En Russie

Vassia Oblomov: une histoire à la frontière

Ces dernières semaines la rhétorique anti-américaine s’est amplifiée sur plusieurs sujets comme les nouveaux développement de l’enquête parlementaire contre les intrusions russes dans la campagne présidentielle américaine de l’an dernier (accusations raillée à coups de Pokemons), les nouvelles sanctions contre des hauts responsables, le rangement des drapeaux russes sur des bâtiments aux états unis, les interdictions de publicité pour les médias du Kremlin sur Twitter, le refus de la chaine RT de s’enregistrer en conformité avec la loi américaine sur les agents de l’étranger, l’extention de la loi sur les agents de l’étranger (en Russie cette fois) aux personnes physiques … Les sujets qui dressent des barrières entre américains et russes sont nombreux ces derniers jours.
Le chanteur Vassia Oblomov a ainsi imaginé que l’on s’en prenait maintenant à un petit cochon au motif que son avion venait de Washington.

Вася Обломов – Случай на границе
В последнюю неделю октября
Летела из Америки свинья.
Из Штатов прямиком в московский свет,
Как Русь внезапно выдала запрет
Американцам. Мол, мы сообщаем,
Что новые шаги предпринимаем.
Мы не пускаем больше их свиней
Без исключенья. Даже для детей.
La dernière semaine d’octobre
Un cochon est venu en avion d’Amérique.
Des États Unis directement en plein Moscou,
Comme si la Russie soudainement remettait une interdiction
Aux Américains. A ce qu’on dit, nous informons,
Que nous allons prendre de nouvelles mesures.
Nous ne laisserons plus passer leurs cochons
Sans exception. Même pour les enfants.
Во Внуково не приняли свинью,
Сказали ей какую-то фигню.
В отдельную кабинку проводив,
Пытались выяснить, каков ее мотив.
A l’aéroport de Vnukovo on n’a pas accepté de cochon,
On lui ont dit n’importe quelle connerie.
On l’a conduit dans une pièce séparée,
Et on a essayé de lui tirer les vers du nez pour connaitre ses motivations.
И пограничник молвил ей шутя:
Проблема, мол, не в том, что ты свинья.
И гневаться тебе здесь нет резона.
Проблема в том, что ты из Вашингтона.
Et le garde-frontière lui a dit en plaisantant:
Le problème, disent-ils, ce n’est pas que tu es un cochon.
Et tu n’as aucune raison d’être en colère ici.
Le problème c’est que tu viens de Washington.
Свинья визжала: мол, в Москве родня.
И вспомнила немного погодя,
Как в прошлый свой приезд бывала в ЦУМе,
А папа ейный трудится в Госдуме.
Le cochon poussa des cris perçants: mais puis ce que je vous dis que j’ai ma famille à Moscou.
Et rappela un peu plus tard,
Que lors de sa dernière visite, il avait été au grand magasin TsUM,
Et que son papa travaille à la Douma d’État russe.

Но пограничник оказался тверд.
Сказал ей: улетай, свинья, как bird.
Не надо нам ля-ля и мять резину.
Езжай-ка лучше ты на Украину.
Mais le garde-frontière s’est avéré être un dur.
Il lui dit: envole-toi, cochon, comme un oiseau.
On a pas besoin de la-la et d’écraser des pneus.
Tu ferais mieux d’aller en Ukraine.
Здесь вам не Штаты. Здесь народ мудрей.
Здесь место только для порядочных свиней.
Свинью отправили в Борисполь через Ригу.
И на прощанье показали фигу.
Вот так летала одинокая свинья
В последнюю неделю октября.
Ici vous n’êtes pas aux États Unis. Ici, les gens sont plus sages.
Ici c’est seulement pour les cochons honnêtes.
Le cochon a été envoyé à l’aéroport de Kiev-Boryspil via Riga.
Et en guise d’au revoir ils lui ont fait un doigt d’honneur.
Voilà l’histoire du cochon qui a pris l’avion tout seul
La dernière semaine d’octobre.

One comment

Laisser un commentaire