En Russie

Corruption: le name and shame sur le net

La corruption est un phénomène qui gangrène l’économie. Beaucoup de pays en sont affectés et la Russie l’est tout particulièrement (126ime rang mondial au classement transparency international de 2006). Les autorités lutent activement contre la corruption mais celle ci se développe tout de même très activement partout où l’état et la société remplissent mal leur attributions.

Nous n’entrerons pas dans le détail sur les différentes types de corruption et leur différents impacts sur l’économie -corruption qui empêche la croissance, corruption qui accompagne la croissance, corruption vivrière…- ou des formes qu’elles prennent -dessous de table, fraude, extorsion, favoritisme, détournement…- .

Il y différentes manières de lutter contre la corruption, d’abord en éliminer les causes, ensuite en mettant en place des une justice efficace qui la sanctionne et surtout en établissant de la transparence.

La technique dite du Name And Shame consiste ainsi à nommer publiquement et à couvrir de honte les auteurs de pratiques anti sociales ou criminelle. Transparency International repose sur ce système et publie chaque année un classement pour tous les pays du monde suivant différents indicateurs de corruption.

Il y a maintenant un site web 2.0 Russe qui repose sur ce système de Naming and Shaming: vzjatkam.net. Vous aurez reconnu le jeu de mot NET n’est pas le mot anglais réseau mais le mot russe Non, Non aux pots de vins. L’idée est de rendre visible au grand jour la corruption. Dans une interview à Regnum les webmasters du site disent avoir été victime d’une grosse attaque de hackers une dizaine de jours après le lancement: on peut comprendre qu’une telle initiative ne plaise pas à tout le monde.

Le naming and shaming est souvent une arme redoutable contre les plus puissants qui admettent volontiers dans les affaires leur corruption mais qui redoutent qu’elle s’affiche partout dans leur vie privée, la réputation et l’image étant de plus en plus important. Lorsque tous les contre pouvoirs sont en panne, le net peut être un moyen de redonner du pouvoir aux citoyens.