En Russie

Semion Slepakov: Paris

Bloguer RussieCet article participe à l’événement inter-blogueurs « Bloguer Russie » organisé par le blog « Russie.fr ».Vous trouverez ici la présentation de l’événement pour cette première édition : « Mon premier voyage en Russie » ou « Mon premier voyage en France ».

La thématique de ce blog est actuellement la chanson russe contemporaine et ce qu’elle peut nous apprendre sur la société. Pour traiter du thème de l’évènement interblogs sans nous éloigner pour autant de la thématique du blog, j’ai choisi une chanson humoristique du doux nom de Paris. Elle ne parle pas de la France, mais au contraire de la Russie profonde et des paradoxes du pays natal. Car contrairement à l’adage « Где Хорошо, там и родина » (« Ubi bene ibi patria » ou comme disait Cicéron citant Marcus Pacuvius « Patria est ubicumque est bene ») c’est à dire « La patrie est là où l’on se sent bien », c’est exactement le contraire. La Patrie c’est là où l’on se sent pas si bien que ça. Et si c’est la Patrie ça s’améliorera jamais. C’est une forme de masochisme patriotique. Ce n’est pas un trait spécifiquement russe puisque les français sont aujourd’hui très forts dans ce que les médias reprenant les anglo-saxon nomment le « french-bashing ». On pourrait parler de « Self-French-Bashing » lorsqu’il s’agit de s’auto-dénigrer et de s’auto flageller.
Mais les russes n’emploient pas d’anglicisme pour désigner ce rapport schizophrène. Il existe une phrase célèbre dont on ne connait pas vraiment l’auteur. В России две беды – дураки и дороги – c’est à dire La Russie a deux problèmes – les imbéciles et les routes – tantôt on l’attribue à Gogol, tantôt Saltykov-Chtchedrine, deux auteurs maniant l’ironie et l’humour noir. Et parfois à Nicolas Ier à la lecture du Marquis de Custine rejetant les problèmes comme une simple question de mauvaises relations publiques, d’image marketing mal travaillée et de méchanceté des étrangers.
dans cette chanson c’est simplement de l’humour, un peu noir. Laissons là ces disputes sur l’origine de cette expression qui rythme la vie russe et intéressons nous à la chanson.

Semion Slepakov est un chanteur et humoriste de 33 ans qui passe dans l’émission phare de TNT « Comedy Club ». Il parle français et est diplômé de l’Université linguistique d’Etat de Piatigorsk. Ses chansons sont en général caustiques même si elles restent dans le cadre de ce qui est montrable à la télévision à une heure de grande écoute sur une grande chaîne nationale.

Il y a une vieille expression Russe « voir Paris et mourir », calquée sur « voir Naples et mourir ». Pour les Russes la ville de Paris est si belle que vous pouvez mourir après l’avoir vue, car rien ne pourra jamais l’égaler et vous serez perpétuellement dans une rêverie nostalgique. Ce romantisme désuet fut extrêmement populaire et l’est toujours à bien des égards (On peu citer la chanson tube d’Ala Pugactchova qui en est une bonne illustration). Ce romantisme cohabite cependant avec un pragmatisme bassement prosaïque et très brutal. Voir Paris et mourir? autant voir Vorkuta et y crever.
Dans cette chanson c’est la femme qui est romantique et son mari en apparence pragmatique. Mais les rôles pourraient très bien être inversés. Et d’ailleurs ils s’inversent au cours de la chanson. Elle veut voir Paris, lui propose de rester dans la province russe. Le choix du mari semble pragmatique, après tout Paris c’est loin et c’est cher…mieux vaut visiter la Russie. Mais en réalité ce choix de visiter la Russie n’est pas si simple à assumer.  C’est souvent plus loin que Paris. Les distances russes sont immenses. Ensuite c’est souvent plus cher que Paris. Même un hôtel sans goût, un repas mal servi peuvent avoir des prix bien supérieurs à ceux rencontrés dans la capitale Française  Et si les transports en URSS étaient bon marché, dans la Russie moderne ils sont inabordables pour une grande partie de la population.
De plus ce n’est pas très beau, on insiste pas trop dans la chanson car les nom ont déjà des associations fortes dans l’imaginaire des auditeurs. Enfin cela peut être dangereux, une vie humaine ayant plus de valeur à Paris qu’à Vorkuta… le chanteur qui voyage dans sa patrie prêt à y attraper toutes les maladies possibles, jusqu’à y noircir son âme. Pour visiter la Russie profonde au point de se détruire la santé et l’âme il faut être « héroïquement » patriotique au point d’en perdre le sens des réalités. Une maladie probablement encore plus grave que les douces rêveries nostalgiques sur Paris.

Visitons donc la Russie productiviste, bien qu’un peu glauque, à travers cette chanson.

Première étape Vorkouta.  C’est une ville très au nord dans la république des Komis,

Camp-vorkuta

200 kilomètres au delà du cercle polaire, c’est une ville minière du Goulag. Aujourd’hui c’est une ville qui reste peuplée de 69 000 habitants mais dans une situation économique et humaine difficile. Il fut déjà question de fermer la ville, ou d’y conserver une activité très réduite, mais cela n’a jamais été décidé. La population qui comptait 116 000 habitants diminue régulièrement, les mines y ferment, seuls se développent les cancers et les tumeurs au rythme de +7% annuels. Malgré tout dans cette ville du très grand nord, il y a de la vie, des couleurs très vives parfois surprenantes…

Vorkuta

Vichni-Voloch est une ville d’une cinquantaine de milliers de personnes dans le centre de la Russie, dans la région de Tver. C’est sur le chemin entre Moscou et Saint Petersbourg et son nom signifie « Haut Portage », il y a quelques usines en particulier une usine textile du doux nom de « Commune de Paris » (sur la photo ci-dessous). Le patrimoine industriel architectural a d’ailleurs été salué en 2010 puisqu’on l’a présenté à la biénale d’architecture à Venise.
Commune de Paris

001
Orel est une ville de 320 000 habitants à 360 km au sud ouest de Moscou. Elle est jumelée avec Reims, je ne sais pas si on y fait du champagne mais on y fait du Coca cola et de la vodka (Unsine Kristal et Coca Cola):

orel1 orel2

Velikié Louki    est une ville de près de 100 000 habitants dans la région de Pskov, elle fut fondée en 1166. Aujourd’hui elle a une industrie fleurissante (agroalimentaire, électricité, céramique, engins se levage…).800px-zeto-velikiye-luki 0001

Rossoch est une ville de 62 000 habitants de la région de Voronej, il y a des usines désaffectées comme l’usine de produits électriques, mais aussi des usines d’engrais ou d’agroalimentaire, la région étant riche en terres fertiles.00n1590299544 0031

Lelets est une ville très ancienne de la région de Lipetsk comptant aujourd’hui 108 000 habitants. On y trouve de l’extraction calcaire, de la dentelle, de l’électricité de la construction, une sucrerie…00ain calcaire00

Tver est une ville de 400 000 habitants au nord ouest de Moscou. Elle a une grande histoire et un large patrimoine industriel et on y trouve l’usine de Wagons de chemin de fer de Tver.

0tver
Languepas est une ville pétrolière de Sibérie comptant une quarantaine de milliers d’habitants.

0ls

Viatka l’ancien nom de Kirov (renommée en 1934 du nom d’un dirigeant soviétique), il est question d’abandonner le nom soviétique mais cela n’a pas encore été décidé. La ville compte aujourd’hui 472 000 habitants.00010

Vladimir est une ville de l’anneau d’or, elle est ancienne puisque fondée en 990. Elle compte aujourd’hui 345 000 habitants.vodka_vladimir

Novgorod la grande est une ville très connue pour son patrimoine historique, c’est la plus ancienne citée russe, existant depuis 959. Mais aujourd’hui c’est aussi une ville de près de 220 000 habitants qui a son industrie.

novgorod178_0_pic
Gous-Khroustalny est une ville de 60 000 habitants dans la région de Vladimir.

000old_gus_khr_5
Vyborg ville de 78 000 habitants au nord de Saint Petersbourg001_317d3369bb92
Sterlitamak est la deuxième ville de Bachkirie comptant 275 000 habitants, elle abrite une forte industrie chimique.00000tek

Семён Слепаков : Париж
Вот ты мне всё время говоришь:
Я так хочу увидеть Париж,
Хочу хоть глазком посмотреть,
Увидеть Париж и умереть.
А я отвечаю тебе: Путёвка стоит тысячу у.е.
И если ты так хочешь умереть,
Дешевле ведь Россию посмотреть.Вот если ты увидишь Воркуту,
То разразится кариес во рту,
А как приедешь в Вышний Волочок –
Волос немедля выпадет пучок.
Вдохнешь в себя воздух Орла –
Скончаешься от спазмов горла,
А если вдруг пройдешь по Россоши,
То смерть тебе покажется роскошью.
А ты тут мне говоришь:
Я так хочу увидеть Париж…

Ты посмотри сначала на Тюмень,
И на глазу появится ячмень,
Ты посети Великие Луки –
Отнимутся и ноги и руки.
При виде очертаний Ельца
Остановится сердечная мышца,
А въедешь ты в красавицу Тверь,
И в ад приоткроется дверь.
А ты тут мне говоришь:
Я так хочу увидеть Париж…

Ты поезжай сначала в Лангепас,
Там сузится от ужаса твой таз,
А если вдруг приедешь в город Вятку,
То ты за эвтаназию дашь взятку.
А если вдруг ты посетишь Владимир,
Увидишь ты, что бронтозавр не вымер,
А как заедешь в Новгород Великий,
Узнаешь ты, что дьявол двуликий.
А ты всё нудишь и нудишь
Про смерть и какой-то Париж.
Но лишь я предложил поехать в Клин,
Ты быстро сориентировалась, блин!
И взяв с собой зубную щетку лишь,
Свалила с новым хахалем в Париж.
Смотри свой Нотр-Дам де Пари,
А я сойду на станции в Твери.
Ты думаешь я жадный идиот,
Неправда — я России патриот.
Увижу я красавицу Тверь,
Пускай мне в ад откроется дверь,
Вдохну я ароматы Орла,
Люблю я эти спазмы горла.
Взгляну на очертания Ельца –
Гори огнём сердечная мышца.
А я уже умчался в Лангепас,
Мне никогда не нравился мой таз.
Оттуда загляну в Гусь Хрустальный,
Мне глаз давно был нужен хрустальный,
И выкрою часочек на Выборг
Я слышал там есть женщина-киборг.
А так же заскочу в Стерлитамак,

Спрошу у бога: «Ну зачем ты так?»
И можешь, сучка, свой Париж смотреть,
А я хочу в России умереть!
Впёред, Россия!Париж — говно!

Bon tu dis tout le temps:
Je veux voir Paris
Je voudrais la voir au moins d’un oeil,
Voir Paris et mourir.
Et je te réponds: Le voyage coûte  1000 euros
Et si t’as tellement envie de mourir
C’est moins cher de voir la RussieTiens si tu vois Vorkouta
Tes caries vont éclater dans la bouche,
Et quand tu viens à Vichni-Volochok –
Tes cheveux tombent aussitôt en touffes.
Respire l’air d’Orel –
Et tu vas succomber à des spasmes de la gorge,
Et si tu passes soudainement à Rossosh
Alors la mort te semblera magnifique.
Et là tu me dis:
Je veux tellement voir Paris …

Mais regarde d’abord Tyumen
Et sur tes yeux apparaîtra un orglet,
Visite Veliky Luki –
Les bras et les jambes t’en tomberont.
A la vue du contours de Lelets
Ton coeur cessera de battre
Et si tu viens voir la belle Tver
S’entrebâilleront les portes de l’enfer.
Et tu me dis:
Je veux tellement voir Paris …

Viens d’abord voir Languepas,
Là d’horreur ton bassin se rétrécira
Et si tout à coup tu viens dans la ville de Viatka
Alors donne un pot de vin pour avoir une euthanasie.
Et si tout à coup tu visites Vladimir,
Tu verras que les brontosaures ne sont pas éteints,
Et quand tu passes à Novgorod la Grande,
Tu apprendras que le diable a un double visage.
Et tu me bassines et me bassines
À propos de la mort et d’un certain Paris.
Mais je te suggère seulement d’aller à Klin
Et tu va t’orienter rapidement, bon sang!
En ne prenant que ta brosse à dents,
Renversée avec un nouveau mec à Paris.
Regarde ta Notre-Dame de Paris,
Et je vais descendre à la gare de Tver.
Tu penses que je suis un idiot avare
Ce n’est pas vrai – je suis un patriote russe.
Je vois la beauté de Tver,
Laissez-moi ouvrir la porte de l’enfer,
Je respire les parfums d’Orel
J’aime ces spasmes de la gorge.
Je regarde la disposition de Lelets –
Et mon coeur me brûle.
Et je suis déjà entraîné à Langepas,
De toutes façon j’ai jamais aimé mon bassin.
A partir de là je vais jeter un oeil à Gous-Khroustalny,
Mon œil a besoin depuis longtemps d’un cristal,
Et j’en coupe un petit morceau à Vyborg
J’ai entendu dire qu’il y a un cyborg femelle.
Et aussi je vais faire un saut à Sterlitamak

Je vais demander à Dieu: «pourquoi donc es-tu ainsi»?
Et tu pourras, connasse, voir ton Paris
Et moi je veux mourir en Russie!
En avant la Russie!
Paris c’est de la merde!

Les autres billets des blogs participant sont ici:
http://green-russian-caucasus.blogspot.fr/2013/04/siberie-mon-amour.html

http://russie.fr/premier-voyage-russie

http://spoutnitsi.net/Voyage-avec-Ivan

http://pyatigorsk-russian-caucasus.blogspot.ru/2013/03/evenement-mon-premier-voyage-en-russie.html

2 comments

  1. Merci pour la chanson! Je connaissais déjà celle où il chantait que tous les vendredis, il était « dans la m… », à savoir ivre mort 🙂 Mais je ne savais pas qu’il parlait français ni qu’il était originaire du Caucase.
    J’adore aussi sa chanson où il oublie son caleçon chez sa maîtresse! 🙂

    J’ai passé une nuit à Velikié Luki: effectivement bien glauque l’hotel (chambre luxe avec frigo assourdissant), bien glauque comme boite de nuit (filles complétement ivres au « sovietskoe champagnskoe »), mais sur mon chemin…

    Merci pour ce voyage « étonnant » 🙂
    Arnaud

Laisser un commentaire