propose ainsi aux Russes d’accéder aux soins en France, la France aurait le meilleur système de santé au monde. Ce qui est certain c’est que la globalisation fait que les cliniques doivent de plus en plus vendre leurs services a l’international.

Avoir son style, ou pas

La comédie musicale du moment c’est Stilyagi, cette bande annonce résume très bien le film. Une histoire d’amour, de liberté, de musique, de sexe, de style dans une union sovietique ultra moralisatrice et fermée.
C’est en 1955 a l’époque ou l’opéra de George Gershwin, Porgy and Bess, est monté a Saint Petersbourg et Moscou, avec des acteurs noirs et de la musique venue d’ailleurs. Truman Capote a très bien raconte cet épisode dans les muses parlent. Dans cette société très conservatrice donc, des jeunes pourtant rêvent de liberté, de musique et de style différent. Ils aiment le jazz, les vêtements colores, mais ils ne recopient pas la culture américaine parce ils connaissent en réalité très peu de l’Amérique si ce n’est la musique qui traverse les frontières grâce a la radio (quoique la radio américaine à Moscou je ne suis pas sûr que ce soit réel). Ils s’inventent leur Amérique, leur style, leur vie, ils sont différents dans une société qui ne tolérait pas la différence.

41t0620876l_sl160_

Le village de Cottedges ou la vraie vie moderne

village

L’habitat russe traditionnel comprend plusieurs types d’habitations la maison de village, l’appartement en ville (kvartira ) et la residence secondaire a la campagne (la datcha). Mais depuis quelques annees se developpent des types d’habitation rurbain que l’on nomme Bungalo ou Kottedge et qui sont des maisons individuelles. On a vu que la maison individuelle représente aujourd’hui le bonheur pour une majorité de russes.

Ces habitations sont soit isolées soit groupes en villages d’elite (Pasiolok). Ce ne sont pas véritablement des villages au sens traditionnel mais plutôt des lotissements thématiques gardées ou comme les appellent les anglosaxons des gated communauties. Pourquoi habiter dans ces grands machins trop chers et au gout souvent douteux qui sont au diable vauvert?

Voila une liste de bonnes raisons a vous ravir, superbement illustrees sur ce site de promoteur en Flash.

Mon premier reseau c’est ma famille

moirodnye_screen1Le HelloTipi russe s’appelle Мои родные, mes proches. Il est n’a que quelques semaines a son actif et donc n’a pas une base d’utilisateurs très étendue, n’a pas des fonctionnalités aussi diverses que Hellotipi par exemple, mais le site est très prometteur car il repose sur un concept solide (le réseau familial), l’interface est agréable et facile d’utilisation pour tous.

Au menu arbre genealogique, info personnelles, calendrier, mariages, anniversaires, dates souvenir, et bientot albums photos et blogs…

Comment repondre aux Russophobes?

Le blog Amitie FrancoRusse traduit un article du Guardian qui merite le detour. Il s’agit d’une reponse du porte parole du premier Ministre Russe a un article betement negatif sur la situation actuelle en Russie. Luke Harding expliquait dans son article Back to the USSR que l’URSS n’existait plus d’un point de vue formel mais en realite politique et la vie quotidienne aujourd’hui en Russie sont des repliques de l’ancienne URSS.

Une telle these est totalement ridicule, c’est ignorer ce que fut la vie en URSS ou ignorer ce que vit la Russie aujourd’hui et pourtant The Guardian l’a publie et d’autres journaux europeens publient ce genre d’articles sans meme avoir conscience de leur erreur. Le livre de Laure Mandeville, La reconquete russe, en ce moment sur les rayons des librairies en est un bel exemple. On peut d’ailleurs lire des commentaires des lecteurs sur le blog du Figaro. Un blog dont certains lecteurs avouent ne plus lire que les commentaires (plus varies et parfois plus riches que les articles).

Terminons donc avec les mots de Dmitry Peskov:

il y a encore beaucoup de problèmes à surmonter en Russie. Mais ce serait mieux de penser à rapporter ce qui est en train de changer dans notre pays et d’en finir avec les vieux stéréotypes et les caricatures.