Rich et Zakhar Prilepine: Pora Valit!

prilepineL’expression « Пора валить » a plusieurs sens on l’a déjà vu dans une chanson de Vassily Oblomov: que la neige tombe ou qu’il est temps de partir. Ici le sens est différent Zakhar Prilepine est pour la guerre contre l’Ukraine et l’instauration d’un empire puissant et donc qu’il faut se débarrasser de ceux qui sont contre la puissance impériale, pas juste les expulser comme cela semble leur convenir mais les éliminer physiquement et si possible de façon violente.

Voici le couplet chanté par Prilepine:

РИЧ п.у. Захар Прилепин, Хаски « Пора валить » (РИЧ « Десятка » 2014)
Пора валить тех, кто говорит пора валить.
Вали молча и не загораживай вид.
Здесь воздух не воздух – он как чистый спирт:
Пригубил – и родился, перебрал – и убит.
Il est temps de buter ceux qui disent qu’il est temps de se casser.
Casse-toi en silence et ne nous cache plus la vue.
Ici, l’air n’est pas de l’air – il est comme de l’alcool pur:
Tu as trempé tes lèvres et tu es né, t’en a trop bu et tu es mort.
Всем свобода и ныне ты нашёл, что нашёл –
У нас в каждой осине хранится твой кол.
Здесь всего слишком много, только ты слишком мал.
Если больше нет Бога – твой выход, шакал.
La liberté pour tous et maintenant tu as trouvé ce que tu as trouvé –
Dans chacun de nos trembles, il y a un pieu.
Ici il y a trop, il y a juste toi qui es trop peu.
S’il n’y a plus de Dieu: c’est ça ta conclusion, chacal.
Наш бардак притомил? Мы скучали пока
паровоз подвозил тебя до тупика.
Из чернеющих звёзд дождь идёт в перехлёст.
Для одних вечный выпас, а другим – вечный пост.
T’en a marre de notre bordel? On s’ennuie tant que
La locomotive t’ai ne t’a pas encore conduit à une impasse.
De la pluie d’étoiles noircies elle jaillit de biais.
Pour certains c’est un pâturage éternel, tandis que pour d’autres c’est un jeûne éternel.
Здесь полгода дождливо и полгода снежит,
Мы тут дома, мы живы, а тебе тут не жить.
По реке плывёт плот для солидных господ.
У реки под мостом нашли беса с хвостом.
Ici il y a six mois de pluie et six mois de neige,
Ici c’est chez nous, nous sommes vivants, et toi ici tu ne peux pas vivre.
Sur la rivière flotte un train de bois pour des messieurs bien imposants.
Près de la rivière sous le pont on a trouvé un démon avec une queue.
Те кто бредят и бродят – именуются « сброд »,
А свои сидят молча за длинным столом.
Ceux qui errent et qui délirent, s’appellent «racaille»
Et ceux qui sont des nôtres restent assis en silence à une longue table.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *