En Russie

Rabfak: Si seulement y avait pas

En cas de gestion désastreuse il arrive que l’on aboutisse à un désastre. Dans ces cas là il ne faut surtout pas s’inquiéter si l’on est le responsable de cette situation. Il suffit de trouver des boucs-émissaires. Grossomodo deux types de boucs-émissaires existent, d’une part les lampistes, les employés insignifiants qui servent de fusible pour protéger la direction fautive et d’autre part les ennemis comploteurs (les juifs, les américains, les homosexuels, les martiens…)

Dans ce cas là on entonne donc une petite chanson. « Ah si seulement il n’y avait pas… ».

Ah s’il n’y avait pas les américains, s’il n’y avait pas les pédés, s’il n’y avait pas les pédérastes de libéraux (les lébérastes par contraction des deux termes), s’il n’y avait pas les Boyards… Le dicton populaire est de dire que le Tsar est bon mais que les Boyards qui l’entourent sont mauvais.
Tanya et le ballon fait référence à une poésie pour les enfants que tous les russes connaissent. Tanya pleure parce qu’elle a perdu son ballon dans la rivière. (Et dans la version contemporaine pour adultes, elle peut mourir dans des inondations et couler avec son ballon).
13179462441281415885

 

Олег Кашин & Рабфак – Если Бы Не….
Мы – лучшие люди планеты земля.
Не корысти ради, а радости для
нам все бы платили взносы,
если б не америкосы

Мы б делали крепких здоровых детей
без разных заразных и грязных затей,
и метод ушел бы в массы,
если бы не пидарасы

если бы не, если бы не
звуки, что ветер доносит извне
если бы не,
если бы не…

Когда-то мы верою были сильны,
при виде бабла не пускали слюны.
И не было б всей этой гнили
если б нас не соблазнили

если бы не, если бы не
звуки, что ветер доносит извне
если бы не,
если бы не…

Не надо, Серёга, не надо, не плачь.
Давно утонули и Таня, и мяч.
Не клеил бы щас ты ласты
если бы не либерасты

И надо бы вытравить всех этих кобр,
но царь-государь наш уж больно уж добр.
Давно б не шипели твари,
если б не злые бояре…

Если бы не, если бы не
демон двурогий на черном коне.
Если бы не, если бы не
Жёлтые пятна на белой луне

Если бы не, если бы не
истину бы не утопили в вине
если бы если бы если бы не…

Nous sommes les meilleurs de la planète terre.
Non pour un gain personnel, mais pour la joie
Nous aurions tous payé les frais,
Si seulement il n’y avait pas les Amérlocs

 

Nous aurions fait des enfants forts et en bonne santé
Sans sans les sales et contagieuses histoires,
Et la méthode serait passée dans les masses,
Si seulement il n’y avait pas les pédérastes

Si seulement y avait pas, si seulement y avait pas
Le bruit des rafales de vent venant de l’extérieur,
si seulement y avait pas,
si seulement y avait pas…

Avant nous étions forts dans la foi,
A la vue du fric on ne dégoulinait pas de bave.
Et il n’y avait pas toute cette pourriture
Si nous n’étions pas tentés

Si seulement y avait pas, si seulement y avait pas
Le bruit des rafales de vent venant de l’extérieur,
si seulement y avait pas,
si seulement y avait pas…

Non, Serge, non, ne pleure pas.
Il a longtemps que sont noyés Tanya et la balle.
Si t’avais pas collé les palmes maintenant
Si seulement il n’y avait pas les « libérastes »

Et il faudrait éradiquer toutes ces cobras
Mais notre roi-empereur est déjà bon par trop bon.
Il a longtemps que les viles créatures ne siffleraient plus
Si seulement il n’y avait pas ces mauvais boyards …

Si seulement y avait pas, Si seulement y avait pas
De démon cornu sur un cheval noir.
Si seulement y avait pas, Si seulement y avait pas
De taches jaunes sur la lune blanche

Si seulement y avait pas, Si seulement y avait pas
Si on avait pas noyé la vérité dans le vin
Si seulement y avait pas, Si seulement y avait pas …

Laisser un commentaire