En Russie

La langue Russe en perte de vitesse

2007 est l’année de la langue Russe dans le monde. Je ne sais pas trop comment cela se traduit dans les faits (manifestations culturelles, effort pour enseigner plus le russe…) mais la volonté politique est de mieux valoriser la langue qui est en perte de vitesse au niveau mondial.

En effet pour l’instant la langue russe est la quatrième parlée dans le monde derrière le mandarin, l’anglais et le castillan. 130 millions de Russes la parlent et 114 millions de non russes. Mais dans les dix années à venir si la tendance se confirme on devrait plus parler le Français, l’Arabe et l’Indou que le russe. Les pays voisins de la Russie ou dans sa sphère d’influence voient une nette diminution de l’enseignement du russe au profit de l’anglais, de l’arabe ou du castillan ou d’autres langues semblant plus utiles pour les étudiants. D’un autre coté la population russe n’allant pas augmenter dans les années à venir. La langue russe va simplement perdre sa place mondiale.

251_gr8
La courbe parle d’elle même.

Pour aller plus loin on peut consulter cet article d’août dernier chez Polit.ru: combien de gens parlent russe et parleront russe? ou encore cet article du Moscow Times du mois d’octobre.

Lilya 4-ever

lilya

Le film d’aujourd’hui n’est pas très gai (c’est une litote de le dire). Lilya 4-ever est un drame sur une certaine partie de notre monde dans l’ex URSS qui est loin d’être très reluisante. C’est à voir impérativement avant le 8 mars mais ne désespérez pas pour autant, ce film est plein d’espoir. Il y a des gens qui se battent pour que vie soit meilleure.

Moscou ce n’est pas Amsterdam

Le président Poutine répondant à des questions de journalistes apporte son soutien au maire de Moscou dans son opposition à une manifestation d’homosexuels. Le maire de Moscou pour certains est très conservateur, pour d’autres il est réaliste. La Russie n’est pas prête à des démonstrations outrancières d’homosexuels et de minorités privilégiées alors que la majorité connaît des jours difficiles. Une gay pride à Moscou ne peut être perçue que comme une action satanique. Poutine est pour l’expression de toutes les libertés dit il, pour toutes les manifestations humaines.

Mais personne ne peut lui en vouloir, dans la situation actuelle de laisser manifester des homosexuels serait outrer l’église, les pauvres et les classes moyennes qui ne profitent pas assez de la croissance, faire le jeu de l’opposition d’extrême droite fasciste et surtout de ce qui préoccupe le plus le président Poutine aujourd’hui c’est la démographie, à son sens la Russie a plus besoin de bon pères de familles que de tantes qui font les folles à Moscou. Il y a peut être aussi la peur du terrorisme islamique. Toujours est il que les fiertés homosexuelles ne sont pas encore d’actualité en Russie, il y a d’autres priorités.

La révolution sexuelle reste encore à venir.

Blague du jour

Il s’agit bien sûr de Tcheburashka et de Crocodile Gena qui chantent en Japonnais maintenant. Avis a nippophiles donc.

Tcheburashka est l’objet de beaucoup de blagues un peu spéciales, je ne saurais comment dire. Assez puériles, naïves et un peu tristes et politiques. Cela semble d’être du niveau maternelle à priori mais en réalité le phénomène Tcheburashka dépasse de loin la simple animation pour les tout petits.

Par exemple va voir l’épicier et lui demande: « bonjour, est ce qu’il y a des oranges? » le vendeur répond « Non, on en a pas ».
Le lendemain rebelotte Tcheburaska débarque avec un grand sourire et demande « bonjour, est ce qu’il y a des oranges? » -« non on a rien de tel »
le surlendemain même chose « bonjour, est ce qu’il y a des oranges? » -« non on a pas d’orange, c’est non, y ‘en a pas ».
Tcheburashka se démonte pas, il revient le jour d’après tout content et demande « bonjour, est ce qu’il y a des oranges? » là vendeur qui a pourtant beaucoup de patience (dans le métier ça aide) explose il lui dit « Non on a pas d’oranges, on en a jamais eu et on en aura jamais, alors si tu reviens demain à me demander des oranges je vais te clouer les oreilles ».
Le lendemain matin Tcheburashka débarque et demande timidement
-« bonjour, est ce que vous avez… des clous?
-non on en vend pas
-et un marteau
-non plus »
et la tout content: « est ce qu’il y a des oranges? »

Il y a aussi la blague ou Tcheburashka va voir le Crocodile Gena et lui dit que Chapokliak leur a envoyé des oranges.
« je les ai compté il y en a dix, cela fait donc 8 pour chacun d’entre nous.
-non, ce n’est pas possible tu as du te tromper dans ton calcul, Tcheburashka
-je ne sais pas comment tu comptes mais mais moi j’ai déjà mangé mes 8 oranges

Hotel Moskva

L’hotel Moskva est un ensemble architectural qui est très bien situé, entre la Douma et le Kremlin juste au dessus d’un gigantesque centre commercial et surtout à coté du point zéro de la Russie, le point ou tout le monde jette une pièce de monnaie (sauf les vieilles qui se battent pour ramasser les pièces). Depuis 3 ans il est en travaux et on ne voit plus grand chose de cette horreur du soviétisme, le tout étant caché derrière des hauts panneaux publicitaires. Il devrait rouvrir si tout va bien cet été. Mine de rien les travaux avancent: il a déjà un toit.

Tout a été détruit sauf la façade pour le reconstruire à l’identique, à la différence près que l’aménagement intérieur est mieux pensé en fonction de critères modernes et en rajoutant des sous sols ce qui double la surface utilisable.

Ce magnifique et glorieux hôtel avait ouvert en décembre 1935. On peut y voir des photos d’avant sur son site internet. On peut aussi regarder sur un autre site ce à quoi les Moscovites ont réchappé: tous les projets architecturaux de Moscou abandonnés des années 30 aux années 50.

Comment éviter d’être racketté sur la place rouge

place rouge

Yuri Mamchur donne quelques conseils aux américains pour éviter d’avoir à graisser la patte à des fonctionnaires de police sur la place rouge quand ils ffont du tourisme. Les visas doivent être enregistrés dans les 3 jours suivant l’arrivée, en principe par l’hôtel ou la police locale, ces formalités un peu compliquées peuvent être l’occasion de piéger des étrangers. Les policiers on besoin de vivre et la vie est très chère à Moscou, c’est pourquoi ils font des fausses amendes qu’ils se partagent entre eux. Aussi plus ils sont nombreux plus l’amende est élevée.

Pour éviter d’avoirs à financer les fins de mois des policiers qui fréquentent les lieux touristiques il faut donc:

1.Connaître ses droits
La police ne peut pas vous enlever votre passeport. On peut très bien tourner les pages de son passeport soi même. Si vous violez la loi sur l’immigration elle ne peut vous détenir plus de trois heures si vous n’avez pas commis de crime.

2. Etre prévoyant:
C’est à dire s’enregistrer dans les 3 jours, par l’hôtel où l’on réside ou par une agence que l’on a sélectionnée à l’avance ou le bureau des visas et enregistrements

3. Avoir un téléphone Russe avec le numéro de son ambassade
Suffit d’acheter une carte sim chez MTS, Beeline ou Megafon.
Là j’ai quelques doutes sur l’efficacité mais un flic russe qui entend des voix étrangères au téléphone trouvera peut être cela suffisamment exotique pour vous laisser tranquille.

4. Demander la plaque d’identification des policiers.
Des faux policiers n’auront pas de vraies plaques, et des vrais policiers penseront à deux fois avant de montrer leurs plaques devant un touriste qui refuse de se laisser faire. Ils préféreront passer à un autre touriste plus conciliant ou un Russe qui enfreint la loi, catégories d’individus qui ne sont pas pas si difficiles à trouver.

5. Rester calme, très poli mais ferme
C’est pour le bien de la nation et de l’économie que l’on évite de se faire racketter. C’est une question de principe: si la Russie est incapable de faire respecter la loi sur la place rouge, où le sera elle?

Je  rajouterais un dernier point qui vaut dans la pluspart des pays pour cause d’impérialisme US: éviter d’avoir l’air d’un américain.