En Russie

Clip de campagne à la russe

Dans les jours qui viennent, dimanche 8 septembre pour être précis auront lieu les élections à la mairie de Moscou. Le maire sortant (Sergueï Sobianine) devrait être réélu sans surprise mais pour pimenter un peu une campagne morne où la plupart des candidats ont déjà été éliminés (en reste 6), le pouvoir a propulsé le nationaliste Alexei Navalny, pourtant déjà condamné et écroué par la justice.

Il est difficile d’imaginer à quoi ressemble un clip électoral russe. Je vous en traduit donc un qui vient de sortir samedi dernier, vous apprécierez le niveau de cette campagne électorale et la façon dont le budget est dépensé.  Cela échappe à toute logique comme. S’il est vrai que parfois en France on se permet de diaboliser le front national, je n’ai jamais vu quelque chose d’approchant dans l’hexagone.

Précisons en outre que la voix dans le clip a un accent savamment caricaturé pour réveiller votre xénophobie latente.

Bonjour à tous, je suis Alexei Navalny le maire de Moscou. Il fait chaud chez nous là bas. On ne se parle pas avec Poutine. Ni les région, ni le Kremlin ne fournissent plus Moscou. On a enterré les centrales, on y fait des excursions. Les problèmes de transport sont résolus une bonne fois pour toute. On a détruit les routes, on a déglingué le métro et dans la ville il n’y plus d’embouteillages. Ceux qui ont survécu c’est les Gay parce eux ils savent l’avoir dans le cul. On a des défilées de Gay Pride au stade Lujniki, sur la place du marais et sur la place rouge. Sur les terrains de jeux des enfants on vend maintenant des kébabs et des drogues synthétiques. La vie des enfants est plus belle et plus courte. Oh un de moins!
Au stade olympique on a les concert des Pussy Riot et de Roma Joloud (Roma Acorn). Tout le monde veut se défoncer alors on fait salle comble. Tu es venu?
Voici notre mairie (l’ambassade américaine). Là nous vivons et travaillons, des fois les murs de la démocratie se fendent. Et nous devons les reconstruire. Voilà, encore une fois. Je vais encore une fois… vous cliquez sur « j’aime » c’est vrai que j’aime Moscou ainsi.

One comment

Laisser un commentaire