En Russie

Liens commerciaux

Dimanets: Parodie de Kipelov – Je Volodia (Poutine – Notre président)

Il s’agit d’une parodie de la chanson universellement connue, je suis libre.

Dimanets: Пародия на Кипелов – Я с Володей (Путин – Наш Президент)
Вот страницы белизна,
И фамилия твоя,
И портрет твой на меня
Взирает со стены.
За тебя голосовал,
В урну свой листок совал,
Президента избирал.
Отечества сыны,
Их шансы все равны,
Твоя судьба была в руках твоей страны.
Voilà la blancheur de la page,
Et ton nom de famille,
Et ton portrait qui
Depuis le mur me regarde.
J’ai voté pour toi,
J’ai glissé mon bulletin dans l’urne,
J’ai élu le président.
Les fils de la Patrie
Leurs chances sont toutes égales,
Ton destin était entre les mains de ton pays.
Я бы мог спокойно жить,
Я бы мог на всё забить,
На участок не ходить,
Проспать и все дела.
В шуме ветра за спиной
Я услышал голос твой
И очей твоих заря
Сквозь кожу с сердцем жгла,
И я сходил с ума,
В моей душе свободно место для тебя.
Je pourrais vivre en paix,
Je pourrais tout envoyer valser
Ne pas aller au bureau de vote,
Faire la grasse matinée et c’est tout.
Dans le bruit du vent dans mon dos
J’ai entendu ta voix
Et le crépuscule de tes yeux
Traverse ma peau et embrase mon cœur,
Et je suis devenu fou
Dans mon âme il y a une place pour toi.
Я с Володей
Словно птица в небесах,
Я с Володей,
Я забыл, что значит страх.
Я с Володей
С диким ветром наравне,
Я с Володей
Наяву, а не во сне.
Je suis avec Volodia
Comme un oiseau dans le ciel,
Je suis avec Volodia
J’ai oublié ce qu’avoir peur veut dire.
Je suis avec Volodia
Je suis l’égal du vent sauvage
Je suis avec Volodia
С’est la réalité, et pas un rêve.

Capitaine Kangourou: Le lapin

Капитан Кенгуру – Кролик
На дороге в свете фар, пушистый кролик лежал,
Он прикрыл глаза лапками, дрожал и молчал.
Он хотел проверить насколько же он храбр.
Sur la route, dans la lumière des phares, le lapin pelucheux gisait,
Il avait fermé les yeux de ses petites pattes, tremblait et restait silencieux.
Il voulait voir jusqu’à quel point il était courageux.
И мотор ворчал, и шофёр почти спал,
И его пассажир совсем размяк,
И они услышали, лишь тихо сочно:
Шмяк.
Et le moteur grondait, et le chauffeur était presque endormi,
Et son passager complètement ramolli,
Et ils ont entendu, un petit bruit juteux:
Chmiak.
А кролик был не герой, он был просто дурак,
По нему поплакал только маленький брат
И никто не разрешил пушистых кроликов
Парад.
Mais le lapin n’était pas un héros, il était juste un imbécile,
Il n’y a que son petit frère qui l’ait pleuré
Et personne n’a permis aux lapins pelucheux de défiler

Alissa : La patrie

АлисА – Родина
Словом не кривить,
Ладить напрямик,
Песнями латать
Души горемык,
Ne pas tordre la bouche avec des mots
Tout bien arranger,
Rafistoler avec des chansons,
Les âmes des pauvres hères,
Сердце сокрушать,
Как луну заря,
Научи меня
Родина моя.
Briser le cœur,
Comme l’aube brise la lune
Apprend-moi
Ma patrie.
Крест не уронить,
Гнуться, но держать,
А коли уронил,
Так суметь поднять,
Да ценить тепло
Твоего огня,
Научи меня
Родина моя.
Ne pas faire tomber la croix,
Courber le dos, mais tenir bon
Et si on laisse tomber,
Il faut pouvoir la relever,
Et apprécier la chaleur
De ton feu
Apprend-moi
Ma patrie.
Через дожди, через вату туч
Льются на землю твои лучи,
Так свистопляс городов
Милует трепет свечи.
A travers la pluie, à travers les nuages ​​cotonneux
Tes rayons se déversent sur la terre,
Ainsi le désordre des villes
Chérit le frémissement d’une bougie.
Так сквозь асфальт колосится жизнь,
Так сквозь столетия звенит Завет:
Там, где кончается мир,
Начинается Свет.
Tel qu’à travers l’ asphalte monte la vie
Tel qu’à travers les siècles résonne le Testament:
Là où le monde prend fin,
Commence la lumière.
Правдой дорожить,
Злу не потакать,
Дальних не судить,
Ближним помогать,
С тишиной сойтись
На исходе дня,
Научи меня
Родина моя.
Chérir la vérité,
Ne pas être indulgent avec le mal,
Ne pas juger ceux qui sont loin,
Aider ceux qui sont près,
Devenir intime avec le silence,
A la fin de la journée,
Apprends-moi
Oh ma patrie.
Через дожди, через вату туч
Льются на землю твои лучи,
Так свистопляс городов
Милует трепет свечи.
Так сквозь асфальт колосится жизнь,
Так сквозь столетия звенит Завет:
Там, где кончается мир,
Начинается Свет.
A travers la pluie, à travers les nuages ​​cotonneux
Tes rayons se déversent sur la terre,
Ainsi le désordre des villes
Chérit le frémissement d’une bougie.
Tel qu’à travers l’ asphalte monte la vie
Tel qu’à travers les siècles résonne le Testament:
Là où le monde prend fin,
Commence la lumière.

Piknik : Une époque sauvage

L’expression Лихие времена est toujours difficile à traduire en français tant le mot est polysémique. On l’applique souvent aux années 90 qui sont une époque de libéralisation et d’explosion de la criminalité organisée et des déséquilibres sociaux. Ce n’est pas réellement sauvage c’est plutôt fougueux, débridé… mais il y a un autre sens qui est méchant, maléfique (d’autres on pris cette traduction là pour cette chanson) j’avoue que c’est tentant puisqu’on y parle de créature démoniaque, cela donnerait des temps diabolique, une époque maléfique. La chanson me fait penser à la nuit de Noël de Nicolas Gogol.

 

Пикник-лихие пришли времена(2017,Искры и канкан)
Лихие пришли времена
И ветер как будто взбешён
Шайтан поднял камни со дна
И целится в город большой
А там фонари зеркала
Их может разрушить любой
А там у стеклянной стены
Обнявшись стоим мы с тобой …
Une époque sauvage est arrivée,
Et le vent semble décupler la furie,
Le démon a remonté des pierres des profondeurs
Et vise la grande ville.
Là les lampes et les miroirs –
N’importe qui peut les détruire,
Et là près de ces murs de verre,
Debout, on se prend dans les bras, toi et moi.
Им скажут что надо спешить
Им скажут что время не ждёт
Укрывшись от ветра плащом
Шайтан по дороге идёт
Смеётся прохожим в лицо
Рвёт мысли и головы с плеч
И лишь перекрёстков кресты
От бездны их могут сберечь …
Ils diront qu’il faut se dépêcher,
Ils diront que le temps n’attend pas.
Protégé du froid par son manteau,
Le démon marche sur le chemin.
Il rit au visage des passants,
Il arrache leurs pensées et leur têtes de leurs épaules,
Et seulement les croix des carrefours
Peut les protéger du gouffre.
Лихие пришли времена
И улицы подняли вой
Ни света ни солнца не зная
Шайтан бьётся в дверь головой
Une époque sauvage est arrivée,
Les rues font remonter un hurlement.
Ne connaissant ni lumière, ni soleil,
Le démon frappe sa tête contre la porte.

D Robot: Oncle Vova on est avec toi

Il s’agit d’un détournement de la chanson Oncle Vova on est avec toi qui a eu grand succès en 2017.

Д’ Робот Дядя Вова мы с тобой.(Пробирает до мурашек) Оригинальная, версия патриотической песни.
я сегодня утром встал, сто грамм бояры
я вьебал и духовной скрепой ссытно зажевал
мне на завтрак киселёв, в обед бояра а на ужин соловьёв
Ce matin, je me suis levé,
Cent grammes de boyard
Je me suis enfilé et des attaches spirituelles
J’en ai mâché à satiété
On petit dej’ je prends mon Kiselev
Au déjeuner, du boyard, et au dîner du Soloviov
мочить пендосов и бандеру я с утра до вечера готов
А нам от северных морей, вдаль до южных рубежей
От Курильских островов, до Балтийских берегов
А на земле сей был бы мир, но если главный командир
Позовет в последний бой, дядя Вова мы с тобой
а что достанется тому, поколенью твоему
Du matin au soir je suis prêt à aller buter Bandera et les amerloques
Et des mers du Nord, jusqu’aux frontières sud
Des îles Kouriles jusqu’aux rives de la Baltique sont pour nous,
Et sur cette terre il y aurait la paix,
Mais si le commandant en chef nous appelle au dernier combat,
Oncle Vova nous sommes avec toi
Et qu’est ce qui revient à ta génération,
мне насрать, китаю продадим страну
а нас героев наградят, нам деревянный крест вручат
кому протезы кому цинковый бушлат
не достанется гряда, самураям никогда
грудью встану за столицу янтаря ща бояры ещё накачу и аляску захвачу
Je m’en fou, on vendra le pays à la Chine,
Mais on nous décorera en héros, on nous remettra une croix de bois
Pour certain c’est des prothèses, pour d’autres des cercueils de zinc
On atteint jamais la poitrine des samouraïs,
Je bombe le torse pour la capitale de l’ambre et un coup de Boyard encore
Je roule et vais attraper l’Alaska
 пьяное бормотание   ânonnement alcoolisé

Radiopomekhi Tout au bout

Радиопомехи. С краю
Так давно тебя не было тут.
Почему тебя дома не ждут?
Почему никого из нас дома не ждут?
Ca fait si longtemps que tu n’étais pas là.
Pourquoi on t’attend pas à la maison?
Pourquoi aucun d’entre nous  n’est attendu à la maison?
На лице вопросительный знак.
Мы так любим весь этот бардак.
Если всё хорошо, значит что-то не так.
Un point d’interrogation sur le visage.
Nous aimons tous tellement ce bordel.
Si tout va bien, alors ça veut dire quelque chose ne va pas.
Ты танцуешь где-то с краю,
Чтоб тебя не замечали,
Чтоб тебя не приглашал никто.
Ну а я с другого краю
Ежедневно умираю,
Выбрав сигареты и вино.
Tu danses quelque part au bout,
Pour ne pas être remarqué,
Donc, personne ne t’invite.
Et moi je suis à l’autre bout
Chaque jour je meurs,
J’ai choisi des cigarettes et du vin.
Нарисуй под глазами круги.
Мы с тобою от всех далеки.
До сих пор не пойму, почему мы враги.
Dessine des cercles sous les yeux.
Nous sommes loin de tout le monde.
Je ne comprends toujours pas pourquoi nous sommes ennemis.
Может стоит на это забить.
Эти раны ничем не зашить.
Ты так хочешь курить, ты не бросишь курить.
Peut-être que ça vaut le coup de laisser tomber.
Ces blessures ne peuvent pas être recousues.
T’as tellement envie de fumer,  que tu vas pas arrêter.
 Ты танцуешь где-то с краю,
Чтоб тебя не замечали,
Чтоб тебя не приглашал никто.
Ну а я с другого краю
Ежедневно умираю,
Выбрав сигареты и вино.
Tu danses quelque part au bout,
Pour ne pas être remarqué,
Donc, personne ne t’invite.
Et moi je suis à l’autre bout
Chaque jour je meurs,
J’ai choisi des cigarettes et du vin.

Best Enemy : Le meilleur ennemi

Best Enemy – Лучший враг
Хватит жить, заглотив псевдолиберальный бред
Здесь есть лишь некий миф, но свободы точно нет
Лишь признайся себе – строй далёк от идеала
Я же здесь, чтоб тебе указать пути начало
Ça suffit de vivre, en ayant avalé le délire pseudo-libéral
Il n’y a là qu’un certain mythe, mais absolument pas de liberté
Admets au moins que le système est loin d’être idéal
Je suis là pour te montrer le chemin vers le début
Я враг, я враг
В твоих глазах я – зло, пришедшее разрушить всё и вся
Я враг, я враг
И ты не сознаёшь но я один могу спасти тебя
Je suis l’ennemi, je suis l’ennemi
A tes yeux, je suis le méchant, qui suis venu détruire le monde entier
Je suis l’ennemi, je suis l’ennemi
Et tu ne t’en rends pas compte mais moi seul peux te sauver.
Хватит жить, заглотив псевдолиберальный бред
Здесь есть лишь некий миф, но свободы точно нет
Лишь признайся себе – строй далёк от идеала
Я же здесь, чтоб тебе указать пути начало
Ça suffit de vivre, en ayant avalé le délire pseudo-libéral
Il n’y a là qu’un certain mythe, mais absolument pas de liberté
Admets au moins que le système est loin d’être idéal
Je suis là pour te montrer le chemin vers le début
Я враг, я враг
В твоих глазах я – зло, пришедшее разрушить всё и вся
Я враг, я враг
И ты не сознаёшь но я один могу спасти тебя
Je suis l’ennemi, je suis l’ennemi
A tes yeux, je suis le méchant, qui suis venu détruire le monde entier
Je suis l’ennemi, je suis l’ennemi
Et tu ne t’en rends pas compte mais moi seul peux te sauver.
Твой первый жест
Твой первый шаг
Для всех не друг
Но лучший враг
Ton premier geste
Ton premier pas
Pour tout le monde, pas un ami
Mais le meilleur ennemi
Я враг, я враг
В твоих глазах я – зло, пришедшее разрушить всё и вся
Я враг, я враг
И ты не сознаёшь но я один могу спасти тебя
Je suis l’ennemi, je suis l’ennemi
A tes yeux, je suis le méchant, qui suis venu détruire le monde entier
Je suis l’ennemi, je suis l’ennemi
Et tu ne t’en rends pas compte mais moi seul peux te sauver.
Я лучший враг. Je suis le meilleur ennemi.

Les derniers mots du procès d’Alexeï Oulioukaïev: Setchine, c’est une sorte de lieutenant Kijé!

Le procès contre l’ancien ministre du développement économique poursuivi en raison de son différent avec le puissant Igor Setchine s’est terminé vendredi 8 décembre et les dernières paroles ont été donnés à l’accusé.  Il y a beaucoup de choses dans son discours, chacun y trouvera ce qu’il veut à condition de faire les bonnes coupes et le bon montage. Ce qui est intéressant sur ce procès c’est bien sûr le personnage d’Igor Setchine, l’Arlésienne puisqu’il est omniprésent. C’est lui qui a envoyé Oulioukaïev en prison, c’est lui la victime du crime, on a tenté de l’entendre comme simple témoin mais sans succès, la cour ne l’a jamais vu. Il est comparé au lieutenant Kijé dont Iouri Tynianov a su raconter l’incroyable histoire typiquement russe. Comme quoi la littérature est un reflet de la vie et inversement.

 

Последнее слово Алексея Улюкаева.
В ходе прений я рассказывал о странностях событий 14 ноября 2016 года. Но не меньше странностей обнаруживается и в ходе самого судебного следствия. Au cours des débats, j’ai parlé de l’étrangeté des événements du 14 novembre 2016. Mais le déroulement de l’enquête judiciaire elle-même n’a pas été moins riche en étrangetés.
Это удивительное следствие: в нем потерпевший сначала превращается в свидетеля (речьо об Игоре Сечине — Ред.), а потом фактически утрачивает даже этот статус — превращается в мнимого свидетеля, который, затерявшись где-то в просторах между Ханты-Мансийском и Римом, растворился. Так же растворился, как растворился пресловутый синергетический эффект для бюджета от приобретения его компанией «Роснефть» акций компании «Башнефть». C’est une instruction surprenante: celui qui est d’abord la victime devient ensuite un simple un témoin (NDLR: on parle de Setchine bien sûr), puis il perd même même ce statut, il se transforme en un témoin imaginaire qui, est perdu quelque part dans l’immensité entre Khanty-Mansiysk et Rome, il s’est dissous. Il s’est dissous comme le fameux effet de synergie pour le budget que devait représenter l’acquisition des actions de Bachneft par son entreprise Rosneft.
Растворился, только запах серы в воздухе остался. Мнимый свидетель, притворный свидетель, какой-то подпоручик Киже. Ни потерпевший, ни свидетель — кто же он в процессе? Может, специалист? Ну, скорее всего, специалист. Специалист по проворачиванию определенного рода делишек. Дурно пахнущих делишек. Il s’est dissous, seule l’odeur de soufre est restée dans l’air. Un témoin imaginaire, un prétendu témoin, un lieutenant Kije. Ni victime, ni témoin – qui est il donc dans ce procès? Peut-être un spécialiste? Eh bien, très probablement, un expert. Un expert pour monter en deux temps trois mouvements un certain genre de magouille. Des magouilles malodorantes.

Le délibéré est attendu pour vendredi.

Le cas Pavlenski

Piotr Pavlenski est certainement l’artiste russe le plus déroutant de ces dernières années. Il ne produit rien et contente de se mettre dans une situation qui force la société l’entourant à réagir. Cette vision de l’art dans le courant actionniste est bien entendu assez mal comprise. Certains médias l’encensent d’autres le dénoncent comme étant la honte de la société. Présenté par magazine Snob comme le nouveau Répine, beaucoup ne comprennent pas qu’il ne produise rien: Répine tout le monde a vu ses tableaux les célèbres, mais Pavlenski, où sont ses tableau? ou même ses dessins ou même quoi que ce soit qui puisse s’exposer?

La chanson de Chtabelia: Clou, Marteau, œuf qui a été adaptée dans un nouveau clip au mois de septembre en témoigne bien de cette mécompréhension.

Non Pavlenski n’est pas Picasso. C’est même exactement le contraire, Picasso produisait beaucoup d’artéfacts, peintures, dessins, sculptures… Beaucoup, c’était une machine à produire. Pavlenski ne produit rien, il réalise quelques rares performances sur son corps mais c’est tout. Le livre qu’à publié Louison éditions l’an dernier n’est pas non plus une production, Piotr Pavlenski n’a rien écrit. Il s’agit seulement d’un recueil d’entretiens et de témoignages. L’artiste est un esprit brillant, cultivé, raisonnant et déterminé, agréable à écouter mais il prend à rebrousse poil le monde de l’art et le monde dans son ensemble.

Il a du fuir la Russie en 2017 en raison d’une affaire d’agression sexuelle montée contre lui et a naturellement trouvé asile en France. Mais à la mi-octobre il a voulu commémorer à sa manière la révolution russe de 1917 baignée dans l’atmosphère de la prise de la bastille. N’oublions pas que l’hymne russe fut alors la marseillaise des travailleurs, le mythe de la révolution française est fondateur pour les russes. Il a donc choisi de faire un feu au petit matin devant une succursale de la banque de France, près de la place de la Bastille.  Les photographes ont pu immortaliser sa performance et filmer son arrestation. En revanche ses démêlés judiciaires se sont passé à huis clos, si bien que l’œuvre manque de public. Pour protester contre ce manque de publicité des débats il a opté pour une grève de la faim sèche, particulièrement dangereuse, si bien qu’il a été alimenté de force.

Son éditrice a publié aujourd’hui Natalia Turine sur son blog une tribune provocatrice pour que l’on prête attention au cas Pavlenski. L’artiste anti-Poutine, doit-il mourir pour parachever son œuvre? Cette polarisation pro-Poutine et Anti-Poutine est un choix d’éditrice, le choix de déplacer le débat politique pour attirer l’attention et la compassion sur Pavlenski, mais qui est totalement faux. Pavlenski n’est pas Anti-Poutine, surtout dans sa vie Française. Il est anarchique, il est contre toute forme d’institution. Il n’a ni compte bancaire, ni aide sociale, ni salaire, ni logement, ni rien qui permette de fixer l’individu moderne dans ses relations avec l’état et les corps constitués. Sa détention provisoire pour avoir détérioré deux fenêtres d’une succursale de la banque de France et avoir fait du tapage matinal dans un quartier de fêtards n’est pas vraiment justifiée,  pas plus que le tribunal et le juge d’application des peines ne travaillent à huit clos. Mais étant donné le caractère radical de l’artiste anarchique on comprend la réaction extrêmement ferme de la justice dans une situation ou les groupuscules d’extrême gauche sont la hantise de l’état en ce moment. Des dégradation et des violences contre les fonctionnaires qui sont la routine de l’extrême gauche française, Pavlenski se propose de faire une révolution mondiale sans plus ni état, ni banque. Le programme est en effet sonne d’une façon terrible pour les fonctionnaires ou même tout citoyen français habitué à côtoyer dans quotidien l’état, l’argent, la banque.

Les médias russes ironisent beaucoup sur la situation: la France s’avère un état beaucoup plus dur que la Russie dans la répression contre les artistes. La liberté de créer et de penser n’existe pas en France, pour une simple détérioration de deux fenêtres, Pavlenski et son épouse sont maintenus en détention avant un éventuel procès au secret. Et personne ne s’en offusque; au contraire c’est accepté par les médias et la société. Alors que pour moins que ça tout le monde se déchainait contre la Russie, preuve que la russophobie existe bien?! En fait l’idée d’utiliser du feu et dégrader un bien appartenant à autrui est une mauvaise idée car l’article 322-6 du code pénal prévoit jusqu’à 10 ans de prison, et le fait d’être anarchiste n’arrange rien.  On a tous en tête les images de la voiture de police brûlée par des militant d’extrême gauche. Anarchiste + feu + dégradations est un mélange qui ne passe pas en France en ce moment. L’interpellation musclée mardi dernier d’Antonin Bernanos, figurant de l’affaire de voiture de police brûlée à Paris en 2016 en témoigne bien. Pavlenski a beau être un artiste et faire des dégradation mineures sans violence contre les personnes, il ne peut s’abstraire de ce contexte français, et il ne s’agit pas de russophobie, de Poutinophobie, de duplicité de ce fourbe occident…

Pavlenski témoigne dans une lettre rendue publique fin novembre, à l’issue de sa terrible grève de la faim: jamais en Russie son traitement a été aussi strict quant à la publicité des débats. C’est une situation « monstrueusement sauvage ». Cette semaine l’excellent média couvrant les prisons MediaZona consacrait un article sur les conditions de détention en France de Pavlenski à Fleury Merogis.

L’inénarrable Dmitry Kiselev consacre régulièrement des sujets à Piotr Pavlenski: au mois d’octobre et de novembre, il était particulièrement ironique face à l’attitude française.