En Russie

Riche à en jeter l’argent par les fenêtres

Dimache dernier Saint Petersbourg fêtait le jour de la ville, à cette ocasion Pavel Durov, le Mark Zuckerberg russe, a jeté au dessus de la foule qui se trouvait sous son bureau des petit avions en papier faits en coupures de 5000 roubles, soit plus de cent euros. Il faut préciser plusieurs choses, d’abord sous le bureau de Pavel Durov il y a toujours foule, c’est l’immeuble le plus prestigieux de Saint Petersbourg, l’acienne maison Singer et maintenant une grande librarie au nom évocateur de Dom Knigui (La maison du livre). C’est à l’angle de la perspective Nevski et du canal Griboïedov. Ensuite 5000 roubles peuvent sembler peu en regard de la fortune de Pavel Durov (350ieme fortune du pays et estimée à près de 8 milliards de roubles meme si l’introduction en bourse de Vkontakte ne devrait pas se faire avant longtemps). 5000 roubles peuvent sembler peu en regard des prix des boutiques de luxe qui se trouvent à proximité. Mais 5000 roubles c’est aussi beaucoup pour certaines catégories de personnes tels que les retraités, les employés de certains secteurs de l’économie…

Cette « experience sociale » se révéla très dangeureuse, d’une part pour les passants qui étaient sur le point de s’entretuer pour attraper un peu d’argent et d’autre part pour Pavel lui même puisque les internautes se sentaient humiliés et appelaient à se désinscrire de Vkontakte ou à se venger d’une autre façon. Car au fond se montrer à la fenetre d’un des plus prestigeux immeubles pour y jetter de l’argent sur la foule et regarder les gens se battre pour tenter d’avoir le précieux billet, c’est une forme de divertissement très provocante.

Jeter l’argent par les fenetres c’est aussi une expression pour dire mal gérer ou faire des investissement en pure perte, cela a donc inpiré le dessinateur Serguei Elkine qui représente un investisseur qui suit le conseil qu’il croit avisé du grand manager Pavel Durov, à savoir jeter l’argent par les fenetres.

La web-cam suivante représente l’évenement en entier:

Laisser un commentaire