En Russie

Tsentr: Nous sommes des esclaves

Voici le dernier titre de Vassily Shumov, « nous sommes des esclaves » qui figure sur la dernière parution de l’album blanc sorti le week end dernier. Comme à son habitude le texte est très important un peu comme des paroles de rap. Comme à son habitude le texte est très irronique et corrosif mais dans son genre résume bien la psychologie des russes.

Центр: « Мы рабы »
Мы рабы номенклатуры. Мы гробы, массовка диктатуры.
Нам говорят как голосовать, нам говорят кого сегодня обличать.
Мы рабы. Живем по разнарядке. Мы гробы. С карьерой все в порядке.
Мы рабы. Нам не надо видеть. По отмашке мы будем люто ненавидеть.

 

Мы рабы, у нас гены крепостных. Мы гробы, у нас шенгенов никаких.
Нам дают корм в виде телевидения. Мы рабы нас видимо-невидимо.
Мы рабы. Нам не надо демократию. У нас нет весны. У нас всегда апатия.
Мы рабы. Для планеты всей пример. Мы потомки рабов из СССР.
Мы рабы. Нам говорят с кем спать. Мы гробы. И другими нам не стать.
Мы в норе. Любим чтоб поглубже. В норе нам уютно – там все звучит поглуше.

Мы рабы, у нас гены крепостных. Мы гробы, у нас шансов никаких.
Наши мозги напичканы религией. Мы рабы нас видимо-невидимо.

Мы рабы. Нас на митинги сгоняют. Мы гробы. Нас не различают.
За отгул маршировать пойдем. А за три дня к отпуску мы умрем.
Мы рабы. Живем в автоматизме. Мы гробы. Хотим быть в сталинизме.
Политику поддерживаем правую и левую. С нами что хотят то и делают.

Мы рабы, у нас гены крепостных. Мы гробы, у нас шенгенов никаких.
Нам дают корм в виде телевидения. Мы рабы нас видимо-невидимо.

Nous sommes les esclaves de la nomenclature. Nous sommes des cercueils, un meeting de dictature.
On nous dit comment voter, on nous dit qui dénoncer aujourd’hui.
Nous sommes des esclaves. Nous vivons dans l’ordre. Nous sommes des cercueils. Avec notre carrière tout va bien.
Nous sommes des esclaves. Nous n’avons pas besoin de voir. Au signal nous allons férocement haìr.

 

Nous sommes des esclaves, nous avons les gènes des serfs. Nous sommes des cercueils, nous n’avons pas de Visa Schengen.
On nous nourris sous forme de télévision. Nous sommes des tas et des tas d’esclaves.
Nous sommes des esclaves. On a pas besoin  de démocratie. Nous n’avons pas de printemps. Nous sommes toujours dans l’apathie.

Nous sommes des esclaves. Un exemple pour toute la planète. Nous sommes les descendants des esclaves de l’Union soviétique.
Nous sommes des esclaves. On nous dit avec qui dormir. Nous sommes des cercueils. Et on ne peut devenir personne d’autre.
Nous sommes dans un trou. On aime que ce soit  bien profond. Dans notre tou bien confortable – tout sonne bien mieux.
Nous sommes des esclaves, nous avons les gènes des serfs. Nous sommes des cercueils, nous n’avons aucune chance.
Nos cerveaux sont bourrés de religion. Nous sommes des tas et des tas d’esclaves.
Nous sommes des esclaves. On nous ressemble en troupeau pour des meetings.

Nous sommes des cercueils. On ne nous distingue pas.
Pour gagner un RTT on est prêt à défiler pour n’importe qui. Et trois jours de congé on est prêt à doner notre vie.
Nous sommes des esclaves. Nous vivons dans l’automatisme. Nous sommes des cercueils. Nous voulons vivre dans le stalinisme.
Les hommes politiques on les soutient aussi bien à droite qu’à gauche. De nous vous pouvez faire ce que vous voulez.

Nous sommes des esclaves, des serfs dans nos gènes. Nous cercueils, nous n’avons pas de Schengen.
Nous sommes nourris sous forme de télévision. Nous sommes des tas et des tas d’esclaves.

   

One comment

  1. Super ces chansons. J’avais un peu perdu la trace de Tsentr depuis les années 90, mais on reconnaît toujours à la première seconde le style de choumov.

    Je trouve la trad très bonne, mais mon russe est très loin d’être stellaire. Personnellement j’aurais mis « cadavres » plutôt que « cercueils » ; à mon avis « гробы » est là pour l’assonance avec « рабы » mais au niveau du sens ça sonne un peu étrange. Et aussi pour « в норе » je dirais plutôt « dans un terrier », comme des animaux. Mais bon, c’est des détails. Bravo pour le blog et merci.

Laisser un commentaire