En Russie

Spleen:Volga noire


Cette nouvelle chanson de Spleen nécessite quelque éclaircicement pour qui n’est pas familier des routes russes. Les routes sont dans un état variable et des fois il est nécessaire de faire des écarts pour éviter de mauvais passages ou des nids de poule, parfois on va très vite et parfois on s’y traine.
On y rencontre souvent des véhicules soviétiques ou post-soviétiques tels que les Volga (automobile familiale de l’unsine GAZ de Gorki) ou bien des ZIL des camions fait à Moscou (ZIL pour Zavod Imeni Likhacheva qui produisait aussi des véhicules de luxe pour les haut dignitaires que l’on envisage aujourd’hui de produire à nouveau. A ce sujet on peut voir le reportage de Drugoi publié il y a quelques jours).

Сплин: Чёрная Волга- Spleen:Volga noire
Издалека долго ехала черная « Волга ».
Пахло бензином,
То обгоняла все фуры, то долго тащилась за ЗИЛом.
Петляла бетонка.Пейзаж был убогий:
То свалки, то стройки, вокруг них дорожные знаки.
То серый бетонный забор, то вдруг красные маки
Везде вдоль дороги.
De loin roula longtemps une « Volga » noire .
Ca sentait l’essence,
Parfois elle doublait tous les camions, et parfois elle se traînait derrière un ZIL.
Elle zigzagait sur la route de plaques de béton.Le paysage était pauvre:
Ici des décharges, la des chantiers, autour des panneaux de signalisation.
Là comme cloture un mur de béton gris, et tout autour des coquelicots rouges
Partout le long de la route.
 Быстро темнело,
Дворник скрипел, лобовое стекло запотело.
Какая-то лампа моргала порой то и дело.
Фара горела.Постольку-поскольку
Везде отовсюду трясло, грохотало и дуло.
Черную « Волгу » неумолимо тянуло
К юго-востоку.Туда, где теплее,
Туда, где никто никогда ее не обнаружит.
Деревни, дороги, дома становились все хуже.
Полиция – злее.
Rapidement il a fait nuit,
L’essuie-glace a grincé et le pare-brise s’est embué.
Un peu de lumière clignotait de temps en temps.
Les phares éclairaient de tout leur feux.Dans la mesure où
De partout venait le chaos le fracas et le souffle.
La «Volga» noire inexorablement se trainait
Vers le sud-est.Là-bas, où il faisait plus chaud
Là-bas, où personne ne serait pas la découvrirait.
Villages, routes,  maisons tout allait de mal en pis.
Et la police était plus méchante.
 Это был номер!
Дав на прощание, клубы дыма и пара,
Черная « Волга », разогнавшись, упала
В Каспийское море.Волны сомкнулись,
Чайки, слегка покружив, успокоились живо.
Никто из людей не заметил, как исчезла машина
С городских улиц.Издалека долго.
Черная « Волга ».
Черная « Волга ».
Черная « Волга ».
 C’était un numéro!
Ayant fait ses adieu, d’une bouffée de fumée et de vapeur,
La «Volga» noire, ayant pris de la vitesse,
est tombée
Dans la mer Caspienne.Les vagues se refermaient,
Les mouettes, avaient un peu tournoyé.
Personne n’avait remarqué que la voiture avait disparu
Des rues de la ville.Sur une longue distance.
«Volga» Noire.
«Volga» Noire.
«Volga» Noire.

 

Laisser un commentaire