Pourquoi les gentilshommes russes parlaient français?

Plusieurs fois je me suis posé cette question. Et je ne trouve pas de réponse sûre. D’un côté ils auraient suivi la mode du temps qui les obligeait à parler français. (A l’époque le français était la langue principale de diplomatie.) Alors c’est drôle. Dans le roman de Tolstoï «La guerre et la paix» très discutable du point de vue de la clarté de langue et de sveltesse de sujet, les héros parlent français entre eux. Pour quel but? Chez Tolstoï le français est bien bouffi et non naturel, privé de simplicité. D’ailleurs il y en a le même en russe. Je suis certain que les lecteurs se moquent de cet entortillage du style. Son roman est l’un des plus ennuyeux. La stylistique est terrible. À l’âge mûr je suis parvenu à lire les premières 150 pages. Et j’ai été au point de fermer le livre le plus vite possible. Les personnages vagues et troubles mal décrits, le français déplacé m’ont dégoûté. S’il y a la tâche d’écraser l’envie de lire, alors je vous le recommande.

9 réflexions au sujet de « Pourquoi les gentilshommes russes parlaient français? »

  1. Jules

    Tolstoi ne laisse pas indifférent; dans un sens comme dans l’autre. 🙂

    Je suis désolé qu’il vous ait dégoûté de la lecture, il y a d’autres écrivains plus sincères et plus simples.

    Répondre
  2. phile

    Pour moi ca n’a jamais ete une question: la culture russe europeanisee se guidait des le debut du XVIII siecle sur l’experience des pays les plus developpes d’Europe, les Russes empruntaient la culture avec la langue (bien sur) tout en s’inquietant de leur originalite et l’authencite culturelle. Ce paradigme de concurrence avec l’Occident et d’interaction culturelle en meme temps a ete d’actualite au cours de tout le XIXe siecle et surtout au debut la ou se passe l’action dans le roman mentionne ci-dessus.
    Donc a mon avis le Francais est bien a propos la.

    J’ai lu La guerre et la paix deux fois – et j’aime bien 🙂

    Répondre
  3. devon

    cher, Phil! pendant votre lecture du roman vous deviez sentir une qualité mauvaise de langue. (si vous avez lu ce roman en version russe. Traditionnellement les occidentaux reconnaissent volontiers deux « grands écrivains » russes, Tolstoi et Dostoevsky. mais je vous assure qu’il y a d’autres qui en effet ont du talent. le plus grand écrivain russe, c’est sans doute N.V.Gogol qui fait une vraie magie. A cause des particularités de sa langue russe mélangé avec celle ucraine, ses ouvrages présentent des difficultés à lire. prenez – les. merci, Phil, pour votre commentaire, il m’est agréable à vous parler.

    Répondre
  4. phile

    Bonjour Devon, je suis Phile et donc une fille, avec un e a la fin.:)
    Gogol a mon avis est un tresor particulierement russe, et justement a cause de son style il n’est pas vraiment traduisible en Francais, par exemple. au moins ce que j’ai essaye de lire en francais m’a paru assez plat comme style, alors que en russe, je suis d’accord, il est magique. c’est pourquoi c’est logique que Tolstoi et Dostoievski soient reconnus a l’etranger plus que le genie de Gogol.
    Et vous n’aimez pas surtout Tolstoi ou Dostoievski non plus?

    Répondre
  5. devon

    Сhère Phile!
    Vous avez eu raison sur Gogol, c’est en effet notre trésor littéraire, on a mal à le traduire bien en français, à ce que je peux supposer. Mais si vous pouvez le lire en russe et sentir la magie, alors mes félicitations les plus sincères destinées à vous. Vous avez parvenu à maitriser parfaitement le russe. En ce qui concerne Dostoevsky et Tolstoï, je reconnais volontiers qu’ils sont les maîtres, mais, c’est seulement mon avis, ils ne sont pas les miens. Appréciez, par exemple, « Le crime et le châtiment ». C’est terrible. C’est une sorte de paranoïa.

    Répondre
  6. Nom Prenom

    Bravo a l’auteur!

    Moi, j’ai lu 50 pages pendant 2h!
    C’est peu raisonnable de faire les ecoliers lire ce roman =/

    Répondre
  7. lidia

    Cet échange a eu lieu en 2009, je laisse quand même mon empreinte.
    Comment peut-on dire que Tolstoï est ennuyeux. J’ai lu ce roman en version originale à l’âge de 12-13 ans, passionnée par les histoires d’amour entre Natacha et le prince André et la fin triste. L’amour contrarié de Sonia et de Nicolas, la description de la vie d’époque des serviteurs, des nobles, la description de la guerre, des paysans. J’étais déçue que Natache s’est transformé en une « bobonne ».
    J’ai relu le livre encore une fois, plus adulte, avec autant d’intérêt. Il n’y a aucune lourdeur de langage russe. Le français, je vous laisse juge mais il ne m’a pas choquée. C’est une oeuvre superbe de beauté de style, de sensibilité, de l’amour pour la patrie (c’est cela qui vous gêne ?). Et oui, à l’époque les gens aimaient leur pays. J’ai lu aussi « Anna Karenina », de grosses larmes coulant le long des joues tant cette histoire est poignante. Non, chers Amis, Tolstoï n’est pas ennuyeux. Mais il faut être Russe dans l’âme pour le comprendre et le sentir.

    Répondre

Laisser un commentaire